La cité de l’oubli de Sharon Cameron

temp-1

 

Auteur : Sharon Cameron

Edition : Nathan

Nombre de pages : 468

Prix : 17,95€

Genre : Dystopie, Jeunesse

Pour vous le procurer c’est par ici.

Résumé : 

Tous les douze ans, ils oublient. Pas moi.

Tous les douze ans, les habitants de Canaan subissent un phénomène mystérieux : ils perdent la mémoire et oublient qui ils sont. Ceux qui n’ont pas consigné leurs souvenirs dans leur journal perdent leur identité et deviennent des parias. Les autres se reconstruisent grâce aux informations qu’ils redécouvrent dans leur journal.
Nadia, 16 ans, cache un lourd secret : il y a douze ans, elle n’a pas oublié. Elle se souvient du chaos qui a saisi la cité, tout comme elle se rappelle que son père a falsifié les journaux de sa mère et de ses sœurs pour les abandonner… À l’approche du nouvel Oubli, elle redoute que sa famille soit de nouveau éclatée. Pour éviter cela, elle doit percer le secret de ce phénomène, avant que tout le monde ait oublié.

 

Mon avis : 

Je tiens à remercier du fond du cœur les éditions Nathan pour ce nouveau partenariat (qui commence très bien grâce à une super lecture !), avec une mention spéciale à Léna que je remercie pour son accueil, sa gentillesse et sa bonne humeur !

 

Ce que j’aime avec les romans, c’est la surprise ! Je n’attendais pas grand-chose de ce livre, le résumé m’avait beaucoup plus et je m’étais simplement dis pourquoi pas. J’ai ouvert ce livre sans avoir beaucoup d’attente à son sujet … et je me suis pris une claque ! Littéralement ! Ce livre m’a réellement surprise et je me suis retrouvée prise au piège, coincée dans ma lecture incapable d’arrêter de lire !

Lire la suite de « La cité de l’oubli de Sharon Cameron »

Publicités

Le choix d’Horace d’Hélène Louise

Processed with VSCO with hb1 preset

 

Auteur : Hélène Louise

Edition : Auto-édité

Nombre de pages : 146

Prix : 9€

Genre : Science-Fiction, Dystopie

Pour vous le procurer c’est par ici

 

 

 

Résumé :

Horace aura vingt-et-un ans dans quelques jours. Enfin majeur, il va pouvoir quitter l’orphelinat de Fougères où il a vécu depuis sa naissance, en compagnie d’autres enfants métis, soumis comme lui à la charité des Résidents.
Les Résidents, ces Intelligences Artificielles qui partagent le quotidien des humains depuis le soulèvement de 1951, soit depuis plus d’un siècle et demi, assurent l’entretien et l’éducation de ces enfants nés d’unions illicites en échange de la réquisition régulière de leurs corps, seul moyen pour eux d’accéder à une forme vivante.
Horace est né de parents de deux races différentes et son physique inhabituel, mi félide mi nocto, le condamne au statut de basse caste. Et s’il va enfin échapper aux mains des Résidents en gagnant sa majorité, il devra également trouver moyen d’assurer sa subsistance dans ce monde qui réprouve sa naissance et son existence même…

 

Mon avis :

Je tiens à remercier du fond du cœur Hélène Louise pour son livre et pour sa confiance.

Son opus précédent « Les silences de Thalès » avait été un tel coup de cœur que je ne pouvais pas refuser de lire son nouveau livre ! Maintenant que j’ai été habituée à son style et à sa plume, je passe forcément de bons moments.

Lire la suite de « Le choix d’Horace d’Hélène Louise »

Demain il sera trop tard de Jean-Christophe Tixier

IMG_0956-1

 

Auteur : Jean-Christophe Tixier

Edition : Rageot

Nombre de pages : 448

Prix : 15,90 €

Genre : Jeunesse, Dystopie, Thriller

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

Résumé : 

Dans une société où règnent en maîtres prévisionnistes et laboratoires scientifiques, chacun connaît sa durée de vie précise. Depuis leur naissance, Virgil et Enna ont des destins opposés. Long Terme, Virgil a toujours eu droit au meilleur. Enna, elle, vit dans un bidonville car elle est Court Terme. Mais un jour une Brigade tente d’arrêter Virgil. Il s’enfuit. Il apprend que son Terme est erroné et qu’il va mourir à 21 ans… Qui a commis cette erreur ? Quelles conséquences terribles va-t-elle avoir, pour lui et pour d’autres ? Enna, elle, graffe sa révolte sur les murs des beaux quartiers. Quand son amie est tuée par un groupuscule, elle jure de la venger… Traqué, Virgil rencontre une jeune geek, Lou, analyste de données qui s’oppose clandestinement au système. Elle l’entraîne dans le Réseau afin d’organiser la lutte…

Mon avis : 

Je n’ai pas pour habitude de lire ce genre de livre mais parfois j’éprouve un certain plaisir à mettre de côté mes principes et à ouvrir un thriller en me laissant porter. En fait de thriller, je dirai qu’il s’agit plutôt d’une dystopie, mais ce n’est que mon avis, je vous explique avec le résumé.

