Harper in summer d’Hannah Bennett

 

9782700253375FS

 

 

Auteur : Hannah Bennett

Edition : Rageot

Nombre de pages : 336

Prix : 15,50e

Genre : Romance, Jeunesse

 

 

 

Résumé : 

À cause d’une erreur de réservation, Harper,   bientôt 15 ans, passe l’été avec sa famille bobo, ses détestables cousines et son meilleur ami Josh dans une maison pourrie au bord d’un lac glacé du Montana. Face à eux, les somptueuses demeures des millionnaires dont les enfants, d’une beauté rare, sillonnent le lac en hors-bord. Invités à une fête, Harper et Josh font face à Quinn et à Tristan. Face à tant de nouveauté et de liberté, va-t-elle succomber au charme de cet été d’exception  ?

Mon avis :

Merci aux éditions Rageot pour l’envoi de ce roman, cette romance est pile ce dont j’avais besoin !

Qui dit vacances d’été, dit forcément romance de vacances ! J’étais donc à la recherche de la parfaite romance, quand je suis tombée sur Harper in summer, cette lecture a parfaitement rempli son rôle, j’ai adoré !

C’était frais, c’était divertissant et surtout c’était plein d’humour et de bons sentiments, les ingrédients parfaits pour faire un bon cocktail à l’eau de rose 😉

 

Harper à tout pour être heureuse, un meilleur ami parfait, Josh, qui est également son voisin, une mère bobo absolument adorable et un père photographe connu dans le monde entier et qui vit avec une top modèle au fin fond de la Suède ! Chaque année Harper, son petit frère surdoué et leur mère un peu excentrique, partent avec la famille de Josh en vacances ensemble. Il faut dire que le père de Josh et la mère d’Harper, son les meilleurs amis du monde et partagent tout ensemble. Alors pourquoi pas également partager les vacances d’été ?!

Mais tout tombe à l’eau quand leurs superbes vacances sont annulées … résultat, ils se retrouvent tous au fin fond du Montana, dans la maison face au lac, que leurs grands parents (eux-mêmes meilleurs amis) ont acheté à l’époque.

Et c’est partit pour un été en famille … Quoi de mieux ?! Pour Harper la réponse est TOUT, absolument TOUT ! Qu’elle se retrouve avec Josh et sa petite sœur à qui il manque une case passe encore, mais qu’elle se retrouve à devoir passer un été entier avec ses cousines absolument immondes et imbuvables et qu’en plus de ça, elle doive partager sa chambre avec l’une d’elle, là rien ne va plus !!! Surtout que cerise sur le gâteau, leur maison du lac, fait face à de superbes maisons de vacance ultra moderne, habitées par des gens riches à million et imbus de leur personne.

Les vacances commencent plutôt mal pour Harper … Et rien ne va s’améliorer. Surtout quand elle va tomber nez à nez avec ses voisins, absolument magnifiques mais terriblement prout-prout ! Les choses tournent vraiment très mal …

Mais quand Harper est avec Josh, elle peut tout supporter, tout endurer, son meilleur ami est toujours là quoi qu’il arrive. Alors même si ce sont les vacances de l’horreur, Josh atténue un peu son angoisse. Elle arrive à passer les premiers jours sans trop d’encombre, ils sont même invités chez leur voisin pour quelques soirées. Tout se passe plutôt bien. Et c’est là que, je vous le donne en mille, elle rencontre qui ?! Son amour de vacances : Tristan, beau à couper le souffle ! Et la pagaille s’installe …

Sa relation avec Josh part en cacahouète, sa relation avec Tristan est sabotée par Quinn (l’ex de Tristan plutôt revancharde), sa famille vole en éclats. Les ingrédients parfaits pour arriver au bonheur, moi je vous le dis ! Harper passe plusieurs jours seule à se morfondre, jusqu’à ce que son grand père, homme sage et avisé, vienne lui donner un peu de sa sagesse autour d’un arbre (l’arbre du grand homme et de la femme encore plus grande) d’une grande valeur sentimentale ! Harper décide alors de reprendre sa vie en main, il n’est pas question que son été soit gâché !

 

Voilà dans les très très grandes lignes, le début des vacances peu ordinaires d’Harper. J’ai adoré cette histoire pleine de soleil et d’humour ! Harper a un sens de la répartie qui en ferait pleurer plus d’un et un humour à couper au couteau ! On va surtout voir son personnage évolué, se poser pas mal de questions, réfléchir à qui elle est et ce à quoi elle veut ressembler. Toutes ses réflexions nous touchent, parce qui n’a jamais eu à se poser des questions ?! J’attendais avec grande impatience de savoir ce qu’elle allait faire de toutes ses réponses et sincèrement je n’ai pas été déçue. J’ai adoré la voir la voir interagir avec les autres mais également avec elle même !

