Les vigilantes – Le foyer Tome 1 de Fabien Clavel

Processed with VSCO with hb1 preset

 

Auteur : Fabien Clavel

Edition : Rageot

Nombre de pages : 384

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Dystopie

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

 

Résumé : 

À la sortie du Foyer, l’institution paramilitaire où elle a grandi, Anna devient une Vigilante. Elle découvre à la fois le monde extérieur, un pays étouffé par la dictature du Parti, et sa mission : espionner une famille d’opposants supposés. Au fil des jours, elle s’attache à cette famille aimante dans laquelle elle n’a pas eu la chance de grandir.
Quand elle comprend qu’ils fomentent un complot, elle doit choisir son camp…

Mon avis : 

Merci beaucoup aux Editions Rageot pour l’envoi de ce roman !

Au premier abord je suis tombée amoureuse du résumé qui m’avait l’air ultra prometteur. Je me suis donc jetée à corps perdu dans ma lecture et malheureusement j’en suis ressorti vraiment déçue … Je pense que j’ai dû passé à côté de quelque chose, d’un point important de l’histoire ou de son caractère dramatique, mais je n’ai pas apprécié cette lecture …

Je m’explique, d’abord le cadre de l’histoire me paraît un quelque peu inachevé. On se trouve dans un pays en dictature quelque part dans une Europe lointaine, où un chef a eu accès au pouvoir on ne sait pas trop commun soit disant pour le bien du peuple et de la nation, un dictateur quoi ! Et comme tout bon dictateur, il installe un culte de la personnalité, de la propagande, un milliard de restrictions, le tout sous couvert d’instaurer la peur et l’oppression au sein de son pays. Et il ne faut pas oublier la milice, les caméras, une surveillance permanente, de quoi instaurer un peu plus de crainte chez tout le monde envers leur dirigeant !

Et au milieu de tout ca on retrouve Emma, orpheline, élevée au sein du Foyer, qui, a ce que j’ai compris, serait une espèce d’orphelinat militaire sous la coupe du dictateur ! Pendant toute son enfance, Emma est éduquée, façonnée, travaillée pour devenir un bon petit soldat. Elle est la meilleure, intelligente, robuste et combative, elle est adulée autant que crainte.

Le jour de leurs 15 ans, un énorme test physique et intellectuel est organisé pour déterminer la future carrière de tous les orphelins. Emma est reléguée au rang de vigilante, pas tellement bien placée au sein de la société. Son job : surveiller une famille de dissidents, potentiellement ennemis de la nation et rapporter toute discussion ou attaque directe contre le pouvoir.

Bon jusque là passe encore, même si pour moi la violence gratuite qui accompagne chaque page de cette lecture m’a énormément dérangée. Je ne suis pas quelqu’un de pacifique, mais trop c’est trop !

C’est la suite de livre qui m’a vraiment perturbé. Donc Emma se retrouve au beau milieu d’un château, absolument seule à devoir surveiller nuit et jour une famille qu’elle ne connaît pas. Mais ensuite, elle va en apprendre plus sur le dirigeant, ses intentions réelles, sur les rebelles de la société qui essaient de sortir le pays du bourbier dans lequel il est plongé etc etc. Et Emma va prendre des décisions qui ne vont pas forcément être les bonnes. Son supérieur hiérarchique va lui tomber dessus, la traiter comme une moins que rien, la torturer, en faire son esclave et engager une véritable chasse à l’homme pour l’anéantir et la réduire au silence, elle et sa famille !

Je suis pourtant une grande fan de dystopie, de destruction mondiale, d’une héroïne de 15 ans capable à elle seule de sauver la terre entière et pourtant là je n’adhère pas … On m’a peut être trop répété à l’école à quel point la dictature est un frein à la liberté et un fléau pour l’humanité mais en attendant cette histoire m’a laissé de glace. Emma est pourtant une fille forte et intelligente qui n’a jamais connu d’amour maternel et qui ne cherche qu’à se trouver une place au sein de cette société qu’elle ne connaît pas vraiment (parce qu’enfermer au Foyer toute sa vie), mais je l’a trouve too much ! Justement elle ne devrait pas être morte de trouille ?!

Et puis pour moi le plus choquant, c’est la violence qui s’insinue dans toutes les pages. Frapper encore et encore, pour faire mal, pour montrer sa domination, ce n’est pas pour moi … Alors je me dis que je suis peut-être passée totalement à côté de cette histoire .. Donc malheureusement je n’ai pas été conquise !

 

Je suis vraiment frustrée avec ce livre parce que jusqu’à présent je n’avais jamais été déçue par un livre Rageot mais celui ci représente vraiment tout ce que je déteste en ce monde, la peur constante, la violence gratuite, l’oppression et l’ascension d’un seul !

Mais pour ceux qui apprécient ou qui sont juste curieux, ce livre est par contre très bien écrit. L’écriture est fluide et sans fioriture, les mots sont très bien choisis, de quoi instaurer la peur et provoquer l’envie de continuer la lecture chez le lecteur ! Ce livre aurait vraiment pu me plaire, seulement je reste hermétique à l’histoire, mais j’espère pouvoir lire autre chose de cet auteur !

Un tome 2 devra sortir début 2018, je verrai par la suite si je lui donne une deuxième chance !

Mais n’hésitez pas à vous faire votre propre opinion parce que mon avis est des plus subjectif !

Mais n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé ce roman ou si vous compter le livre. J’aime beaucoup discuter des livres que j’ai le moins apprécié avec ceux qui l’ont beaucoup aimé.

 

D’autres livres viendront à la rentrée me rabibocher avec Rageot qui est une de mes maisons d’éditions favorites !!