Dans un monde où la science a pris le pas sur l’éthique et ou un « Ils » que personne ne peut nommer, contrôle le pouvoir, la vie est divisée en trois. Un test effectué à la naissance permet avec précision de connaître la date de sa mort. En 3, pour trois catégories : les longs, les moyens et les courts termes. En dessous de 25 ans vous êtes un court terme, jusqu’à 50 ans vous êtes un moyen terme et si vous avez un terme supérieur à ce chiffre déjà faramineux, vous faites parti des très chanceux à être un long terme.

Les habitants vivent séparément les uns des autres. Les longs termes sont éduqués et occupent des postes hauts placés dans des conditions de vie de rêve, les moyens termes sont placés à des postes intermédiaires dans des conditions de vie relativement convenables. Mais si par malheur vous êtes un court terme, vous êtes parqués dans des bidonvilles aux conditions de vie misérables et insalubres à effectuer des taches ingrates que personne d’autre ne voudrait réaliser.

Ce « Ils », ce gouvernement, a la main mise sur tout, l’opinion publique, l’information, la protection et la surveillance de la population mais surtout sur le respect de l’ordre. Chacun est équipé d’une puce qui lui permet de passer les différents points de contrôle disséminés partout en ville mais également de pouvoir être en permanence identifié par les patrouilleurs. Aucune vie privée, dans la puce est intégré un mouchard qui transmet en temps réel votre position mais aussi vos données vitales.

Tout se passe dans un calme relatif, jusqu’à ce qu’un jour plusieurs individus disparaissent subitement et sans aucune explication. Virgil un long terme a la vie devant lui. Il mène une vie bien tranquille quand les brigades des forces spéciales veulent l’arrêter. S’en suit alors une course contre la montre pour essayer de leur échapper mais surtout pour rester vivant. Il va alors trouver refuge auprès de personne formant le Réseau, un organisme de rébellion qui essaie de démanteler le gouvernement. Les questions que Virgil se pose sur son arrestation vont le conduire à une remise en question totale du système qui régit sa vie depuis sa naissance. Alors qu’il est la personne la plus recherchée de toute la ville, d’autres vont venir lui porter secours et avec lui éveiller les consciences face à l’oppression du gouvernement ! Il veut connaitre les réponses à ses questions et il fera tout pour les obtenir : qui est-il ? D’où vient-il ? A qui peut-il faire confiance ? La révolte est en marche !

 

Avec le point de vue de Virgil, on a accès a d’autres points de vue, celui de la pro de l’informatique Lou, celui de la cours terme Enna, Jolson un long terme qui fait parti de la brigade spéciale. D’autres personnages tout aussi importants viennent compléter le tableau pour aider Virgil dans sa fuite, pour le garder en vie mais surtout pour faire avancer la révolution qui se prépare !

Donc pour moi, ce livre tient plus de la dystopie dans un monde entièrement dirigé par la nouvelle technologie qui régit la vie de tous, plutôt que du thriller. Mais pourquoi pas, avec une telle course poursuite, on pourrait se poser la question ! Alors je dirais, qu’il est un peu les deux 😉

Ce livre est vraiment addictif, les évènements s’enchainent à une vitesse folle et on se retrouve plongé dans un univers totalement différent du notre. Moi qui ai lu pas mal de dystopie, je n’avais jamais croisé une histoire qui ressemble à celle-ci. Elle est complètement différente et nous pousse à nous poser nos propres questions sur notre gouvernement et sur son rôle.

Le style de Jean Christophe Tixier est clair, net et précis, il va droit au but sans passer par quatre chemins tout en restant fluide et très agréable à lire. J’ai passé un très bon moment en compagnie de tous ces personnages, même si cette lecture n’est pas un coup de cœur, elle n’est pas passée loin ! Sortir du cadre de la romance et de la Young Adult m’a fait beaucoup de bien et je pense même reprendre certaines de mes dystopies lâchement abandonnées quand j’ai découvert la romance.