Son petit frère est un puits de science a à peine 10 ans et Josh est le meilleur qu’on rêve toutes d’avoir ! Tristan est le beau gosse qu’on rêve toute de rencontrer en vacances et Quinn est cette garce qu’on cherche par tout moyen à éviter ! Ce livre à tous les ingrédients nécessaires pour nous faire passer un bon moment !

L’écriture est fluide et magnifiquement bien tournée. Les pages se tournent toutes seules les unes après les autres, on ne voit pas le temps passer. Après avoir tourné la dernière page, j’en aurais bien lu 100 de plus ! On arrive sans mal à s’imaginer au bord de ce lac, entouré de la famille peu conventionnelle d’Harper, les mots de l’auteur nous emportent tout de suite et on est directement plongé dans sa vie plutôt rock and roll ! Et puis cette fin à de quoi nous faire rêver, on ressort de ce roman avec le sourire aux lèvres et des songes pleins la tête !

Cette romance est parfaite pour l’été, à lire sur la plage ou au fond d’un hamac avec un bon thé glacer pour nous accompagner ! Ca faisait un bon moment que je n’avais pas lu de summer love et je ne suis vraiment pas déçue qu’Harper in summer soit le premier depuis des mois ! La recette parfaite du bonheur !

Un truc truc comme un biscuit craquant de E. Lockhart

 

IMG_9508.PNG

 

 

Auteur : E. Lockhart

Édition : Casterman Jeunesse

Nombre de pages : 512

Prix : 17.90e

Genre : Jeunesse

 

 

 

Résumé :

J’ai 15 ans, 11 rendez-vous avec ma psy et 4 grenouilles en céramique.
Tel est le désespérant constat que Ruby fait de sa vie.
Sans compter qu’en 10 jours, elle a rompu avec son petit copain, s’est gravement disputée avec sa meilleure amie, a bu sa première bière (beurk), a été prise sur le fait par sa mère (aïe!) et a subi une attaque de panique colossale.
Mais Ruby a des réserves d’intelligence (et de mauvaise foi). Elle est surtout persuadée que l’existence est une aventure à haut risque totalement réjouissante, un vêtement tout doux mais qui gratte un peu…
Oui, mille fois oui, la vie selon Ruby, c’est finalement un truc truc comme un biscuit craquant !

Mon avis :

Je tiens à remercier les éditions Casterman Jeunesse pour l’envoi de ce roman !

Je n’ai pas lu « Nous les menteurs » du même auteur mais j’avais entendu tellement de bien sur ce livre, que quand il m’a été proposé de lire « Un truc truc comme un biscuit craquant » je n’ai pas pu refusé ! Et ça en valait le détour 😍

D’abord quelques petites infos sur le roman de l’épaisseur d’une brique (plus de 500 pages). Il est en réalité composé de deux livres tirés du « Journal de Ruby Oliver ». Le premier s’appelle « L’amour avec un grand Z » et le deuxième « L’art de perdre les pédales ».
Pour tout vous dire, j’ai plus apprécié la première partie que la deuxième ! Mais avant de vous expliquer le pourquoi du comment, je vais vous présenter Ruby.

Ruby Oliver à 15 ans, 5 crises d’angoisse en 10 jours, 11 rendez-vous chez le psy et 4 grenouilles en céramique à son actif. Sa vie a basculée le jour où le son petit copain l’a plaqué pour Kim, sa meilleure amie. Vous vous doutez bien que par la même occasion, elle a aussi perdue sa meilleure amie de toujours ..
Elle se confie alors au Docteur Z, son psy et prend conscience de sa réelle obsession pour les garçons (levez la main toutes celles qui n’étaient pas pareilles à son âge 😏). Malheureusement pour Ruby toutes ses expériences se soldent par un échec (plutôt cuisant).
Tout commence quand, dans le cadre de sa thérapie, elle doit dresser une liste de tous les garçons qui ont un tant soit peu compter dans sa vie. Après quelques migraines et beaucoup réflexion, le chiffre tombe, ils sont au nombre de 15, allant de l’ami imaginaire, en passant par son premier baiser …
Une fois la liste terminée, elle tombe entre de mauvaises mains, elle est reproduite en un nombre incalculable d’exemplaires et affichés sur tous les casiers du lycée. Il faut aussi dire que Ruby est une élève de Tate, un lycée privé vraiment tout petit, à la suite de cette débâcle, elle devient une lépreuse (une sans amie) doublée d’une allumeuse. Une réputation déjà toute faite et à laquelle elle ne peut déroger … elle se retrouve absolument seule …