 

 

 

Publicités

Illuminae – Dossier Alexander d’Amie Kaufman et Jay Kristoff

IMG_9588.PNG

 

 

Auteur : Amie Kaufman et Jay Kristoff

Editeur : Casterman

Prix : 19,99

Nombre de pages : 624

Genre : Dystopie, Science Fiction

Résumé : 

Ce matin de 2575, lorsque Kady rompt avec Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi même, leur planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi – BeiTech. Obligés de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander.

Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra – le seul en qui elle peut avoir confiance -, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major.

Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange…

Mon avis : 

Je tiens à remercier les éditions Casterman pour l’envoi de ce roman qui a été un coup de cœur intergalactique !

A l’occasion de la sortie du tome 2 – Affaire Gemina, j’ai vu tous les réseaux s’enflammer ! Ca faisait déjà un bon moment que je souhaitais lire ce livre, mais avec tout ce remue-ménage, je ne pouvais pas passer à côté ! J’étais donc super super super heureuse de pouvoir lire ce livre, rien que la couverture est magnifique !

Mais la plus grosse surprise se trouve à l’intérieur. Quand on ouvre le livre, c’est une explosion de beauté. Des pages blanches, noires, des dessins, des reproductions, des pages vierges, des paysages magnifiques, le tout dans des dégradés de noir et blanc ! A couper le souffle …

On commence la lecture et on se trouve directement immergé à Kerenza, une ville qui part en lambeau. Kerenza est une planète au froid polaire, assez reculée et sur laquelle ses habitants vivent paisiblement. Jusqu’à un funeste matin où cette dernière est attaquée par un vaisseau Bei-tech à coup de bombes et de produits chimiques.

Grâce à un appel au secours, 3 vaisseaux se trouvant à proximité viennent en aident aux habitants de Kerenza, le Copernicus, l’Alexander et l’Hypatia. C’est grâce au point de vue de Kady et d’Ezra (qui viennent tout juste de se séparer) qu’on en apprend un peu plus sur leur fuite vers les vaisseaux alliés. Kady se retrouve séparée d’Ezra, (pour son plus grand bonheur), sur l’Hypatia ; et lui se retrouve avec les blessés sur l’Alexander. A partir de là, le vaisseau Bei-tech va prendre en chasse les trois vaisseaux pour essayer de les détruire et la course poursuite spéciale commence.

L’histoire ne se déroule pas sous la forme traditionnelle d’un roman. L’histoire s’enchaine avec une succession de dossiers, de mails échangés, de données, de rapports etc et. C’est vraiment la toute première fois que je lis une histoire pareille et très clairement j’ai été scotchée du début à la fin !

Au départ tout est un peu flou, on a du mal à voir ou les auteurs veulent en venir, on a du mal à savoir qui est qui, qui fait quoi, qui veut du mal à qui (parce que oui on reste toujours dans une dynamique gentil/méchant) et surtout pourquoi ? On aura la réponse à cette question uniquement à la fin du livre et encore il reste pas mal de zone d’ombre à éclaircir ! Tout ça pour dire, qu’il faut continuer un peu la lecture pour pouvoir mettre toutes les pièces du puzzle à la bonne place !

Kady est une surdouée de l’informatique. Elle va mettre un point d’honneur à essayer de percer à jour les secrets que leur cachent les autorités et surtout AIDAN (l’intelligence artificielle). Aidan est devenu un peu détraqué à cause de l’attaque de Kerenza et les séquelles sont plutôt importantes (de quoi s’en faire ressentir dans ses prises de décisions …). Pour pouvoir arriver à ses fins, elle va devoir pirater, coder, saboter, espionner, le tout sous la menace constante de se faire exécuter si tout ceci venait à être découvert !

Ezra lui est un lambda, il n’a pas particulièrement d’atout mais il va être recruté sur l’Alexander comme pilote. Pendant des mois ils passent leur vie chacun de leur côté, jusqu’à un événement plutôt funeste qui va mettre Kady hors d’elle et qui va la rapprocher d’Ezra sur l’autre vaisseau. Je ne veux pas vous en dire plus parce que chaque détail de cette histoire est un spoil de trop, mais sachez qu’entre toutes les péripéties, les retournements de situation et le suspens constant et croissant, personne n’a le temps de s’ennuyer !

Pour moi AIDAN alias l’Intelligence Artificielle est le personnage qui m’a le plus épatée, même si personnage est un bien grand mot dans on parle d’une machine qui à la capacité de penser par elle même. La mission d’AIDAN : protéger les habitants des vaisseaux contre le vaisseau ennemi Bei Tech. « PROTEGER, PRIORISER » c’est le leitmotive de l’IA. C’est cet ordinateur parlant qui régit tout c’est aussi le seul organe décisionnaire. mais surtout qui a les capacités de se défendre en qu’à d’attaque (vous pensez bien que ses quelques lésions, la suite ne va pas être de la tarte). AIDAN va être coupé, mis hors circuit pendant quelques temps, à la suite d’un terrible accident. Mais c’est à son « réveil » qu’on va vraiment le voir changer, évoluer. Alors qu’il n’est censé être qu’une Intelligence Artificielle, seulement dotée d’un cerveau hors norme, AIDAN va commencer à ressentir des sentiments, de l’empathie, de la curiosité et même de la peur. Mais il va également se poser des questions sur son existence, ses décisions, mais surtout sur les notions de bien, de mal, de bien commun. Le bien d’un seul vaut-il mieux que le bien de tous ?! Combien faut-il s’accrifier pour la survie du peu qu’il reste ?! J’ai vraiment trouvé très intéressante la réflexion d’une machine, face à la pensée humaine, pleines d’émotions et de sentiments, qu’un ordinateur  uniquement programmé pour réfléchir et prendre les meilleures décisions selon des calculs mathematiques, n’est pas supposé faire. Et parfois la meilleure décision est la plus difficile à prendre … tous vont en subir les conséquences.

