Illuminae – Dossier Alexander d’Amie Kaufman et Jay Kristoff

IMG_9588.PNG

 

 

Auteur : Amie Kaufman et Jay Kristoff

Editeur : Casterman

Prix : 19,99

Nombre de pages : 624

Genre : Dystopie, Science Fiction

Résumé : 

Ce matin de 2575, lorsque Kady rompt avec Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi même, leur planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi – BeiTech. Obligés de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander.

Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra – le seul en qui elle peut avoir confiance -, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major.

Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange…

Mon avis : 

Je tiens à remercier les éditions Casterman pour l’envoi de ce roman qui a été un coup de cœur intergalactique !

A l’occasion de la sortie du tome 2 – Affaire Gemina, j’ai vu tous les réseaux s’enflammer ! Ca faisait déjà un bon moment que je souhaitais lire ce livre, mais avec tout ce remue-ménage, je ne pouvais pas passer à côté ! J’étais donc super super super heureuse de pouvoir lire ce livre, rien que la couverture est magnifique !

Mais la plus grosse surprise se trouve à l’intérieur. Quand on ouvre le livre, c’est une explosion de beauté. Des pages blanches, noires, des dessins, des reproductions, des pages vierges, des paysages magnifiques, le tout dans des dégradés de noir et blanc ! A couper le souffle …

On commence la lecture et on se trouve directement immergé à Kerenza, une ville qui part en lambeau. Kerenza est une planète au froid polaire, assez reculée et sur laquelle ses habitants vivent paisiblement. Jusqu’à un funeste matin où cette dernière est attaquée par un vaisseau Bei-tech à coup de bombes et de produits chimiques.

Grâce à un appel au secours, 3 vaisseaux se trouvant à proximité viennent en aident aux habitants de Kerenza, le Copernicus, l’Alexander et l’Hypatia. C’est grâce au point de vue de Kady et d’Ezra (qui viennent tout juste de se séparer) qu’on en apprend un peu plus sur leur fuite vers les vaisseaux alliés. Kady se retrouve séparée d’Ezra, (pour son plus grand bonheur), sur l’Hypatia ; et lui se retrouve avec les blessés sur l’Alexander. A partir de là, le vaisseau Bei-tech va prendre en chasse les trois vaisseaux pour essayer de les détruire et la course poursuite spéciale commence.

L’histoire ne se déroule pas sous la forme traditionnelle d’un roman. L’histoire s’enchaine avec une succession de dossiers, de mails échangés, de données, de rapports etc et. C’est vraiment la toute première fois que je lis une histoire pareille et très clairement j’ai été scotchée du début à la fin !

Au départ tout est un peu flou, on a du mal à voir ou les auteurs veulent en venir, on a du mal à savoir qui est qui, qui fait quoi, qui veut du mal à qui (parce que oui on reste toujours dans une dynamique gentil/méchant) et surtout pourquoi ? On aura la réponse à cette question uniquement à la fin du livre et encore il reste pas mal de zone d’ombre à éclaircir ! Tout ça pour dire, qu’il faut continuer un peu la lecture pour pouvoir mettre toutes les pièces du puzzle à la bonne place !

Kady est une surdouée de l’informatique, du codage. Elle va mettre un point d’honneur à essayer de percer à jour les secrets que leur cachent les autorités et surtout AIDAN (l’intelligence artificielle). Aidan est devenu un peu détraqué à cause de l’attaque de Kerenza et commence très clairement à péter un plomb … Pour pouvoir arriver à ses fins, elle va devoir pirater, coder, saboter, espionner, le tout sous la menace constante de se faire exécuter si tout ceci venait à être découvert !

Ezra lui est un lambda, il n’a pas particulièrement d’atout mais il va être recruté sur l’Alexander comme pilote. Pendant des mois ils passent leur vie chacun de leur côté, jusqu’à un événement plutôt funeste qui va mettre Kady hors d’elle et qui va la rapprocher d’Ezra sur l’autre vaisseau. Je ne veux pas vous en dire plus parce que chaque détail de cette histoire est un spoil de trop, mais sachez qu’entre toutes les péripéties, les retournements de situation et le suspens constant et croissant, personne n’a le temps de s’ennuyer !

Si je devais vous donner une seule et bonne raison de lire ce livre de vous dirais simplement : AIDAN alias l’Intelligence Artificielle. C’est lui qui est l’organe de décision suprême, qui surveille tout et qui est là pour protéger les civils des trois vaisseaux. C’est grâce à lui qu’on a accès à tout ce qui se passe d’un vaisseau à un autre. Mais ce qui est le plus frappant c’est d’être confronté à un « robot » qui parle, qui pense et qui réagit comme un humain mais qui surtout se met à éprouver des sentiments, de la colère, de la peur, de l’empathie, de l’attachement aussi.

La mission d’AIDAN : protéger les habitants des vaisseaux contre le vaisseau ennemi Bei Tech.

« PROTEGER, PRIORISER »

c’est le leitmotive de l’IA. Mais c’est clairement le PRIORISER qui prend tout son sens au fil de cette histoire parce que pour prioriser la survie de quelques uns, ne faut-il pas en condamner d’autres ? Selon ses calculs, les ordres des humains sont carrément voués à l’échec, ses décisions à lui ont plus de chances de les sauver, même si pour en arriver là, il va falloir faire des sacrifices … (NE SUIS-JE PAS CHARITABLE ?) Il y a une très grande réflexion entre le bien commun et le bien d’un seul, la mort de l’un contre la survie de tous. Il faut faire la balance entre ce qui est le mieux pour tous, l’énorme prise de risque, le tout pondéré par des calculs mathématiques de probabilités.

