Maresi de Maria Turtschaninoff

Livre à paraitre le 1er mars 2017

img_7999-png

 

Auteur : Maria Turtschaninoff

Edition : Rageot

Nombre de pages : 256

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Dystopie

 

Résumé : 

Maresi vit à l’Abbaye Ecarlate, sur une île quasi invisible depuis la mer et qui sert de refuge aux femmes depuis des décennies. Là, elles peuvent s’instruire, grandir et s’épanouir loin de la brutalité du monde et, parfois, de la fureur des hommes. Cette terre d’asile, cette terre de femmes, est placée sous la protection de la Déesse, la Mère Originelle, et les hommes ont interdiction d’y poser le pied. Jusqu’au jour où.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Rageot édition pour l’envoi de ce roman qui sortira en librairie à partir du 28 février 2017.

Je vais essayer de vous parler de ce livre le mieux possible, sans trop vous en dire, mais en essayant de faire passer à travers mes mots, tous les sentiments qui se sont bousculés en moi pendant ma lecture ! Comme avec beaucoup de livres, j’ai ri, j’ai souris, j’ai eu des moments de doutes et de désespoir mais, et là c’est une grande première pour moi, j’ai eu peur. Pas peur pour les personnages, pas pour moi même (parce que tranquillement assise sur mon lit, aucun grand méchant loup ne pourrait sauter du livre pour venir me manger, je le sais, je ne suis pas folle :P) mais j’ai eu peur de la Vieille ! Et bien si vous voulez mon avis, vous aussi vous aurez aussi peur que moi !

J’ai commis une grosse erreur, j’ai sous estimé la puissance de ce livre ! Dès le premier chapitre, une adolescente, Maresi, commence à nous raconter sa vie sur son ile, entourée de toutes ces femmes et j’ai cru que l’histoire se déroulerait tranquillement pendant les 250 pages qui composent ce livre. J’ai pris ce livre pour une banale histoire d’adolescente ! Mais si vous saviez à quel point il est tellement plus que cela et à quel point je me suis trompée !

Pour vous situer un peu le contexte, on retrouve Maresi, au début du livre, en l’an 19 de la 32e Mère (au lecteur ensuite de situer ça dans l’espace temps à sa guise), qui nous explique les derniers évènements. Et là, on rentre vraiment dans le vif du sujet. Maresi vit depuis quelques années avec une communauté de femmes, au sein de l’Abbaye Écarlate sur une Ile (située un peu au milieu de nulle part). Elle n’est encore qu’une novice, entourée d’autres novices et de sœurs expérimentées. Une seule règle est la clef de leur survie : aucun homme ne doit poser un pied sur leur ile. Mais comme vous pouvez vous en douter, tout ça va tourner en eau de boudin !

Mais ce n’est pas tant cette histoire d’invasion qu’on retient en premier de ce livre, mais plutôt tout l’à-côté. L’auteur a crée un univers que je n’avais jamais croisé auparavant : une déesse ainsi que plusieurs de ses formes, mais aussi des danses, des rites, des chants, des offrandes, des appels, des cérémonies, des transes, un milliard de petits détails si saisissants qui paraissent si réels. Elle a aussi imaginé toute une histoire derrière cette déesse, cette ile réservée aux femmes, leur histoire en somme.

L’auteur décrit avec des mots merveilleusement bien choisis les sons, les couleurs et les odeurs, qu’on se croirait projeter au milieu de toutes ces femmes au moment de leur salutation au soleil le matin ou au moment du coucher de soleil de soir ! Je n’avais encore jamais croisé un monde littéraire imaginaire aussi riche et élaboré, sans fausse note. Chaque partie de l’ile porte un nom bien précis (et heureusement qu’il y a une carte pour se repérer au début du livre, mais au bout d’un moment, moi aussi j’ai su me repérer et je n’ai plus eu besoin de carte !). Chaque bâtiment à son histoire, chaque sœur a un rôle bien précis. Et quand on commence la lecture, on pénètre dans une histoire déjà bien rodée puisque l’ile et ses sœurs y vivent depuis des générations sans que rien n’y personne (à deux rares exceptions) ne viennent troubler leur tranquillité ! C’est ce monde merveilleux que je retiens surtout, ces descriptions d’endroits somptueux, cette déesse aux multiples pouvoirs et aux bienfaits hors normes !

Au fil de l’histoire Maresi nous relate sa vie sur l’ile, on a même droit à quelques passages sur sa vie d’avant mais aussi la raison de son arrivée. Les nouvelles arrivantes sont d’abord novices, certaines doivent apprendre la langue parlée par toutes les femmes et ensuite s’instruire avant d’être appelées par une sœur plus âgée enfin de suivre une formation. Maresi est l’une des rares qui à 13 ans n’a toujours pas été appelée. Mais au fil du livre quelqu’un l’appelle et ce quelqu’un personne ne voudrait qu’il nous appelle : je vous parle de la Vieille (et c’est là que j’ai flippé comme une fillette). Au fil du livre on apprend que la déesse que toutes ces femmes prient, a en réalité « 3 formes » qui se traduiraient par la jeunesse, la femme et la mort : c’est cette dernière qui prend la forme de la Vieille (et qui fait un peu flipper !) et qui appelle Maresi (je ne vous en dit pas plus !). C’est l’arrivée d’une nouvelle novice Yaï qui va accélérer l’histoire, troubler leur paisible tranquillité et provoquer des catastrophes, mais bon si toute l’histoire devait être paisible du début à la fin, le livre n’aurais pas été très palpitant ! Mais c’est à ce moment là que j’ai sous estimé la puissance du livre, je ne m’attendais pas à être à ce point surprise et troublée par les évènements qui ont suivis ! L’auteur, même avec les crises qui s’enchainent, reste fidèle à l’histoire qu’elle a écrit, personne ne sort de fusil à pompe pour « dégommer les étrangers », ni de sorts vaudou qui sortent de je ne sais ou ! Rien ne vient en décalage de tout ce qui est écrit, tout est juste est parfaitement bien écrit, rien ne sort de la trame installée, il n’y a pas de fautes, de faux démarrages, tout est écrit avec style et originalité ! C’est ce qui me plait dans le plus dans ce livre, sa rigueur du début à la fin !

Je n’aurais jamais pensé qu’un si petit livre de 250 pages puissent être aussi puissant et palpitant (surtout avec une histoire de femmes, de déesse et d’ile mystérieuse)mais ce livre est une véritable bombe de détails saisissants avec une histoire en décallage tout à fait poignante ! Je ne regrette pas une seconde ce livre que j’ai lu en seulement 2 jours ! Je me souviendrais longtemps de Maresi, de son courage, de sa folie mais aussi de sa soif d’apprendre !

Publicités

2 réflexions sur “Maresi de Maria Turtschaninoff

  1. bookandteablog dit :

    Le moins que l’on puisse dire c’est que ta chronique donne vraiment envie de lire ce roman (et en plus de cela, la couv’ est vraiment jolie <3) ! Du coup, je suis contrainte et forcée de le noter dans ma WL… Et une lecture de plus !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s