 

J’ai vraiment adoré ce roman qui a été un réel coup de cœur ! Le rythme est vraiment entrainant, on a toujours envie de continuer, d’avancer quoi qu’il arrive, coute que coute. Le courage et la bravoure de Kady sont à célébrer et pendant toute la durée du roman, on l’accompagne, comme un ami fidèle, on lui tient la main, en l’encourage, on voudrait la prendre dans nos bras et sécher ses larmes. Cette fille à la force de vaincre inébranlable, est l’un de mes personnages préférés de toutes les dystopies que j’ai pu lire. Ce que j’ai aimé chez elle, c’est son humanité. Tous les autres personnages, passeraient à côtés des cadavres sans même leur accorder un regard. Kady elle s’autorise à fermer les yeux des morts, à pleurer et à avoir peur ! Parce que clairement elle se sacrifie pour la cause, pour la survie du peu qu’il reste, non pas par fierté, ni héroïsme mais juste parce que c’est la seule chose qu’il lui reste à faire, un geste purement altruiste.

Ce roman est plein d’émotions, il est rempli d’une énorme palette de couleurs, il est juste impressionnant ! Et même si un bon livre se doit d’avoir un peu de romance, celle ci est légère et terriblement émouvante. La fin de ce livre a fait battre mon cœur plus vite, j’étais angoissée, terrifiée, j’étais au bord de la crise de nerf (ou de la crise de larmes). Pas une seule seconde je n’ai pensé à une fin pareille. Pas une seule seconde je me suis ennuyée. Ce livre est un chef d’oeuvre, une prouesse littéraire (même si je pense qu’il s’inspire d’autres romans de science fiction). Un très très très gros coup de cœur ça c’est sûr !

Alors encore une fois, un énorme merci à Casterman, merci pour ce merveilleux moment ! J’ai hâte de me plonger dans la suite de ce livre ! L’aventure est loin d’être terminée, pour mon plus grand bonheur !

Le dernier ours de Charlotte Bousquet

IMG_9503.PNG

 

 

Auteur : Charlotte Bousquet

Edition : Rageot

Nombre de pages : 272

Prix : 12,90e

Genre : Thriller, Science Fiction

 

 

Résumé : 

Groenland, 2037. Avec le dérèglement climatique et la fonte des glaces, l’île n’est plus qu’une terre désolée. Anuri, le dernier ours blanc né libre, représente la principale attraction du NC Zoo. Il est aimé de sa jeune soigneuse attitrée, Karen, qui voit en lui un frère d’humanité. L’ours polaire suscite en revanche la convoitise et la haine de Svendsen, un scientifique dévoyé expert en manipulations génétiques.

Mon avis : 

Il est toujours difficile d’ouvrir un nouveau livre après avoir eu un énorme coup de cœur pour le précédent … Il faut avoir l’esprit vraiment ouvert et s’obliger à considérer la nouvelle lecture d’un œil neuf, sans arrière pensée, remettre les compteurs à zéro quoi ! Après « Inséparables » (ma chronique est également disponible un peu plus bas), j’appréhendais d’ouvrir un nouveau livre en ayant toujours en tête mon coup de cœur précédent … mais « Le dernier ours » c’est révélé à la hauteur du challenge ! Je remercie donc les éditions Rageot pour l’envoi de ce roman absolument merveilleux !!!

Depuis que j’ai ouvert mon blog, je n’ai plus tellement eu l’occasion de lire des dystopies ou de la science-fiction, à mon grand désespoir parce que j’adore ça !
Donc quand j’ai vu « Le dernier ours » au programme de parution des Éditions Rageot, j’ai sauté sur l’occasion et plutôt deux fois qu’une !!
En plus je n’ai jamais lu d’histoire se déroulant au Groenland et pourtant je voue un culte extreme à tous ces pays du grand nord au froid polaire (je rêve d’aller au Groenland et en Alaska ! Vous l’aurez compris je déteste la chaleur, je suis littéralement en train de mourir avec un jour comme aujourd’hui où il fait 30 degrés). C’était un réel plaisir de me plonger dans l’univers inuit !!

Après avoir terminé ma lecture, je me suis rendu compte que ce livre n’est pas tellement ce que l’on pourrait appeler une dystopie (parce qu’il ne se passe pas après une catastrophe majeure ou dans un monde post-apocalyptique) mais plutôt un thriller mêlé avec un peu de science fiction ! Mais ça n’enlève rien à son charme, parce que j’ai complètement craqué pour ce roman !!

L’histoire se déroule donc au Groenland à New Copenhague en 2038.
Quand elle était petite, Karen à remarqué dans la rue fouillant les poubelles, une famille d’ours, une mère ainsi que ces deux oursons. Intriguée elle a fait part de sa trouvaille à sa famille. Son père s’est empressé de tuer la mère et de vendre les deux petits au zoo de la ville. L’un des deux oursons est décédé, il ne reste plus qu’Anuri, le dernier ours blanc ayant vécu en liberté et vivant à présent au zoo. Depuis cette rencontre Karen et Anuri ne se quittent plus, ils sont inséparables. Leur lien fusionnel en étonne plus d’un ! Après toutes ces années, Karen devenue soigneuse de l’ours est la seule à pouvoir l’approcher ! L’histoire déraille le jour où deux biologistes envoyés par un éminent bio-généticien, rentrent dans l’enclos d’Anuri pour prélever une quantité non réglementaire de sang ! Armés de fusil, ils ratent leur premier tir. Anuri encore traumatisé par le meurtre de sa mère, prend peur et attaque les deux intrus entrés sans prévenir dans son entre. L’un d’eux est tué et l’autre grièvement blessé, laissé entre la vie et la mort.