J’ai vraiment adoré ce roman qui a été un réel coup de cœur ! Le rythme est vraiment entrainant, on a toujours envie de continuer, d’avancer quoi qu’il arrive, coute que coute. Le courage et la bravoure de Kady sont à célébrer et pendant toute la durée du roman, on l’accompagne, comme un ami fidèle, on lui tient la main, en l’encourage, on voudrait la prendre dans nos bras et sécher ses larmes. Cette fille à la force de vaincre inébranlable, est l’un de mes personnages préférés de toutes les dystopies que j’ai pu lire. Ce que j’ai aimé chez elle, c’est son humanité. Tous les autres personnages, passeraient à côtés des cadavres sans même leur accorder un regard. Kady elle s’autorise à fermer les yeux des morts, à pleurer et à avoir peur ! Parce que clairement elle se sacrifie pour la cause, pour la survie du peu qu’il reste, non pas par fierté, ni héroïsme mais juste parce que c’est la seule chose qu’il lui reste à faire, un geste purement altruiste.

Ce roman est plein d’émotions, il est rempli d’une énorme palette de couleurs, il est juste impressionnant ! Et même si un bon livre se doit d’avoir un peu de romance, celle ci est légère et terriblement émouvante. La fin de ce livre a fait battre mon cœur plus vite, j’étais angoissée, terrifiée, j’étais au bord de la crise de nerf (ou de la crise de larmes). Pas une seule seconde je n’ai pensé à une fin pareille. Pas une seule seconde je me suis ennuyée. Ce livre est un chef d’oeuvre, une prouesse littéraire (même si je pense qu’il s’inspire d’autres romans de science fiction). Un très très très gros coup de cœur ça c’est sûr !

Alors encore une fois, un énorme merci à Casterman, merci pour ce merveilleux moment ! J’ai hâte de me plonger dans la suite de ce livre ! L’aventure est loin d’être terminée, pour mon plus grand bonheur !

Rendez-vous avec ma star – Tome 1 d’Alexandra Lanoix

Illustration à venir !!

51lZb8RL6iL

 

 

Auteur : Alexandra Lanoix

Edition : Auto édité

Nombre de pages : 240

Prix : 13,70

Genre : Romance

 

 

 

 

Résumé : 

Nina est une jeune vétérinaire londonienne d’une trentaine d’années. Elle et son amie Beth sont de grandes fans, depuis des années, de la star internationale anglaise Tom Bradley. Celui-ci est au top de sa carrière, beau, charmant et… de nouveau libre. Même si le rêve de Nina est de rencontrer un jour son idole, celle-ci s’y refuse ; elle a trop peur de se frotter à la réalité. Beth, qui l’a déjà vu à plusieurs reprises, la pousse à franchir le pas. Nina est en couple avec Jeremy, a les pieds sur terre, et ne se résout pas à vouloir ne serait-ce que l’entrevoir. Elle est bien consciente que ce genre d’homme ne fait pas partie de son monde, et qu’une barrière existe entre les gens connus et leurs fans. Cependant, un jour, la chose la plus improbable va arriver : Nina, à cause de sa maladresse, croisera Tom Bradley dans des circonstances qui ne pourraient pas laisser envisager une suite entre eux ; et pourtant…

Mon avis : 

Avant de commencer ce livre, j’étais dans une mini « panne de lecture ». Je dois avouer que je n’avais plus trop le temps de lire et que je ne lisais plus par plaisir ! Et avec mon énorme pile de livres à lire, c’est plutôt compliqué de savoir quel va être le prochain …

J’étais tranquillement en train de discuter avec l’auteur (j’ai eu un coup de cœur pour « Love me like you do ») et je me suis dis qu’il me restait encore un de ces romans à découvrir ! Jusqu’à présent avec Alexandra Lanoix je n’ai jamais été déçue et donc c’était un bon moyen pour me remettre sur les rails. Encore une fois, elle a réussi à me bluffer !

A cause de ma panne de lecture, je suis rentrée dans ce livre sans vraiment savoir à quoi m’attendre, un peu blasée de tous les livres que j’avais engloutis et je me suis laissée portée ! Mais bien malgré moi, je me suis laissée emporter ! Les pages se tournaient toutes seules, sans que je m’en aperçoive et j’ai adoré ça (sauf la fin, mais pour ceux qui ont lu mes chroniques précédentes sur « L’appel de ton sang » ou « Love me like you do » ou pour ceux qui ont déjà lu ces livres, c’est sa marque de fabrique, une fin à vouloir la conduire directement en enfer !).

L’histoire commence avec la vie bien monotone de Nina, une vétérinaire plutôt douée et en couple avec un mec incolore, inodore, insipide et sans saveur … C’est d’ailleurs pour ça, que Nina va le larguer ! Ouf bon débarras !! A partir de ce moment là, sa vie prend une autre tournure !!

Il faut dire aussi qu’avec sa meilleure amie, elles sont toutes les deux fans inconditionnelles de Tom Bradley, une étoile montante du cinéma !! Et autant dire que son charme n’enlève rien à ses talents d’acteur, bien au contraire ! Et alors qu’un matin, Nina était parti au Starbucks prendre son café habituel, elle tombe nez à nez avec qui, je vous le donne en mille : Tom Bradley ! Mais puisque la vie, n’est pas une comédie romantique américaine (c’est très important de le préciser, parce que tout se passe toujours bien chez les américains), Nina lui renverse son café dessus, l’insulte de, je cite « gros con à casquette » et ne veut plus jamais entendre parler de ce grossier personnage !