Je vous recommande ce livre si vous êtes avide de sensations fortes, de révélations chocs et surtout si vous voulez vivre un moment plein de suspens et de rebondissements ! Ce livre est fait pour vous j’en suis sure, moi j’ai adoré !!

Les vigilantes – Le foyer Tome 1 de Fabien Clavel

Processed with VSCO with hb1 preset

 

Auteur : Fabien Clavel

Edition : Rageot

Nombre de pages : 384

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Dystopie

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

 

Résumé : 

À la sortie du Foyer, l’institution paramilitaire où elle a grandi, Anna devient une Vigilante. Elle découvre à la fois le monde extérieur, un pays étouffé par la dictature du Parti, et sa mission : espionner une famille d’opposants supposés. Au fil des jours, elle s’attache à cette famille aimante dans laquelle elle n’a pas eu la chance de grandir.
Quand elle comprend qu’ils fomentent un complot, elle doit choisir son camp…

Mon avis : 

Merci beaucoup aux Editions Rageot pour l’envoi de ce roman !

Au premier abord je suis tombée amoureuse du résumé qui m’avait l’air ultra prometteur. Je me suis donc jetée à corps perdu dans ma lecture et malheureusement j’en suis ressorti vraiment déçue … Je pense que j’ai dû passé à côté de quelque chose, d’un point important de l’histoire ou de son caractère dramatique, mais je n’ai pas apprécié cette lecture …

Je m’explique, d’abord le cadre de l’histoire me paraît un quelque peu inachevé. On se trouve dans un pays en dictature quelque part dans une Europe lointaine, où un chef a eu accès au pouvoir on ne sait pas trop comment, soit disant pour le bien du peuple et de la nation, un dictateur quoi ! Et comme tout bon dictateur, il installe un culte de la personnalité, de la propagande, un milliard de restrictions, le tout sous couvert d’instaurer la peur et l’oppression au sein de son pays. Et il ne faut pas oublier la milice, les caméras, une surveillance permanente, de quoi instaurer un peu plus de crainte chez tout le monde envers leur dirigeant !

Et au milieu de tout ca on retrouve Emma, orpheline, élevée au sein du Foyer, qui, a ce que j’ai compris, serait une espèce d’orphelinat militaire sous la coupe du dictateur ! Pendant toute son enfance, Emma est éduquée, façonnée, travaillée pour devenir un bon petit soldat. Elle est la meilleure, intelligente, robuste et combative, elle est adulée autant que crainte.

Le jour de leurs 15 ans, un énorme test physique et intellectuel est organisé pour déterminer la future carrière de tous les orphelins. Emma est reléguée au rang de Vigilante, pas tellement bien placée au sein de la société. Son job : surveiller une famille de dissidents, potentiellement ennemis de la nation et rapporter toute discussion ou attaque directe contre le pouvoir.

Bon jusque là passe encore, même si pour moi la violence gratuite qui accompagne chaque page de cette lecture m’a énormément dérangée. Je ne suis pas quelqu’un de pacifique, mais trop c’est trop !

C’est la suite de livre qui m’a vraiment perturbé. Donc Emma se retrouve au beau milieu d’un château, absolument seule à devoir surveiller nuit et jour une famille qu’elle ne connaît pas. Mais ensuite, elle va en apprendre plus sur le dirigeant, ses intentions réelles, sur les rebelles de la société qui essaient de sortir le pays du bourbier dans lequel il est plongé, etc etc. Et Emma va prendre des décisions qui ne vont pas forcément être les bonnes. Son supérieur hiérarchique va lui tomber dessus, la traiter comme une moins que rien, la torturer, en faire son esclave et engager une véritable chasse à l’homme pour l’anéantir et la réduire au silence, elle et sa famille !

Je suis pourtant une grande fan de dystopie, de destruction mondiale, d’une héroïne de 15 ans capable à elle seule de sauver la terre entière et pourtant là je n’adhère pas … On m’a peut être trop répété à l’école à quel point la dictature est un frein à la liberté et un fléau pour l’humanité mais en attendant cette histoire m’a laissé de glace. Emma est pourtant une fille forte et intelligente, qui n’a jamais connu d’amour maternel et qui ne cherche qu’à se trouver une place au sein de cette société qu’elle ne connaît pas vraiment (parce qu’enfermer au Foyer toute sa vie), mais je l’a trouve too much ! Justement elle ne devrait pas être morte de trouille ?!