Au matin Karen apprend qu’Anuri doit être euthanasié car jugé trop dangereux. S’enchaîne ensuite les plans les plus farfelus possibles et imaginables pour sortir Anuri de se pétrin et l’emmener dans un endroit où personne ne voudra sa mort et où il pourra continuer à vivre sa vie en toute sérénité !
Un plan plutôt dingue voit le jour : rallier Rassumen Cove un parc naturel où Anuri pourra trouver asile ! Mais encore faut il arriver à se rendre tout au nord du Groenland en traversant tout le pays avec un ours et la police aux trousses, le tout dans un froid polaire … même si Karen et Anuri vont être rejoint par deux adolescents (un fugitif et une orpheline), le périple n’est vraiment pas aisé …

Au fil des pages, on va de surprises et surprises, mais la fin m’a carrément laissé assommée … je ne m’attendais à une telle fin. Je ne veux pas vous en dire trop non plus parce que mon ressenti complet vous donnerai une idée du final, mais sachez juste que les humains n’ont pas beaucoup appris. Entre maintenant et 2038 (un laps de temps de 20 ans), les humains n’ont pas appris de leurs erreurs et commettent encore les pires infamies … ce monde m’étonnera toujours !

J’ai adoré le courage et la force de Karen, prête à tout pour sauver celui qu’elle considère comme son frère. Elle s’est battue jusqu’au bout pour lui procurer tout ce dont il avait besoin et pour qu’il ait enfin la vie qu’Anuri méritait d’avoir ! Son caractère et sa persévérance devrait être un exemple pour tous !!

Lone, la jeune fille qui va se joindre à Karen pendant son périple, une outsider, ne se sent pas à sa place dans la société. Pendant ce voyage son malaise va devenir encore plus grand. Plus on apprend à la connaître plus on a l’impression qu’elle aussi à quelque chose à fuir (sa vie peut être). Au final cette expédition lui aura permis d’en apprendre plus sur elle même et ainsi lui permettre de s’accepter et de finalement trouver sa place !

Sial , le voyou, le fugitif, le repris de justice, essaie d’échapper tant bien que mal à cette société qui ne cesse de le pousser vers la sortie. Mais sa gentillesse et son grand cœur lui auront permis de se trouver une amie fidèle et pourquoi pas même l’amour de sa vie ?!

Mais je ne me remets toujours pas de cette fin beaucoup plus qu’inattendue … mais c’est sûrement ce qui fait le charme de ce livre !! En plus la plume de l’auteur fait monter le suspens doucement, au fur et à mesure mais à la fin, on meurt littéralement d’impatience de connaître le dénouement ! On m’avait vivement recommander Charlotte Bousquet pour sa plume et je ne suis vraiment pas déçue !

Je conseille ce roman à tout le fan de thriller et de science fiction parce que cette lecture en vaut vraiment le détour !

Maresi de Maria Turtschaninoff

Livre à paraitre le 1er mars 2017

img_7999-png

 

Auteur : Maria Turtschaninoff

Edition : Rageot

Nombre de pages : 256

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Dystopie

 

Résumé : 

Maresi vit à l’Abbaye Ecarlate, sur une île quasi invisible depuis la mer et qui sert de refuge aux femmes depuis des décennies. Là, elles peuvent s’instruire, grandir et s’épanouir loin de la brutalité du monde et, parfois, de la fureur des hommes. Cette terre d’asile, cette terre de femmes, est placée sous la protection de la Déesse, la Mère Originelle, et les hommes ont interdiction d’y poser le pied. Jusqu’au jour où.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Rageot édition pour l’envoi de ce roman qui sortira en librairie à partir du 28 février 2017.

Je vais essayer de vous parler de ce livre le mieux possible, sans trop vous en dire, mais en essayant de faire passer à travers mes mots, tous les sentiments qui se sont bousculés en moi pendant ma lecture ! Comme avec beaucoup de livres, j’ai ri, j’ai souris, j’ai eu des moments de doutes et de désespoir mais, et là c’est une grande première pour moi, j’ai eu peur. Pas peur pour les personnages, pas pour moi même (parce que tranquillement assise sur mon lit, aucun grand méchant loup ne pourrait sauter du livre pour venir me manger, je le sais, je ne suis pas folle :P) mais j’ai eu peur de la Vieille ! Et bien si vous voulez mon avis, vous aussi vous aurez aussi peur que moi !

J’ai commis une grosse erreur, j’ai sous estimé la puissance de ce livre ! Dès le premier chapitre, une adolescente, Maresi, commence à nous raconter sa vie sur son ile, entourée de toutes ces femmes et j’ai cru que l’histoire se déroulerait tranquillement pendant les 250 pages qui composent ce livre. J’ai pris ce livre pour une banale histoire d’adolescente ! Mais si vous saviez à quel point il est tellement plus que cela et à quel point je me suis trompée !

Pour vous situer un peu le contexte, on retrouve Maresi, au début du livre, en l’an 19 de la 32e Mère (au lecteur ensuite de situer ça dans l’espace temps à sa guise), qui nous explique les derniers évènements. Et là, on rentre vraiment dans le vif du sujet. Maresi vit depuis quelques années avec une communauté de femmes, au sein de l’Abbaye Écarlate sur une Ile (située un peu au milieu de nulle part). Elle n’est encore qu’une novice, entourée d’autres novices et de sœurs expérimentées. Une seule règle est la clef de leur survie : aucun homme ne doit poser un pied sur leur ile. Mais comme vous pouvez vous en douter, tout ça va tourner en eau de boudin !

Mais ce n’est pas tant cette histoire d’invasion qu’on retient en premier de ce livre, mais plutôt tout l’à-côté. L’auteur a crée un univers que je n’avais jamais croisé auparavant : une déesse ainsi que plusieurs de ses formes, mais aussi des danses, des rites, des chants, des offrandes, des appels, des cérémonies, des transes, un milliard de petits détails si saisissants qui paraissent si réels. Elle a aussi imaginé toute une histoire derrière cette déesse, cette ile réservée aux femmes, leur histoire en somme.