Mais puisque, bon il faut le dire quand même, dans une romance il faut que les choses s’arrangent (on prend exemple sur les américains), Tom va venir s’excuser auprès de Nina qui va tomber dans ses bras, lui, l’homme dont elle a toujours rêver !

C’est vrai que vu comme ça, l’histoire est un peu clichée .. Mais c’est tout le reste qui fait le charme de ce livre, tous les à-côtés. Alexandra Lanoix sait manier les mots et parler d’amour comme personne ! Ces mots nous vont directement au cœur et on se met à rêver d’amour, vous savez celui avec un grand A ! Et de fil en aiguille, cette histoire passe de banale à absolument bouleversante ! Mais n’est ce pas ça le but d’un livre ?! Nous faire rêver, nous emmener dans d’autres contrées, d’autres territoires, nous faire explorer des endroits encore inconnus, nous faire découvrir ce que c’est que de vivre autrement ?! C’est ça le magnifique don de cette auteure : sa capacité à nous transporter et à nous faire rêver ! Parce que clairement je suis tombée folle amoureuse de ce Tom Bradley et surtout de ces yeux bleus azurs !

Cette histoire n’est pas ordinaire, parce que si on sait lire entre les lignes, l’amour dont parle Alexandra, tout le monde le cherche, l’attend et le demande ! Et avec ce livre, l’auteur nous le sert sur un plateau ! Ses mots sont touchants, ses expressions poignantes pour un rendu vraiment très impressionnant !

De tous les livres que j’ai lu (et j’en ai lu pleins), ce n’est qu’avec les livres d’Alexandra Lanoix que je retrouve cet amour dont je rêve depuis toujours. Elle est la seule à savoir l’exprimer avec les mots justes, sans fioriture, juste avec simplicité et délicatesse ! Ses livres me poussent à croire que l’amour existe quelque part, qu’il est à porté de main, parce que de si jolis mots ne peuvent pas être dénués de sens, inventés, carrément sorti de nul part ! Maintenant je rêve d’amour c’est malin !

Tout ça pour dire et c’était important pour moi de vous le faire savoir, qu’il ne faut pas juste se fier au résumé un peu simple de cette histoire. Ce n’est pas du livre dont je suis tombée amoureuse (bon un peu de Tom Bradley c’est sûr) c’est du style de l’auteur, de ses mots, de sa façon de voir la vie et l’amour, de sa foi totale et inconditionnelle en quelque chose de beau et de vivant, de sa capacité à pardonner et de son espoir qu’un jour quelqu’un croisera notre route et que celui-là sera le bon !

Comment ne pas devenir incroyablement romantique après ça ?! Ce livre est une pure merveille et je le recommande à tous ceux, qui comme moi, rêve d’amour ou pour tous ceux qui aiment les romans bien construits et bien écrits !

Par contre, il faut que je vous mette en garde, à vous tous les novices de la perfidie de l’auteure (mais c’est de la perfidie gentille rassurez-vous), personne et je dis bien personne, ne s’attend à une fin pareille ! Attendez vous à tomber à la renverse, à vous mettre à pleurer, à implorer le ciel qu’il mette fin à votre supplice ou vous apporte la suite, à ne plus dormir la nuit, à vouloir tuer l’auteur ou lui envoyer un colis piégé (un petit coucou à Victor Dixen au passage), à tout simplement vouloir lui faire la peau ! Mais rassurez-vous également sur un point, on s’en remet … ou pas …

 

 

 

 

Test PKJ : Le BAC

tag-bac

 

 

En l’honneur de ma petite sœur qui va passer le bac dans quelques jours, je me suis moi aussi prêtée au jeu ! Heureusement que je l’ai passé il y a quelques années … j’en fais encore des cauchemars !

 

 

 

Français : citer un livre d’un auteur français dont vous avez apprécié la plume.
Je ne pouvais pas ne pas citer Victor Dixen et sa plume incroyable !!
Mais puisque je ne peux me résoudre à respecter les consignes (c’était déjà là cas à l’époque) je vais également citer Alexiane de Lys et son écriture extraordinaire qui m’a fait rêver dans « Les ailes d’émeraudes »

Mathématiques : citer un livre dont la couverture évoque les maths.
« Charlie + Charlotte » mais je ne peux pas vous en dire plus, j’ai malheureusement arrêté très vite cette lecture…

Anglais : citer un livre dont le titre est en anglais (mais le contenu en français).
Je vais citer toute la série Offre campus dont tous les tomes ont un titre en anglais « The deal » pour le tome 1, « The mistake » pour le tome 2, « The score » pour le tome 3 et « The goal » pour le tome 4 ! J’ai adoré cette saga (même si je n’ai lu que les deux premiers volumes, mais ça compte quand même 🙈)

Histoire : citer un livre dont l’intrigue se déroule dans un passé lointain.
C’est quoi un passe. Lointain pour vous ?! Je vous aurez bien dis « L’odyssée » mais je ne suis pas certaine que ça compte … sinon « Outlander » même si je ne l’ai pas lu et que je n’ai pas l’intention de le faire.