Et puis pour moi le plus choquant, c’est la violence qui s’insinue dans toutes les pages. Frapper encore et encore, pour faire mal, pour montrer sa domination, ce n’est pas pour moi … Alors je me dis que je suis peut-être passée totalement à côté de cette histoire .. Donc malheureusement je n’ai pas été conquise !

 

Je suis vraiment frustrée avec ce livre parce que jusqu’à présent je n’avais jamais été déçue par un livre Rageot mais celui-ci représente vraiment tout ce que je déteste en ce monde, la peur constante, la violence gratuite, l’oppression et l’ascension d’un seul !

Mais pour ceux qui apprécient ou qui sont juste curieux, ce livre est par contre très bien écrit. L’écriture est fluide et sans fioriture, les mots sont très bien choisis, de quoi instaurer la peur et provoquer l’envie de continuer la lecture chez le lecteur ! Ce livre aurait vraiment pu me plaire, seulement je reste hermétique à l’histoire, mais j’espère pouvoir lire autre chose de cet auteur !

Un tome 2 devra sortir début 2018, je verrai par la suite si je lui donne une deuxième chance !

Mais n’hésitez pas à vous faire votre propre opinion parce que mon avis est des plus subjectif !

Mais n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé ce roman ou si vous compter le livre. J’aime beaucoup discuter des livres que j’ai le moins apprécié avec ceux qui l’ont beaucoup aimé.

 

D’autres livres viendront à la rentrée me rabibocher avec Rageot qui est une de mes maisons d’éditions favorites !!

 

 

 

Illuminae – Dossier Alexander d’Amie Kaufman et Jay Kristoff

IMG_9588.PNG

 

 

Auteur : Amie Kaufman et Jay Kristoff

Editeur : Casterman

Prix : 19,99

Nombre de pages : 624

Genre : Dystopie, Science Fiction

Résumé : 

Ce matin de 2575, lorsque Kady rompt avec Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi même, leur planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi – BeiTech. Obligés de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander.

Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra – le seul en qui elle peut avoir confiance -, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major.

Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange…

Mon avis : 

Je tiens à remercier les éditions Casterman pour l’envoi de ce roman qui a été un coup de cœur intergalactique !

A l’occasion de la sortie du tome 2 – Affaire Gemina, j’ai vu tous les réseaux s’enflammer ! Ca faisait déjà un bon moment que je souhaitais lire ce livre, mais avec tout ce remue-ménage, je ne pouvais pas passer à côté ! J’étais donc super super super heureuse de pouvoir lire ce livre, rien que la couverture est magnifique !

Mais la plus grosse surprise se trouve à l’intérieur. Quand on ouvre le livre, c’est une explosion de beauté. Des pages blanches, noires, des dessins, des reproductions, des pages vierges, des paysages magnifiques, le tout dans des dégradés de noir et blanc ! A couper le souffle …

On commence la lecture et on se trouve directement immergé à Kerenza, une ville qui part en lambeau. Kerenza est une planète au froid polaire, assez reculée et sur laquelle ses habitants vivent paisiblement. Jusqu’à un funeste matin où cette dernière est attaquée par un vaisseau Bei-tech à coup de bombes et de produits chimiques.

Grâce à un appel au secours, 3 vaisseaux se trouvant à proximité viennent en aident aux habitants de Kerenza, le Copernicus, l’Alexander et l’Hypatia. C’est grâce au point de vue de Kady et d’Ezra (qui viennent tout juste de se séparer) qu’on en apprend un peu plus sur leur fuite vers les vaisseaux alliés. Kady se retrouve séparée d’Ezra, (pour son plus grand bonheur), sur l’Hypatia ; et lui se retrouve avec les blessés sur l’Alexander. A partir de là, le vaisseau Bei-tech va prendre en chasse les trois vaisseaux pour essayer de les détruire et la course poursuite spéciale commence.

L’histoire ne se déroule pas sous la forme traditionnelle d’un roman. L’histoire s’enchaine avec une succession de dossiers, de mails échangés, de données, de rapports etc et. C’est vraiment la toute première fois que je lis une histoire pareille et très clairement j’ai été scotchée du début à la fin !

Au départ tout est un peu flou, on a du mal à voir ou les auteurs veulent en venir, on a du mal à savoir qui est qui, qui fait quoi, qui veut du mal à qui (parce que oui on reste toujours dans une dynamique gentil/méchant) et surtout pourquoi ? On aura la réponse à cette question uniquement à la fin du livre et encore il reste pas mal de zone d’ombre à éclaircir ! Tout ça pour dire, qu’il faut continuer un peu la lecture pour pouvoir mettre toutes les pièces du puzzle à la bonne place !