L’auteur décrit avec des mots merveilleusement bien choisis les sons, les couleurs et les odeurs, qu’on se croirait projeter au milieu de toutes ces femmes au moment de leur salutation au soleil le matin ou au moment du coucher de soleil de soir ! Je n’avais encore jamais croisé un monde littéraire imaginaire aussi riche et élaboré, sans fausse note. Chaque partie de l’ile porte un nom bien précis (et heureusement qu’il y a une carte pour se repérer au début du livre, mais au bout d’un moment, moi aussi j’ai su me repérer et je n’ai plus eu besoin de carte !). Chaque bâtiment à son histoire, chaque sœur a un rôle bien précis. Et quand on commence la lecture, on pénètre dans une histoire déjà bien rodée puisque l’ile et ses sœurs y vivent depuis des générations sans que rien n’y personne (à deux rares exceptions) ne viennent troubler leur tranquillité ! C’est ce monde merveilleux que je retiens surtout, ces descriptions d’endroits somptueux, cette déesse aux multiples pouvoirs et aux bienfaits hors normes !

Au fil de l’histoire Maresi nous relate sa vie sur l’ile, on a même droit à quelques passages sur sa vie d’avant mais aussi la raison de son arrivée. Les nouvelles arrivantes sont d’abord novices, certaines doivent apprendre la langue parlée par toutes les femmes et ensuite s’instruire avant d’être appelées par une sœur plus âgée enfin de suivre une formation. Maresi est l’une des rares qui à 13 ans n’a toujours pas été appelée. Mais au fil du livre quelqu’un l’appelle et ce quelqu’un personne ne voudrait qu’il nous appelle : je vous parle de la Vieille (et c’est là que j’ai flippé comme une fillette). Au fil du livre on apprend que la déesse que toutes ces femmes prient, a en réalité « 3 formes » qui se traduiraient par la jeunesse, la femme et la mort : c’est cette dernière qui prend la forme de la Vieille (et qui fait un peu flipper !) et qui appelle Maresi (je ne vous en dit pas plus !). C’est l’arrivée d’une nouvelle novice Yaï qui va accélérer l’histoire, troubler leur paisible tranquillité et provoquer des catastrophes, mais bon si toute l’histoire devait être paisible du début à la fin, le livre n’aurais pas été très palpitant ! Mais c’est à ce moment là que j’ai sous estimé la puissance du livre, je ne m’attendais pas à être à ce point surprise et troublée par les évènements qui ont suivis ! L’auteur, même avec les crises qui s’enchainent, reste fidèle à l’histoire qu’elle a écrit, personne ne sort de fusil à pompe pour « dégommer les étrangers », ni de sorts vaudou qui sortent de je ne sais ou ! Rien ne vient en décalage de tout ce qui est écrit, tout est juste est parfaitement bien écrit, rien ne sort de la trame installée, il n’y a pas de fautes, de faux démarrages, tout est écrit avec style et originalité ! C’est ce qui me plait dans le plus dans ce livre, sa rigueur du début à la fin !

Je n’aurais jamais pensé qu’un si petit livre de 250 pages puissent être aussi puissant et palpitant (surtout avec une histoire de femmes, de déesse et d’ile mystérieuse)mais ce livre est une véritable bombe de détails saisissants avec une histoire en décallage tout à fait poignante ! Je ne regrette pas une seconde ce livre que j’ai lu en seulement 2 jours ! Je me souviendrais longtemps de Maresi, de son courage, de sa folie mais aussi de sa soif d’apprendre !

U4 Contagion par C. Trésor, Y. Grevet, V. Villeminot et F. Hinckel

img_7897

Auteur : C. Trésor, Y. Grevet, V. Villeminot et F. Hinckel

Edition : Nathan

Nombre de pages : 450

Prix : 16,95e

Genre : Dystopie, Jeunesse

Résumé : 

Le virus U4 a décimé 90% de la population mondiale, n’épargnant que les adolescents entre 15 et 18 ans et de rares adultes. Jules, Koridwen, Stéphane et Yannis font partie des survivants. Mais ils ne sont pas les seuls…

« Je m’appelle Séverine, le monde est ravagé et je crois que je suis enceinte.

Je m’appelle Philippe, moi président de la république française, je n’ai pas pu sauver ma propre famille.

Je m’appelle Nicolas, je suis bloqué en Espagne avec mes potes: tout le pays est mort sauf nous, touristes français.

Je m’appelle François, c’est de la folie mais par amour, je suis prêt à redevenir un hors la loi. Je m’appelle Koridwen, j’ai l’impression d’avoir déjà vécu ça… »

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Lecteurs.com pour l’envoi de ce roman. J’ai participé il y a quelque temps à l’explobook organisé par le site et j’ai été sélectionnée pour recevoir un livre et ensuite le chroniquer. Donc voilà ma chronique sur le livre que j’ai reçu U4 Contagion.

Quelques mots avant toute chose sur les livres U4. De la série U4, il existe 5 livres. Les 4 premiers sont écrit par 4 auteurs différents, Jules est écrit par Carole Trébor, Koridwen est écrit par Yves Grevet, Stéphane est écrit par Vincent Villeminot et Yannis est écrit pas Florence Hinckel. Ce dernier tome Contagion est écrit par les 4 auteurs. Tous ces tomes peuvent se lire dans le désordre !

Avant de commencer cette lecture, je n’avais lu aucuns des autres livres précédents. Je me suis un peu renseignée sur ce livre et j’ai découvert que Contagion n’est pas vraiment une suite. A la lecture du résumé, j’ai cru que c’était l’histoire de 5 personnages qui relatait le récit de leurs aventures mais après avoir terminé ce livre, je pense qu’il s’agit plutôt, en réalité, d’un recueil de nouvelles.