Géographie : citer un livre dont l’histoire se déroule dans un endroit que vous savez placer sur une carte.
J’ai le droit de choisir les États-Unis ?! Donc ma dernière lecture en date se passait à Seattle au nord ouest des États Unis et il s’agit de « Un truc truc comme un biscuit craquant »

Philosophie : citer un livre qui vous a fait réfléchir.
Après avoir lu « Ma raison de vivre » de Rebecca Donovan j’ai beaucoup réfléchie … je ne vous en dis pas plus c’est à vous de découvrir pourquoi 😘

Physique/chimie : citer un livre avec un personnage geek.
Je n’ai pas cherché très loin, je cite « Geek girl ». Bon d’accord celui là était facile 😅

Economie : citer un livre dans lequel le héros exerce une activité professionnelle.
Dans tous les tests, je suis obligée de me parler de Colleen Hoover et celui ci ne déroge pas à la règle ! Donc l’heureux élu est « Confes ». Dans le livre Aubrun est coiffeuse, dans la série elle est aide soignante, alors choisissez le celui que vous voulez !

Sciences : citer un livre où les lettres SCIEN sont présentes dans le titre.
Si je vous dis que j’ai cherché pendant des heures avant de trouver un titre vous me croyez ?! Bon d’accord les lettres sont dans le désordre mais quand même, là aussi ça compte ! J’ai donné trouve « La sélection » de Kierra Cass !!

LV2 : citer un livre écrit ni en Français, ni en Anglais.
Euh je ne lis que en anglais ou en français, mais un livre dont l’original est dans une autre langue, je choisirai « Anna Karenine » de Tolstoï !

Sport: citer un livre dans lequel le héros fait de la course à pied/du running.
Un livre qui m’a marqué et qui continuera de me marquer tout au long de ma vie « Dis-moi si tu souris »

Courage à tous ceux qui passent le bas ou le brevet cette année ! Je vous souhaite de réussir et je vous envoie toutes les ondes positives que j’ai en stock !

La nuit d’Ulysse de Salomé Rouiller

ob_54d397_la-nuit-d-ulysse-rouiller

 

 

Auteur : Salomé Rouiller

Edition : L’âge d’Homme

Nombre de pages : 104

Prix : 9e

Genre : Drame

 

 

 

Résumé : 

Et si l’on vous parlait d’un autre Ulysse? Celui qui erre dans une ville emplie de vide. Celui qui s’accroche désespérément à un passé qui le rend fou. Cet Ulysse qui s’enivre d’alcool et de douleur, au son de sa propre médiocrité. Cet homme qui trébuche dans l’ombre du héros, malsain, détruit, et qui tente de s’approprier un souvenir fuyant pour se reconstruire. Ulysse seul, seul contre la vie même, cette traîtresse qui s’acharne à le faire respirer, malgré la souffrance.

Mon avis : 

La lecture de ce livre n’a pas été aisée… Je n’ai pas pour habitude de baisser les bras ni même d’arrêter ma lecture alors même que je n’ai pas tourné la dernière page du livre. Il serait vous mentir que de vous dire, que je n’ai jamais voulu refermer ce livre et ne jamais y revenir.

Ce livre a beau être court, ce n’est pas pour autant que cela rend sa compréhension plus facile, bien au contraire. Je n’ai pas compris un traitre mot de cette histoire avant les deux dernières pages ! Je mets souvent en cause ma blondeur naturelle lorsque je ne comprends pas quelque chose, mais sur ce coup là, c’était mon cerveau qui me faisait défaut !

Le style était parfait, à couper le souffle. Toutes les phrases s’enchainaient les unes après les autres dans une synchronisation parfaite, le tout emprunt de poésie ! Mais la magnifique tournure des phrases n’en rend pas plus facile la compréhension de l’histoire …

On entre dans un univers un peu particulier, dans un New York actuel un peu brumeux. On rencontre un homme dont on ne connaît pas le nom ni la description, qui passe son temps à boire (et à se droguer ?!). Je croyais au début, que toute l’histoire se passait dans sa tête (un peu de schizophrénie ?!) ou alors dans un de ses rêves. De ce que j’ai compris, il passe de bar en bar, rencontre des personnes qui vont réussir à changer sa façon de voir les choses (dont je ne sais pas s’ils sont réels ou non), en un mot, il essaie de noyer ou de cacher son chagrin (qui vient d’où exactement, personne ne le sait). Il est à la recherche d’Ulysse, le héros de la mythologie je pense. Le personnage voit sa femme, Pénélope et même Circé, une magicienne aux côtés sombres, mais là encore allez savoir si ces rencontres sont bien réels ou juste le fruit de son imagination. Et l’histoire se passe comme ça, sur ce même ton où se mêle alcool et poésie, et je n’ai toujours strictement aucune idée de ce que je suis en train de lire.

Qu’on ce le dise, je comprenais le sens des phrases (la compréhension n’est vraiment pas difficile), mais remettre ses phrases dans le bon contexte pour former une histoire cohérente, là c’était plus compliqué …

Et puis on arrive à l’avant dernière page au moment où un retour en arrière nous éclaire à la façon d’un « Euréka » à la Archimède ! Et tout prend enfin son sens. Toutes ces phrases au sens détournées, toutes ces exclamations, toutes ces folies et ces désespoirs, tout prend enfin son sens ! Je suis restée littéralement bouche bée devant un tel chez d’œuvre !

Et dire qu’au début, j’ai descendu ce livre en flèche .. mais la claque finale que je me suis prise dans la figure ne me fera plus faire deux fois la même erreur !