Kady est une surdouée de l’informatique. Elle va mettre un point d’honneur à essayer de percer à jour les secrets que leur cachent les autorités et surtout AIDAN (l’intelligence artificielle). Aidan est devenu un peu détraqué à cause de l’attaque de Kerenza et les séquelles sont plutôt importantes (de quoi s’en faire ressentir dans ses prises de décisions …). Pour pouvoir arriver à ses fins, elle va devoir pirater, coder, saboter, espionner, le tout sous la menace constante de se faire exécuter si tout ceci venait à être découvert !

Ezra lui est un lambda, il n’a pas particulièrement d’atout mais il va être recruté sur l’Alexander comme pilote. Pendant des mois ils passent leur vie chacun de leur côté, jusqu’à un événement plutôt funeste qui va mettre Kady hors d’elle et qui va la rapprocher d’Ezra sur l’autre vaisseau. Je ne veux pas vous en dire plus parce que chaque détail de cette histoire est un spoil de trop, mais sachez qu’entre toutes les péripéties, les retournements de situation et le suspens constant et croissant, personne n’a le temps de s’ennuyer !

Pour moi AIDAN alias l’Intelligence Artificielle est le personnage qui m’a le plus épatée, même si personnage est un bien grand mot dans on parle d’une machine qui à la capacité de penser par elle même. La mission d’AIDAN : protéger les habitants des vaisseaux contre le vaisseau ennemi Bei Tech. « PROTEGER, PRIORISER » c’est le leitmotive de l’IA. C’est cet ordinateur parlant qui régit tout c’est aussi le seul organe décisionnaire. mais surtout qui a les capacités de se défendre en qu’à d’attaque (vous pensez bien que ses quelques lésions, la suite ne va pas être de la tarte). AIDAN va être coupé, mis hors circuit pendant quelques temps, à la suite d’un terrible accident. Mais c’est à son « réveil » qu’on va vraiment le voir changer, évoluer. Alors qu’il n’est censé être qu’une Intelligence Artificielle, seulement dotée d’un cerveau hors norme, AIDAN va commencer à ressentir des sentiments, de l’empathie, de la curiosité et même de la peur. Mais il va également se poser des questions sur son existence, ses décisions, mais surtout sur les notions de bien, de mal, de bien commun. Le bien d’un seul vaut-il mieux que le bien de tous ?! Combien faut-il s’accrifier pour la survie du peu qu’il reste ?! J’ai vraiment trouvé très intéressante la réflexion d’une machine, face à la pensée humaine, pleines d’émotions et de sentiments, qu’un ordinateur  uniquement programmé pour réfléchir et prendre les meilleures décisions selon des calculs mathematiques, n’est pas supposé faire. Et parfois la meilleure décision est la plus difficile à prendre … tous vont en subir les conséquences.

 

J’ai vraiment adoré ce roman qui a été un réel coup de cœur ! Le rythme est vraiment entrainant, on a toujours envie de continuer, d’avancer quoi qu’il arrive, coute que coute. Le courage et la bravoure de Kady sont à célébrer et pendant toute la durée du roman, on l’accompagne, comme un ami fidèle, on lui tient la main, en l’encourage, on voudrait la prendre dans nos bras et sécher ses larmes. Cette fille à la force de vaincre inébranlable, est l’un de mes personnages préférés de toutes les dystopies que j’ai pu lire. Ce que j’ai aimé chez elle, c’est son humanité. Tous les autres personnages, passeraient à côtés des cadavres sans même leur accorder un regard. Kady elle s’autorise à fermer les yeux des morts, à pleurer et à avoir peur ! Parce que clairement elle se sacrifie pour la cause, pour la survie du peu qu’il reste, non pas par fierté, ni héroïsme mais juste parce que c’est la seule chose qu’il lui reste à faire, un geste purement altruiste.

Ce roman est plein d’émotions, il est rempli d’une énorme palette de couleurs, il est juste impressionnant ! Et même si un bon livre se doit d’avoir un peu de romance, celle ci est légère et terriblement émouvante. La fin de ce livre a fait battre mon cœur plus vite, j’étais angoissée, terrifiée, j’étais au bord de la crise de nerf (ou de la crise de larmes). Pas une seule seconde je n’ai pensé à une fin pareille. Pas une seule seconde je me suis ennuyée. Ce livre est un chef d’oeuvre, une prouesse littéraire (même si je pense qu’il s’inspire d’autres romans de science fiction). Un très très très gros coup de cœur ça c’est sûr !