Le livre réunit plusieurs nouvelles sur les personnages principaux, mais aussi des chapitres sur des personnages secondaires. Tous les chapitres sont courts et écrit par un auteur différent, au début c’est un peu bizarre parce que chaque auteur à sa propre manière d’écrire mais à la fin la lecture est fluide (même s’il y a un auteur que je préfère en particulier Florence Hinckel).

A la fin du livre, il y a deux BD qui sont très bien réalisées mais qui pour moi manquent un peu de détails mais elles illustrent très bien certains passages du livre (il est parfois bon d’avoir quelques dessins pour s’imaginer certaines scènes, j’ai bien aimé ces bandes dessinées).

Il s’y trouve également 4 Fan fiction, je ne suis pas très fan des Fan fiction de base, mais celles-ci sont plutôt bien écrites. Je n’en dirai pas trop parce que je ne voudrais pas que mon allergie au Fan fiction déteigne sur vous !

Puisque je n’avais pas lu les premiers tomes, les quelques chapitres du début qui relatent la vie des personnages avant l’épidémie, m’ont beaucoup aidé à comprendre la trame de l’histoire et à me familiariser avec les personnages. J’ai par dessus tout aimé le passage qui parle de la vie de Léna, cette fille qui au début de l’épidémie est allée se réfugier dans l’abri antiatomique de ses parents, mais malheureusement sans eux. Pendant tout un chapitre, on est bloqué avec elle dans cet abri, on vit avec elle jusqu’au jour, après des mois d’hibernation solitaire, elle décide d’enfin sortir et d’aller explorer le monde extérieur. Mais après qu’elle soit sortie, plus aucun chapitre ne nous raconte la suite de son aventure, on la laisse là, déambuler dans les rues de New York et je trouve ça vraiment dommage. Son récit méritait d’être un peu plus détaillé.

On continue la lecture avec de nouveaux chapitres sur de nouveaux personnages. Chaque personnage à sa façon bien a lui d’appréhender l’épidémie, sa façon bien a lui de vivre ou de survivre. Certains deviennent des terroristes, d’autres préfèrent vivre en marge de la société, d’autres préfèrent s’allier car l’union fait la force ou alors se rebeller. J’aime bien l’idée de savoir que chacun à sa propre façon de survire à cette tragédie, cela prouve vraiment que chacun est différent.

Dès les premières pages, les auteurs nous mettent en garde que certains chapitres peuvent spoiler certains passages des autres livres, moi qui ne les ai pas lu, ça ne me posait pas tellement de problème mais je pense que ceux qui les ont lu, ces « spoilers » ne sont que des rappels de que ce qu’ils connaissaient déjà. Il m’a été parfois difficile de reconnaître certains personnages alors je déconseille de lire ce livre sans avoir lu les précédents, parce qu’il m’est souvent arrivée d’être perdue face à tous les personnages du livre et leurs différentes histoires qui ne sont que très brièvement évoquées dans ce tome.

Je ne sais pas tellement où me placer par rapport à ce livre. Les nouvelles qui j’y ai lu sont souvent trop courtes pour qu’on accroche vraiment à un personnage en particulier. A la lecture du résumé, j’attendais beaucoup du récit sur Koridwen, celle qui a déjà vécue ça, mais pour elle, comme pour les autres, ces récits n’ont fait que me donner certains passages de sa vie, sans vraiment me donner de fin. A la fin de ce tome, je n’en sais pas plus qu’au début… J’en ai découvert un peu plus sur certains personnages, mais ce tome ne parle de pas comment ils vont vivre ou se reconstruire après l’épidémie, on les laisse juste à leur vie, exactement comme on les avait trouvé.

J’ai pourtant adoré cette idée, 4 livres, 4 auteurs et une cinquième les réunissant tous ! En plus l’histoire est audacieuse, 90% de la population mondiale décède en seulement quelques jours mais seulement quelques adolescents français (de 15 à 18 ans, tant pis pour moi je serais morte) ayant reçu un vaccin contre la méningite survivent. Le pari était risqué mais pourtant le style des différents auteurs est agréable, l’histoire est bonne et les personnages bien trouvés. Je pense que l’exécution ici, n’est pas la bonne. Je pense que pour lire ce livre et pleinement l’apprécier, il faut avoir lu avant les autres tomes (en espérant que ce livre ne soit pas des redites de ce qu’il est dit dans les 4 autres U4…). Il est vraiment dommage par contre que ce livre ne nous donne pas une fin en bonne et due forme sur ces personnages ou alors qu’il nous apporte une suite. Je reste un peu sur ma fin mais j’ai apprécié cette lecture parce que cette histoire est vraiment innovante. Pour m’aider un peu, je pense que par la suite, je vais lire les autres tomes de U4 parce que j’aime beaucoup les aventures de ces survivants de l’apocalypse sur qui je n’en sais pas assez !

Phobos origines de Victor Dixon

IMG_7711.PNG

 

Auteur : Victor Dixen

Edition : Robert Laffont

Nombre de pages : 300

Prix : 14,90e

Genre : Dystopie, Romance

Résumé : 

Six pionniers en apparence irréprochables.
Six jeunes Terriens rongés par leurs secrets.
Six dossiers interdits, qui auraient dû le rester.

ILS INCARNENT L’AVENIR DE L’HUMANITÉ.

Six garçons doivent être sélectionnés pour le programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à fonder la première colonie humaine sur Mars.
Les élus seront choisis parmi des millions de candidats pour leurs compétences, leur courage et, bien sûr, leur potentiel de séduction.

ILS DISSIMULENT UN LOURD PASSÉ.

Le courage suffit-il pour partir en aller simple vers un monde inconnu?
La peur, la culpabilité ou la folie ne sont-elles pas plus puissantes encore?
Le programme Genesis a-t-il dit toute la vérité aux spectateurs sur les « héros de l’espace » ?