Pour bien comprendre toutes les subtilités de ce livre et retrouver le personnage (dont cette fois je connaissais le secret), une deuxième lecture m’a permis de mieux rentrer dans l’histoire, de mieux le comprendre, de me mettre à sa place (et peut être aussi de prendre un peu de son fardeau) ! Cette deuxième lecture m’a été nécessaire pour que tout se remette dans l’ordre. Cette relecture a été une révélation, ce livre est un chef d’œuvre ! Heureusement que je me suis accrochée, que je n’ai rien voulu lâcher avant de l’avoir terminé (je remercie mon entêtement à toute épreuve).

Ce qui m’a poussé à continuer jusqu’au bout, c’est le style de l’auteur, merveilleusement poétique et d’une beauté à couper le souffle ! Des phrases exceptionnellement bien tournées, mises en vers dans un style lyrique absolument grandiose ! Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un livre aussi bien écrit (depuis ma lecture de Tolstoï je crois).

Alors je recommande ce livre coup de cœur à tous ceux qui apprécie l’aventure, n’ont pas peur de l’inconnu et qui veulent juste se laisser porter par une histoire au pouvoir envoutant !

 

Un truc truc comme un biscuit craquant de E. Lockhart

 

 

Image à venir 

IMG_0028

 

 

Auteur : E. Lockhart

Édition : Casterman Jeunesse

Nombre de pages : 512

Prix : 17.90e

Genre : Jeunesse

 

 

 

Résumé :

J’ai 15 ans, 11 rendez-vous avec ma psy et 4 grenouilles en céramique.
Tel est le désespérant constat que Ruby fait de sa vie.
Sans compter qu’en 10 jours, elle a rompu avec son petit copain, s’est gravement disputée avec sa meilleure amie, a bu sa première bière (beurk), a été prise sur le fait par sa mère (aïe!) et a subi une attaque de panique colossale.
Mais Ruby a des réserves d’intelligence (et de mauvaise foi). Elle est surtout persuadée que l’existence est une aventure à haut risque totalement réjouissante, un vêtement tout doux mais qui gratte un peu…
Oui, mille fois oui, la vie selon Ruby, c’est finalement un truc truc comme un biscuit craquant !

Mon avis :

Je tiens à remercier les éditions Casterman Jeunesse pour l’envoi de ce roman !

Je n’ai pas lu « Nous les menteurs » du même auteur mais j’avais entendu tellement de bien sur ce livre, que quand il m’a été proposé de lire « Un truc truc comme un biscuit craquant » je n’ai pas pu refusé ! Et ça en valait le détour 😍

D’abord quelques petites infos sur le roman de l’épaisseur d’une brique (plus de 500 pages). Il est en réalité composé de deux livres tirés du « Journal de Ruby Oliver ». Le premier s’appelle « L’amour avec un grand Z » et le deuxième « L’art de perdre les pédales ».
Pour tout vous dire, j’ai plus apprécié la première partie que la deuxième ! Mais avant de vous expliquer le pourquoi du comment, je vais vous présenter Ruby.

Ruby Oliver à 15 ans, 5 crises d’angoisse en 10 jours, 11 rendez-vous chez le psy et 4 grenouilles en céramique à son actif. Sa vie a basculée le jour où le son petit copain l’a plaqué pour Kim, sa meilleure amie. Vous vous doutez bien que par la même occasion, elle a aussi perdue sa meilleure amie de toujours ..
Elle se confie alors au Docteur Z, son psy et prend conscience de sa réelle obsession pour les garçons (levez la main toutes celles qui n’étaient pas pareilles à son âge 😏). Malheureusement pour Ruby toutes ses expériences se soldent par un échec (plutôt cuisant).
Tout commence quand, dans le cadre de sa thérapie, elle doit dresser une liste de tous les garçons qui ont un tant soit peu compter dans sa vie. Après quelques migraines et beaucoup réflexion, le chiffre tombe, ils sont au nombre de 15, allant de l’ami imaginaire, en passant par son premier baiser …
Une fois la liste terminée, elle tombe entre de mauvaises mains, elle est reproduite en un nombre incalculable d’exemplaires et affichés sur tous les casiers du lycée. Il faut aussi dire que Ruby est une élève de Tate, un lycée privé vraiment tout petit, à la suite de cette débâcle, elle devient une lépreuse (une sans amie) doublée d’une allumeuse. Une réputation déjà toute faite et à laquelle elle ne peut déroger … elle se retrouve absolument seule …

Mes à coups de séances chez sa psy, Ruby arrive à remonter la pente, elle parvient même à se réconcilier avec ses anciennes amies, pas avec Kim, faut pas rêver non plus !
Ruby derrière ses problèmes existentiels avec les garçons, est une fille drôle et pleine de sensibilité. Ses crises d’angoisse cachent de réels problèmes émotionnels, Ruby perd peu à peu confiance en elle et se retrouve en manque d’affection. Mais de tout ça elle se relève avec brio grâce à sa force de caractère et son courage à toute épreuve ! (Et une bonne repartie aussi qui l’aide à se sauver de plusieurs situations plutôt embarrassantes 😉).