Alors encore une fois, un énorme merci à Casterman, merci pour ce merveilleux moment ! J’ai hâte de me plonger dans la suite de ce livre ! L’aventure est loin d’être terminée, pour mon plus grand bonheur !

Le dernier ours de Charlotte Bousquet

IMG_9503.PNG

 

 

Auteur : Charlotte Bousquet

Edition : Rageot

Nombre de pages : 272

Prix : 12,90e

Genre : Thriller, Science Fiction

 

 

Résumé : 

Groenland, 2037. Avec le dérèglement climatique et la fonte des glaces, l’île n’est plus qu’une terre désolée. Anuri, le dernier ours blanc né libre, représente la principale attraction du NC Zoo. Il est aimé de sa jeune soigneuse attitrée, Karen, qui voit en lui un frère d’humanité. L’ours polaire suscite en revanche la convoitise et la haine de Svendsen, un scientifique dévoyé expert en manipulations génétiques.

Mon avis : 

Il est toujours difficile d’ouvrir un nouveau livre après avoir eu un énorme coup de cœur pour le précédent … Il faut avoir l’esprit vraiment ouvert et s’obliger à considérer la nouvelle lecture d’un œil neuf, sans arrière pensée, remettre les compteurs à zéro quoi ! Après « Inséparables » (ma chronique est également disponible un peu plus bas), j’appréhendais d’ouvrir un nouveau livre en ayant toujours en tête mon coup de cœur précédent … mais « Le dernier ours » c’est révélé à la hauteur du challenge ! Je remercie donc les éditions Rageot pour l’envoi de ce roman absolument merveilleux !!!

Depuis que j’ai ouvert mon blog, je n’ai plus tellement eu l’occasion de lire des dystopies ou de la science-fiction, à mon grand désespoir parce que j’adore ça !
Donc quand j’ai vu « Le dernier ours » au programme de parution des Éditions Rageot, j’ai sauté sur l’occasion et plutôt deux fois qu’une !!
En plus je n’ai jamais lu d’histoire se déroulant au Groenland et pourtant je voue un culte extreme à tous ces pays du grand nord au froid polaire (je rêve d’aller au Groenland et en Alaska ! Vous l’aurez compris je déteste la chaleur, je suis littéralement en train de mourir avec un jour comme aujourd’hui où il fait 30 degrés). C’était un réel plaisir de me plonger dans l’univers inuit !!

Après avoir terminé ma lecture, je me suis rendu compte que ce livre n’est pas tellement ce que l’on pourrait appeler une dystopie (parce qu’il ne se passe pas après une catastrophe majeure ou dans un monde post-apocalyptique) mais plutôt un thriller mêlé avec un peu de science fiction ! Mais ça n’enlève rien à son charme, parce que j’ai complètement craqué pour ce roman !!

L’histoire se déroule donc au Groenland à New Copenhague en 2038.
Quand elle était petite, Karen à remarqué dans la rue fouillant les poubelles, une famille d’ours, une mère ainsi que ces deux oursons. Intriguée elle a fait part de sa trouvaille à sa famille. Son père s’est empressé de tuer la mère et de vendre les deux petits au zoo de la ville. L’un des deux oursons est décédé, il ne reste plus qu’Anuri, le dernier ours blanc ayant vécu en liberté et vivant à présent au zoo. Depuis cette rencontre Karen et Anuri ne se quittent plus, ils sont inséparables. Leur lien fusionnel en étonne plus d’un ! Après toutes ces années, Karen devenue soigneuse de l’ours est la seule à pouvoir l’approcher ! L’histoire déraille le jour où deux biologistes envoyés par un éminent bio-généticien, rentrent dans l’enclos d’Anuri pour prélever une quantité non réglementaire de sang ! Armés de fusil, ils ratent leur premier tir. Anuri encore traumatisé par le meurtre de sa mère, prend peur et attaque les deux intrus entrés sans prévenir dans son entre. L’un d’eux est tué et l’autre grièvement blessé, laissé entre la vie et la mort.