Ils doivent faire le choix de leur vie, avant qu’il soit trop tard.

Mon avis : 

Décidément, je ne fais jamais rien comme tout le monde et cette lecture-ci n’échappe pas à la règle. Je viens de terminer Phobos Origines que j’ai lu après les trois premiers tomes. Mais l’ordre n’a pas vraiment d’importance quand on a entre les mains une série aussi géniale, quand chaque tome est un coup de cœur ! Celui-là n’échappe pas à la règle !

La fin de cette lecture marque donc aujourd’hui la fin d’un voyage, la conquête martienne ! L’aventure sur la planète Mars est presque finie pour moi … Et en attendant la sortie d’un quatrième tome de Phobos, il me reste mes souvenirs ! Ce voyage ne m’aura pas laissé indemne, mon petit cœur en est ravagé. Chaque tome a fait monter la pression, chaque tome possède ses intrigues et ses machinations, chaque tome a quelque chose de grand !! Pendant toute la durée de cette lecture, il m’a été difficile de lire et de vivre ma vie en même temps ! J’étais à moitié ici et à moitié sur Mars ! En 4 tomes, j’ai été une pionnière marsienne, j’ai été l’amie de Léonor, j’ai été dans les bras de mon cher Marcus, j’ai gouté aux plats de Kristen, j’ai ris aux blagues de Kelly, je me suis même habituée aux remarques un peu trop intellectuelles de Fangfang et j’ai « coursauter » ! Pendant toute la durée du voyage, j’ai ri et j’ai frémis, j’ai espéré et mon cœur s’est emballé, je me suis indignée et énervée. J’ai vécue moi aussi une aventure grandeur nature ! Je ne suis pas prête de les oublier, ils ont chacun marqué mon cœur d’une manière différente, mais il y aura toujours de la place pour mon bel américain (encore plus avec les révélations de ce troisième tome et de cet hors série, sache que je n’ai jamais cessé de croire en toi Marcus !!! <3). Je les quitte maintenant pour mieux les retrouver plus tard.

Un petit mor pour vous mes amis, je vous laisse entre les mains de mon cher Victor Dixen, il fera de votre destinée quelque chose de grand, votre sort est maintenant entre ses mains , mais je lui fais confiance, il vous aime tout autant que moi. Ce n’est pas un « Sayonara » mais un « Mata ne ».

Votre responsable survie !

Ce tome comble nos lacunes et vient nous apporter les quelques informations qu’il nous manquait sur les garçons de l’équipage. On en apprend un peu plus sur chacun d’eux avec de petites anecdotes qui renforcent notre amour pour ces héros !! Ce sont des êtres humains avant tout, avec leurs faiblesses et leurs petits secrets ! Nous étions au courant que Madame McBee n’avait pas choisi des enfants de cœur pour partir sur Mars, maintenant on en a la confirmation. Victor Dixen nous a réservé une panoplie assez incroyable de passés douloureux et de chaines et boulets aux pieds à se trimballer !

J’ai adoré rentrer dans la vie de mes chouchous avant le programme Genesis, dans leur vie backstage. Pour certains Mars était une libération, leur seule et unique chance de survie, pour d’autres au contraire, c’était la chance de connaître quelque chose de nouveau, un nouveau départ en quelque sorte. J’aurais aimé en avoir plus, beaucoup beaucoup plus !! Comme à chaque fois c’est la plume superbement addictive de l’auteur qui nous plonge dans l’histoire à 100% et à chaque fois c’est un calvaire de quitter cet univers et de reprendre un autre bouquin …

Découvrir ce tome n’a presque pas changé l’idée que je me faisais des personnages, ou si en mieux ! Tao et Samson sont devenus mes petits protégés, j’ai un tout petit peu plus d’estime pour Alexei (mais le pauvre je ne le porte pas vraiment dans mon cœur), Mozart reste toujours mon deuxième coup de cœur, et Marcus reste fidèle à lui même, je l’aime encore plus maintenant que je sais qu’il est resté celui qui a fait chavirer mon cœur du début à la fin. Le seul qui reste toujours aussi énigmatique pour moi c’est kenji, malheureusement pour lui, même avec ces nouvelles informations sur lui, il reste toujours un mystère (je ne sais pas ce qu’il lui a pris dans ce troisième tome et rien n’explique sa décision dans ce hors série …). Aucunes de ces révélations ne m’a choqué, mais comme Serena l’a dit elle-même, le programme Genesis est un nouveau départ, une nouvelle vie, je vais donc faire comme eux et oublier les frasques de leur passé et avancer !!

Le fin mot de l’histoire reste : plus ! On en veut plus, plus de secrets, plus d’explications, plus de mars, plus de tout !! Encore une fois merci a Victor Dixen pour ce voyage jusqu’au bout du monde, qui m’a fait rêver du début à la fin et qui a marqué ma vie de lectrice à jamais ! J’espère avoir l’occasion d’en savoir un peu plus sur l’histoire des filles !!

Je vous conseille ce hors série absolument !

 

Phobos tome 3 de Victor Dixen

 

Processed with VSCO with hb1 preset

Résumé : 

Pour ceux et celles qui veulent lire ce tome-ci ou bien les précédents, je pense qu’il vaut mieux que vous ne lisiez pas cette quatrième de couverture ! Croyez-moi, c’est pour votre bien !