J’ai beaucoup aimé cette lecture toute en simplicité mais avec un humour ravageur ! Je me suis délectée des petits détails croustillants de sa vie (en vraie fille, j’adore les ragots, une vraie gossip girl). Et ses remarques peines d’humour ajoutent un réel charme à ce roman déjà bien entraînant ! Mais sa mauvaise foi à toute épreuve, m’a réellement fais mourir de rire !
Ce livre illustre bien les situations parfois compliquées d’une ado au lycée, prise entre ses amis et ses coups de cœur. Combien de filles sont en réalité des Ruby ? (je plaide coupable 😒).
Mais Ruby a réussi à se relever, à prendre son courage à deux mains pour régler ses problèmes et à la fin le travail paye, elle reprend confiance en elle et retrouve ses amies, pour finalement être vraiment heureuse.
J’admire la ténacité de Ruby bien décidée à ne pas se faire marcher sur les pieds, ni rabaissée.

Ce livre a presque frôlé le coup de cœur pour moi ! Le style de l’auteur que je ne connaissais pas est en fait une très bonne découverte ! Je lirai avec plaisir d’autres romans de cette auteur pour retrouver son style simple, addictif et plein d’humour !
J’ai également adoré les personnages qu’elle a créé, chacun différent avec leur propre personnalité et vraiment très attachants !

Je recommande vraiment cette lecture à tous ceux qui veulent passer un bon moment, une lecture rafraîchissante parfaite pour cet été !

Le dernier ours de Charlotte Bousquet

Photo définitive à venir 

51bPNqUbx+L._SX195_

 

 

Auteur : Charlotte Bousquet

Edition : Rageot

Nombre de pages : 272

Prix : 12,90e

Genre : Thriller, Science Fiction

 

 

Résumé : 

Groenland, 2037. Avec le dérèglement climatique et la fonte des glaces, l’île n’est plus qu’une terre désolée. Anuri, le dernier ours blanc né libre, représente la principale attraction du NC Zoo. Il est aimé de sa jeune soigneuse attitrée, Karen, qui voit en lui un frère d’humanité. L’ours polaire suscite en revanche la convoitise et la haine de Svendsen, un scientifique dévoyé expert en manipulations génétiques.

Mon avis : 

Il est toujours difficile d’ouvrir un nouveau livre après avoir eu un énorme coup de cœur pour le précédent … Il faut avoir l’esprit vraiment ouvert et s’obliger à considérer la nouvelle lecture d’un œil neuf, sans arrière pensée, remettre les compteurs à zéro quoi ! Après « Inséparables » (ma chronique est également disponible un peu plus bas), j’appréhendais d’ouvrir un nouveau livre en ayant toujours en tête mon coup de cœur précédent … mais « Le dernier ours » c’est révélé à la hauteur du challenge ! Je remercie donc les éditions Rageot pour l’envoi de ce roman absolument merveilleux !!!

Depuis que j’ai ouvert mon blog, je n’ai plus tellement eu l’occasion de lire des dystopies ou de la science-fiction, à mon grand désespoir parce que j’adore ça !
Donc quand j’ai vu « Le dernier ours » au programme de parution des Éditions Rageot, j’ai sauté sur l’occasion et plutôt deux fois qu’une !!
En plus je n’ai jamais lu d’histoire se déroulant au Groenland et pourtant je voue un culte extreme à tous ces pays du grand nord au froid polaire (je rêve d’aller au Groenland et en Alaska ! Vous l’aurez compris je déteste la chaleur, je suis littéralement en train de mourir avec un jour comme aujourd’hui où il fait 30 degrés). C’était un réel plaisir de me plonger dans l’univers inuit !!

Après avoir terminé ma lecture, je me suis rendu compte que ce livre n’est pas tellement ce que l’on pourrait appeler une dystopie (parce qu’il ne se passe pas après une catastrophe majeure ou dans un monde post-apocalyptique) mais plutôt un thriller mêlé avec un peu de science fiction ! Mais ça n’enlève rien à son charme, parce que j’ai complètement craqué pour ce roman !!

L’histoire se déroule donc au Groenland à New Copenhague en 2038.
Quand elle était petite, Karen à remarqué dans la rue fouillant les poubelles, une famille d’ours, une mère ainsi que ces deux oursons. Intriguée elle a fait part de sa trouvaille à sa famille. Son père s’est empressé de tuer la mère et de vendre les deux petits au zoo de la ville. L’un des deux oursons est décédé, il ne reste plus qu’Anuri, le dernier ours blanc ayant vécu en liberté et vivant à présent au zoo. Depuis cette rencontre Karen et Anuri ne se quittent plus, ils sont inséparables. Leur lien fusionnel en étonne plus d’un ! Après toutes ces années, Karen devenue soigneuse de l’ours est la seule à pouvoir l’approcher ! L’histoire déraille le jour où deux biologistes envoyés par un éminent bio-généticien, rentrent dans l’enclos d’Anuri pour prélever une quantité non réglementaire de sang ! Armés de fusil, ils ratent leur premier tir. Anuri encore traumatisé par le meurtre de sa mère, prend peur et attaque les deux intrus entrés sans prévenir dans son entre. L’un d’eux est tué et l’autre grièvement blessé, laissé entre la vie et la mort.

Au matin Karen apprend qu’Anuri doit être euthanasié car jugé trop dangereux. S’enchaîne ensuite les plans les plus farfelus possibles et imaginables pour sortir Anuri de se pétrin et l’emmener dans un endroit où personne ne voudra sa mort et où il pourra continuer à vivre sa vie en toute sérénité !
Un plan plutôt dingue voit le jour : rallier Rassumen Cove un parc naturel où Anuri pourra trouver asile ! Mais encore faut il arriver à se rendre tout au nord du Groenland en traversant tout le pays avec un ours et la police aux trousses, le tout dans un froid polaire … même si Karen et Anuri vont être rejoint par deux adolescents (un fugitif et une orpheline), le périple n’est vraiment pas aisé …

Au fil des pages, on va de surprises et surprises, mais la fin m’a carrément laissé assommée … je ne m’attendais à une telle fin. Je ne veux pas vous en dire trop non plus parce que mon ressenti complet vous donnerai une idée du final, mais sachez juste que les humains n’ont pas beaucoup appris. Entre maintenant et 2038 (un laps de temps de 20 ans), les humains n’ont pas appris de leurs erreurs et commettent encore les pires infamies … ce monde m’étonnera toujours !