Au matin Karen apprend qu’Anuri doit être euthanasié car jugé trop dangereux. S’enchaîne ensuite les plans les plus farfelus possibles et imaginables pour sortir Anuri de se pétrin et l’emmener dans un endroit où personne ne voudra sa mort et où il pourra continuer à vivre sa vie en toute sérénité !
Un plan plutôt dingue voit le jour : rallier Rassumen Cove un parc naturel où Anuri pourra trouver asile ! Mais encore faut il arriver à se rendre tout au nord du Groenland en traversant tout le pays avec un ours et la police aux trousses, le tout dans un froid polaire … même si Karen et Anuri vont être rejoint par deux adolescents (un fugitif et une orpheline), le périple n’est vraiment pas aisé …

Au fil des pages, on va de surprises et surprises, mais la fin m’a carrément laissé assommée … je ne m’attendais à une telle fin. Je ne veux pas vous en dire trop non plus parce que mon ressenti complet vous donnerai une idée du final, mais sachez juste que les humains n’ont pas beaucoup appris. Entre maintenant et 2038 (un laps de temps de 20 ans), les humains n’ont pas appris de leurs erreurs et commettent encore les pires infamies … ce monde m’étonnera toujours !

J’ai adoré le courage et la force de Karen, prête à tout pour sauver celui qu’elle considère comme son frère. Elle s’est battue jusqu’au bout pour lui procurer tout ce dont il avait besoin et pour qu’il ait enfin la vie qu’Anuri méritait d’avoir ! Son caractère et sa persévérance devrait être un exemple pour tous !!

Lone, la jeune fille qui va se joindre à Karen pendant son périple, une outsider, ne se sent pas à sa place dans la société. Pendant ce voyage son malaise va devenir encore plus grand. Plus on apprend à la connaître plus on a l’impression qu’elle aussi à quelque chose à fuir (sa vie peut être). Au final cette expédition lui aura permis d’en apprendre plus sur elle même et ainsi lui permettre de s’accepter et de finalement trouver sa place !

Sial , le voyou, le fugitif, le repris de justice, essaie d’échapper tant bien que mal à cette société qui ne cesse de le pousser vers la sortie. Mais sa gentillesse et son grand cœur lui auront permis de se trouver une amie fidèle et pourquoi pas même l’amour de sa vie ?!

Mais je ne me remets toujours pas de cette fin beaucoup plus qu’inattendue … mais c’est sûrement ce qui fait le charme de ce livre !! En plus la plume de l’auteur fait monter le suspens doucement, au fur et à mesure mais à la fin, on meurt littéralement d’impatience de connaître le dénouement ! On m’avait vivement recommander Charlotte Bousquet pour sa plume et je ne suis vraiment pas déçue !

Je conseille ce roman à tout le fan de thriller et de science fiction parce que cette lecture en vaut vraiment le détour !

Maresi de Maria Turtschaninoff

Livre à paraitre le 1er mars 2017

img_7999-png

 

Auteur : Maria Turtschaninoff

Edition : Rageot

Nombre de pages : 256

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Dystopie

 

Résumé : 

Maresi vit à l’Abbaye Ecarlate, sur une île quasi invisible depuis la mer et qui sert de refuge aux femmes depuis des décennies. Là, elles peuvent s’instruire, grandir et s’épanouir loin de la brutalité du monde et, parfois, de la fureur des hommes. Cette terre d’asile, cette terre de femmes, est placée sous la protection de la Déesse, la Mère Originelle, et les hommes ont interdiction d’y poser le pied. Jusqu’au jour où.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Rageot édition pour l’envoi de ce roman qui sortira en librairie à partir du 28 février 2017.

Je vais essayer de vous parler de ce livre le mieux possible, sans trop vous en dire, mais en essayant de faire passer à travers mes mots, tous les sentiments qui se sont bousculés en moi pendant ma lecture ! Comme avec beaucoup de livres, j’ai ri, j’ai souris, j’ai eu des moments de doutes et de désespoir mais, et là c’est une grande première pour moi, j’ai eu peur. Pas peur pour les personnages, pas pour moi même (parce que tranquillement assise sur mon lit, aucun grand méchant loup ne pourrait sauter du livre pour venir me manger, je le sais, je ne suis pas folle :P) mais j’ai eu peur de la Vieille ! Et bien si vous voulez mon avis, vous aussi vous aurez aussi peur que moi !

J’ai commis une grosse erreur, j’ai sous estimé la puissance de ce livre ! Dès le premier chapitre, une adolescente, Maresi, commence à nous raconter sa vie sur son ile, entourée de toutes ces femmes et j’ai cru que l’histoire se déroulerait tranquillement pendant les 250 pages qui composent ce livre. J’ai pris ce livre pour une banale histoire d’adolescente ! Mais si vous saviez à quel point il est tellement plus que cela et à quel point je me suis trompée !