 

Mon avis : 

Je viens de terminer Phobos 3 il y a quelques minutes à peine et je ne suis pas prête de m’en remettre ! Honnêtement j’ai adoré ce tome ci, riche en rebondissements mais je suis restée sur ma faim … Je ne suis pas déçue non, loin de là, mais je n’arrive toujours pas à reprendre mon souffle même après avoir tourné la dernière page !! Je vais essayer de faire une chronique des plus honnêtes en vous donnant mon avis personnel mais sans pour autant vous spoiler tous les points importants du roman et croyez moi, ce n’est pas une mince affaire …

L’aventure sur la planète Mars est presque finie pour moi .. Et en attendant la sortie d’un quatrième tome de Phobos, il me reste mes souvenirs ! Ce voyage ne m’aura pas laissé indemne, mon petit cœur en est ravagé. Chaque tome a fait monter la pression, chaque tome a ses intrigues et ses machinations, chaque tome a quelque chose de grand, mais celui-ci est différent !! Je n’ai pas réussi à respirer, de la première page à la dernière. Il m’a été difficile de lire et de vivre ma vie en même temps ! J’étais à moitié ici et à moitié sur Mars ! En 3 tomes, j’ai été une pionnière marsienne, j’ai été l’amie de Léonor, j’ai été dans les bras de mon cher Marcus, j’ai gouté aux plats de Kristen, j’ai ris aux blagues de Kelly, je me suis même habituée aux remarques un peu trop intellectuelles de Fangfang et j’ai même « coursauter » ! Je ne suis pas prête de les oublier, ils ont chacun marqué mon cœur d’une manière différente, mais il y aura toujours de la place pour mon bel américain (encore plus avec les révélations de ce troisième tome, sache que je n’ai jamais cessé de croire en toi Marcus !!! <3). Ces personnages sont tous empreints d’une réalité assez troublante et chacun a une place bien précise, personne n’est en trop ! Ils sont devenus mes amis à part entière !

Nous avions quitté les pionniers à la fin du tome 2 en pleine période de crise marsienne. Et tout à coup c’est le drame, personne ne comprend plus rien : c’est la fin !! Oui oui encore une fois, Victor Dixen a décidé de nous faire l’affront de s’arrêter là ! Rideau Mesdames et Messieurs, fin du spectacle … Et mon cœur a éclaté en un milliard de poussières d’étoiles … Il fallait pour recoller les morceaux, retrouver tous ces personnages chers à mon cœur, pour me rassurer ! Mais là encore rien ne s’est passé comme prévu autant vous le dire …

J’ai retrouvé mes personnages, mes amis que j’avais l’impression d’avoir perdu, c’était une bénédiction ! Mais j’ai surtout retrouvé cette ambiance, ce suspens, cette adrénaline si particulière que je n’ai trouvé que dans les livres de Dixen ! Une intrigue à vous couper le souffle, qui vous prend aux tripes et qui vous fait oublier tout ce qui vous entoure ! Et je n’ai pas été déçue, cette fois-ci, nous avons droit à plus de 600 pages de bonheur total !!

Avec ce troisième tome on monte d’un cran encore (je ne sais pas comment s’est possible, mais il l’a fait !!). Alors que je pensais lire tranquillement la fin d’une histoire, je me suis retrouvée au bord du précipice ! Mon cœur a fait des bonds en même temps que tous les rebondissements et les retournements de situation. Sur Mars, les choses vont changer, les pionniers vont être emmenés à faire des choix difficiles qui vont conditionner leurs avenirs respectifs mais ils vont remarquablement bien s’en sortir ! On ne peut pas vraiment dire la même chose d’Andrew et Harmonie, pour eux la vie ne va pas être facile et leurs vies vont devenir hors de contrôle … Et celle que je déteste le plus (j’ai nommé Serena, que j’ai toujours autant envie d’égorger !!!) va prendre de l’ampleur, on va en apprendre un peu plus sur elle, pour finir par la détester définitivement ! Mais autant vous dire que le karma vous rattrape toujours !! Alors que je croyais qu’un bouleversement allait enfin se terminer, un autre prenait sa place et ça pendant tout le roman ! Je respire quand moi dans tout ça ?! J’ai été plus que surprise ! Encore une fois je n’ai pas su à quoi m’attendre avec cette histoire et ça fait vraiment du bien de devoir juste me laisser porter au fil des pages !

Par contre, la fin n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais … Je m’attendais à une apothéose et j’ai été un peu déçue ! C’est surtout une réaction de Léonor qui m’a beaucoup déçue … Pour ceux qui ont lu ce troisième volet : comment peut-elle être aussi sereine après une telle perte ? Comment peut-elle faire comme si tout allait bien alors que vraisemblablement mon monde et le sien s’écroulent ? Je trouve sa réaction pas très adéquate ! Je n’aime pas cette fin qui nous laisse sur notre faim … J’attendais plus de réponses à mes questions qui me permettraient de dormir un peu mieux la nuit ! J’attends donc ce prochain tome, ce grand final, avec impatience ! Et Victor Dixen, si vous passez par là, j’aimerai vraiment savoir pourquoi vous aviez besoin de faire arriver ces deux tragédies qui d’une n’apportent rien à l’histoire et de deux qui ont littéralement dévasté mon cœur ?!

Mais je vous remercie aussi, parce que vous m’avez fais voyager vers des paysages inconnus, vous m’avez fais rêver d’amour, d’amitié et de camaraderies, vous m’avez transporté au delà du ciel ! La plume de l’auteur est merveilleusement addictive ! Mais ce qui fait de ce roman un bijou unique c’est sa réalité ou sa vraisemblance, toutes les petites anecdotes, ces faits scientifiques et ses ravages qui pourraient aussi bien arriver à notre époque !! Tous les problèmes actuels, les tensions politiques, les enjeux internationaux, mais également les revers de la télévision et les enjeux financiers sont tous réunis en une seule et même saga pour encore plus de réalisme !! Encore un énorme merci pour toutes ces pages !!!

Si je ne vous ai pas convaincu de lire ce livre c’est que j’ai mal fais mon boulot ! Mais une chose est sure : vous ne le regretterai pas !!