J’ai adoré le courage et la force de Karen, prête à tout pour sauver celui qu’elle considère comme son frère. Elle s’est battue jusqu’au bout pour lui procurer tout ce dont il avait besoin et pour qu’il ait enfin la vie qu’Anuri méritait d’avoir ! Son caractère et sa persévérance devrait être un exemple pour tous !!

Lone, la jeune fille qui va se joindre à Karen pendant son périple, une outsider, ne se sent pas à sa place dans la société. Pendant ce voyage son malaise va devenir encore plus grand. Plus on apprend à la connaître plus on a l’impression qu’elle aussi à quelque chose à fuir (sa vie peut être). Au final cette expédition lui aura permis d’en apprendre plus sur elle même et ainsi lui permettre de s’accepter et de finalement trouver sa place !

Sial , le voyou, le fugitif, le repris de justice, essaie d’échapper tant bien que mal à cette société qui ne cesse de le pousser vers la sortie. Mais sa gentillesse et son grand cœur lui auront permis de se trouver une amie fidèle et pourquoi pas même l’amour de sa vie ?!

Mais je ne me remets toujours pas de cette fin beaucoup plus qu’inattendue … mais c’est sûrement ce qui fait le charme de ce livre !! En plus la plume de l’auteur fait monter le suspens doucement, au fur et à mesure mais à la fin, on meurt littéralement d’impatience de connaître le dénouement ! On m’avait vivement recommander Charlotte Bousquet pour sa plume et je ne suis vraiment pas déçue !

Je conseille ce roman à tout le fan de thriller et de science fiction parce que cette lecture en vaut vraiment le détour !

Inséparables de Sarah Crossan

IMG_9351.PNG

 

Auteur : Sarah Crossan

Editeur : Rageot Edition

Nombre de pages : 416

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Drame, Romance

 

 

 

Résumé :

Grace et Tippi. Tippi et Grace. Deux sœurs siamoises, deux ados inséparables, entrent au lycée pour la première fois. Comme toujours, elles se soutiennent face à l’intolérance, la peur, la pitié. Et, envers et contre tout, elles vivent ! Mais lorsque Grace tombe amoureuse, son monde vacille. Pourra-t-elle jamais avoir une vie qui n’appartienne qu’à elle ?

Mon avis : 

Je tiens tout d’abord à remercier les Éditions Rageot pour l’envoi de ce livre ! Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps, « Inséparables » est un énorme coup de cœur pour moi !

J’ai attendu longtemps, longtemps, longtemps … avant que ce livre ne franchisse la porte de ma boite aux lettres ! Je regardais tous les jours comme une petite fille qui attend le Père Noël, dans l’espoir qu’il soit arrivé ! Je courrais après le facteur, j’ai même fais des prières pour qu’il arrive plus vite ! Et un jour enfin, j’ai eu ce livre entre les mains ! Et pas n’importe quel livre, LE livre, ma nouvelle découverte, mon nouveau coup de cœur, mon nouveau chouchou !!! Je suis devenue littéralement hystérique, j’ai sauté partout, j’ai crié partout … mais j’ai dû attendre (trop longtemps) avant de pouvoir le commencer, parce que j’avais une autre lecture en cours (je n’aime pas du tout lire deux livres en même temps), sur ce coup là, j’ai pleuré aussi 😉

Et puis il y a quelques jours, j’ai enfin pu ouvrir ce livre et me plonger dans le monde de Grace et Tippi. Grace et Tippi sont des sœurs siamoises. Comme des sœurs elles partagent tout, leur vie, leurs secrets, mais également deux jambes et un système digestif ! Elles sont littéralement inséparables mais accro l’une à l’autre !

Alors que leur famille croule sous les dettes à cause des frais médicaux (qui coutent une véritable fortune aux États-Unis), Grace et Tippi, qui faisaient jusqu’alors leurs études à la maison, sont envoyées dans un lycée privé. Est ce qu’on pourrait dire que leur vie commence véritablement le jour où elles posent un pied au lycée ?! Ou bien est-ce le début de la fin ?! En attendant, elles sont prêtes à vivre, à croquer leur vie à pleines dents et à en savourer chaque instant, ensemble, parce que rien ne pourra les séparer, parce qu’elles ont ce lien indéfectible que rien ni personne ne pourra jamais briser !

En entrant dans l’histoire, la première chose que l’on remarque, c’est sa forme ! Le livre est entièrement écrit en vers libres. J’ai lu beaucoup de poésies, mais je n’ai jamais lu de « roman-poésie » et j’ai adoré cette première expérience ! C’est doux et léger mais c’est aussi terriblement vivant !