Pour vous situer un peu le contexte, on retrouve Maresi, au début du livre, en l’an 19 de la 32e Mère (au lecteur ensuite de situer ça dans l’espace temps à sa guise), qui nous explique les derniers évènements. Et là, on rentre vraiment dans le vif du sujet. Maresi vit depuis quelques années avec une communauté de femmes, au sein de l’Abbaye Écarlate sur une Ile (située un peu au milieu de nulle part). Elle n’est encore qu’une novice, entourée d’autres novices et de sœurs expérimentées. Une seule règle est la clef de leur survie : aucun homme ne doit poser un pied sur leur ile. Mais comme vous pouvez vous en douter, tout ça va tourner en eau de boudin !

Mais ce n’est pas tant cette histoire d’invasion qu’on retient en premier de ce livre, mais plutôt tout l’à-côté. L’auteur a crée un univers que je n’avais jamais croisé auparavant : une déesse ainsi que plusieurs de ses formes, mais aussi des danses, des rites, des chants, des offrandes, des appels, des cérémonies, des transes, un milliard de petits détails si saisissants qui paraissent si réels. Elle a aussi imaginé toute une histoire derrière cette déesse, cette ile réservée aux femmes, leur histoire en somme.

L’auteur décrit avec des mots merveilleusement bien choisis les sons, les couleurs et les odeurs, qu’on se croirait projeter au milieu de toutes ces femmes au moment de leur salutation au soleil le matin ou au moment du coucher de soleil de soir ! Je n’avais encore jamais croisé un monde littéraire imaginaire aussi riche et élaboré, sans fausse note. Chaque partie de l’ile porte un nom bien précis (et heureusement qu’il y a une carte pour se repérer au début du livre, mais au bout d’un moment, moi aussi j’ai su me repérer et je n’ai plus eu besoin de carte !). Chaque bâtiment à son histoire, chaque sœur a un rôle bien précis. Et quand on commence la lecture, on pénètre dans une histoire déjà bien rodée puisque l’ile et ses sœurs y vivent depuis des générations sans que rien n’y personne (à deux rares exceptions) ne viennent troubler leur tranquillité ! C’est ce monde merveilleux que je retiens surtout, ces descriptions d’endroits somptueux, cette déesse aux multiples pouvoirs et aux bienfaits hors normes !

Au fil de l’histoire Maresi nous relate sa vie sur l’ile, on a même droit à quelques passages sur sa vie d’avant mais aussi la raison de son arrivée. Les nouvelles arrivantes sont d’abord novices, certaines doivent apprendre la langue parlée par toutes les femmes et ensuite s’instruire avant d’être appelées par une sœur plus âgée enfin de suivre une formation. Maresi est l’une des rares qui à 13 ans n’a toujours pas été appelée. Mais au fil du livre quelqu’un l’appelle et ce quelqu’un personne ne voudrait qu’il nous appelle : je vous parle de la Vieille (et c’est là que j’ai flippé comme une fillette). Au fil du livre on apprend que la déesse que toutes ces femmes prient, a en réalité « 3 formes » qui se traduiraient par la jeunesse, la femme et la mort : c’est cette dernière qui prend la forme de la Vieille (et qui fait un peu flipper !) et qui appelle Maresi (je ne vous en dit pas plus !). C’est l’arrivée d’une nouvelle novice Yaï qui va accélérer l’histoire, troubler leur paisible tranquillité et provoquer des catastrophes, mais bon si toute l’histoire devait être paisible du début à la fin, le livre n’aurais pas été très palpitant ! Mais c’est à ce moment là que j’ai sous estimé la puissance du livre, je ne m’attendais pas à être à ce point surprise et troublée par les évènements qui ont suivis ! L’auteur, même avec les crises qui s’enchainent, reste fidèle à l’histoire qu’elle a écrit, personne ne sort de fusil à pompe pour « dégommer les étrangers », ni de sorts vaudou qui sortent de je ne sais ou ! Rien ne vient en décalage de tout ce qui est écrit, tout est juste est parfaitement bien écrit, rien ne sort de la trame installée, il n’y a pas de fautes, de faux démarrages, tout est écrit avec style et originalité ! C’est ce qui me plait dans le plus dans ce livre, sa rigueur du début à la fin !

Je n’aurais jamais pensé qu’un si petit livre de 250 pages puissent être aussi puissant et palpitant (surtout avec une histoire de femmes, de déesse et d’ile mystérieuse)mais ce livre est une véritable bombe de détails saisissants avec une histoire en décallage tout à fait poignante ! Je ne regrette pas une seconde ce livre que j’ai lu en seulement 2 jours ! Je me souviendrais longtemps de Maresi, de son courage, de sa folie mais aussi de sa soif d’apprendre !