Pour tous les adeptes de la grande poésie française, ce livre envoie balader toutes les figures de style et les styles déjà bien définis ! Sarah Crossan a crée son propre style bien à elle, de quoi nous en mettre plein la vue ! Mais le grand plus des vers libres, c’est la fluidité de la lecture. Les mots se lisent à une vitesse incroyable et plus on lit, plus on est plongé dans leur univers. On absorbe les mots, on les engloutit et on se retrouve incapable de fermer le livre. L’univers nous tient et on se dit « juste une page de plus »… Et sans crier gare, on tourne la dernière page du roman, les larmes au yeux, nageant entre tristesse et mélancolie et incapable de dormir ! Je pense avoir attendu toute ma vie pour lire un livre d’une telle intensité, d’une telle beauté, d’un tel tout !!

J’ai beaucoup de mal à écrire cette chronique et à mettre par écrit tous mes sentiments, parce que même après plusieurs jours, je suis encore chamboulée par cette lecture. Elle m’a touchée au cœur, m’a rendue tellement heureuse mais également tellement triste. Ce livre a révolutionné mon monde …

J’ai appris à connaître Grace et Tippi et elles sont devenues mes sœurs, une partie de moi, ma partie gauche et ma partie droite. J’ai traversé avec elles un million d’émotions, j’ai vécu des moments drôles et d’autres beaucoup moins … j’ai mélangé mes larmes aux leurs, j’ai lié ma vie à la leur !

Comme toutes les sœurs, elles sont différentes, tout en étant des copies conformes. Grace est romantique et sensible alors que Tippi est vive et un peu rebelle ! Ensemble, elles forment une équipe de choc, le caractère de l’une, relevé par celui de l’autre et vice versa ! C’est Grace qui nous raconte leur histoire et son point de vue est touchant et émouvant … Certaines personnes vivent leur vie mais finissent par baisser les bras alors que Grace « souffre » sa vie et la prend à bras le corps ! Toutes ses blessures et ses fêlures, la rendent plus forte et toutes les entraves sur son chemin ne font que renforcer son amour pour sa sœur ! Mais durant tout son parcours semé d’embuches, on souffre tout autant qu’elle …

Grace et Tippi se sont promis que rien ne pourrait les empêcher de vivre, qu’elles pourraient toujours tout faire, tout, sauf tomber amoureuse ! Elles ont fait un pacte, mais il est parfois beaucoup plus difficile de ne pas écouter son cœur, quand celui-ci commence à battre pour quelqu’un d’autre …

Alors qu’elles ont toujours passé leur vie seules avec leur famille et leur petite sœur … au lycée elles vont se faire des amis. Yasmeen et Jon. Yasmeen n’est pas ce que l’on pourrait attendre d’une fille bien comme il faut. C’est une rebelle aux cheveux roses, qui fume, qui boit, mais qui va se battre bec et ongles pour défendre ses deux nouvelles amies. Jon est la complication des deux sœurs. L’élément imprévu, l’élément perturbateur. L’élément qui va mettre en route le cœur de Grace et qui va le faire battre plus fort. Alors qu’elles se sont promis de ne jamais au grand jamais, tomber amoureuse, Grace malgré toutes les mises en garde, va laisser entrer Jon dans son cœur ! Grace aime Jon tout en douceur et délicatesse, même Tippi ne peut rien faire contre cet amour qui la rend encore plus vivante ! Jon est gentil, intelligent et prévenant, de quoi en faire fondre plus d’une !

Pourtant on ne peut pas vraiment parler de romance, Grace découvrait de nouveaux sentiments qu’elle n’avait encore jamais éprouvé pour d’autres personnes que sa propre famille. C’était une ébauche de sentiments, de découvertes. L’histoire n’est pas basée sur l’amour mais sur tout ce qu’il y a à côté : la vie !

Quitte à parler de ce que ce roman n’est pas, il n’est pas non plus une apologie à la médecine. Certes il est expliqué ce que sont les sœurs siamoises et leurs traitements, mais le roman ne creuse pas plus en profondeur. Il n’est pas larmoyant de pitié et de tristesse pour la condition de G+T. C’est une ode à la vie ; on partage leur quotidien, leurs cours, leurs nuits, leurs rendez-vous chez le psy et leurs check up, mais aussi leur éclats de rire et tous leurs moments de pur bonheur ! Mais les choses vont se compliquer, parce que le taux de survie jusqu’à l’âge adulte des siamois est vraiment très bas, G+T vont passer par des moments difficiles qui bouleverseront leur vie à jamais, et la mienne soit dit en passant !

 

Ce livre m’a fait passé par tout un tas d’émotions, l’amour, la tristesse, la joie, la peur, l’amour ! C’était beau, c’était puissant, chaque ligne de ce livre était une bouffée d’oxygène. Mais c’était également dur et difficile, parce que vivre n’est pas facile, surtout dans leur condition.

C’était époustouflant. Sincèrement je ne trouve pas mes mots pour tout décrire, c’était puissant autant que c’était douloureux ! G+T font partie intégrante de moi et les laisser partir, reprendre ma vie après ces 400 pages est insurmontable parce que chaque mot venait se loger directement dans mon cœur, le livre parlait directement à mon âme. J’ai du mal à les laisser derrière, à refermer ce livre et à passer à autre chose ! Parce que ce livre était beaucoup plus qu’un livre … c’était l’histoire de deux vies qui n’en était qu’une, c’était l’histoire de l’amour de deux sœurs. C’était Inséparable !!

Si je peux être sûre d’une chose, plus jamais je ne lirai un livre pareil ! Il est unique .

Ce livre a chamboulé ma vie à tout jamais, je n’en suis pas sortie indemne alors pour tous ceux qui veulent vivre une aventure unique, ce livre est fait pour vous ! Après ça personne ne sera jamais plus le même !