Mes à coups de séances chez sa psy, Ruby arrive à remonter la pente, elle parvient même à se réconcilier avec ses anciennes amies, pas avec Kim, faut pas rêver non plus !
Ruby derrière ses problèmes existentiels avec les garçons, est une fille drôle et pleine de sensibilité. Ses crises d’angoisse cachent de réels problèmes émotionnels, Ruby perd peu à peu confiance en elle et se retrouve en manque d’affection. Mais de tout ça elle se relève avec brio grâce à sa force de caractère et son courage à toute épreuve ! (Et une bonne repartie aussi qui l’aide à se sauver de plusieurs situations plutôt embarrassantes 😉).

J’ai beaucoup aimé cette lecture toute en simplicité mais avec un humour ravageur ! Je me suis délectée des petits détails croustillants de sa vie (en vraie fille, j’adore les ragots, une vraie gossip girl). Et ses remarques peines d’humour ajoutent un réel charme à ce roman déjà bien entraînant ! Mais sa mauvaise foi à toute épreuve, m’a réellement fais mourir de rire !
Ce livre illustre bien les situations parfois compliquées d’une ado au lycée, prise entre ses amis et ses coups de cœur. Combien de filles sont en réalité des Ruby ? (je plaide coupable 😒).
Mais Ruby a réussi à se relever, à prendre son courage à deux mains pour régler ses problèmes et à la fin le travail paye, elle reprend confiance en elle et retrouve ses amies, pour finalement être vraiment heureuse.
J’admire la ténacité de Ruby bien décidée à ne pas se faire marcher sur les pieds, ni rabaissée.

Ce livre a presque frôlé le coup de cœur pour moi ! Le style de l’auteur que je ne connaissais pas est en fait une très bonne découverte ! Je lirai avec plaisir d’autres romans de cette auteur pour retrouver son style simple, addictif et plein d’humour !
J’ai également adoré les personnages qu’elle a créé, chacun différent avec leur propre personnalité et vraiment très attachants !

Je recommande vraiment cette lecture à tous ceux qui veulent passer un bon moment, une lecture rafraîchissante parfaite pour cet été !

Inséparables de Sarah Crossan

IMG_9351.PNG

 

Auteur : Sarah Crossan

Editeur : Rageot Edition

Nombre de pages : 416

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Drame, Romance

 

 

 

Résumé :

Grace et Tippi. Tippi et Grace. Deux sœurs siamoises, deux ados inséparables, entrent au lycée pour la première fois. Comme toujours, elles se soutiennent face à l’intolérance, la peur, la pitié. Et, envers et contre tout, elles vivent ! Mais lorsque Grace tombe amoureuse, son monde vacille. Pourra-t-elle jamais avoir une vie qui n’appartienne qu’à elle ?

Mon avis : 

Je tiens tout d’abord à remercier les Éditions Rageot pour l’envoi de ce livre ! Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps, « Inséparables » est un énorme coup de cœur pour moi !

J’ai attendu longtemps, longtemps, longtemps … avant que ce livre ne franchisse la porte de ma boite aux lettres ! Je regardais tous les jours comme une petite fille qui attend le Père Noël, dans l’espoir qu’il soit arrivé ! Je courrais après le facteur, j’ai même fais des prières pour qu’il arrive plus vite ! Et un jour enfin, j’ai eu ce livre entre les mains ! Et pas n’importe quel livre, LE livre, ma nouvelle découverte, mon nouveau coup de cœur, mon nouveau chouchou !!! Je suis devenue littéralement hystérique, j’ai sauté partout, j’ai crié partout … mais j’ai dû attendre (trop longtemps) avant de pouvoir le commencer, parce que j’avais une autre lecture en cours (je n’aime pas du tout lire deux livres en même temps), sur ce coup là, j’ai pleuré aussi 😉

Et puis il y a quelques jours, j’ai enfin pu ouvrir ce livre et me plonger dans le monde de Grace et Tippi. Grace et Tippi sont des sœurs siamoises. Comme des sœurs elles partagent tout, leur vie, leurs secrets, mais également deux jambes et un système digestif ! Elles sont littéralement inséparables mais accro l’une à l’autre !

Alors que leur famille croule sous les dettes à cause des frais médicaux (qui coutent une véritable fortune aux États-Unis), Grace et Tippi, qui faisaient jusqu’alors leurs études à la maison, sont envoyées dans un lycée privé. Est ce qu’on pourrait dire que leur vie commence véritablement le jour où elles posent un pied au lycée ?! Ou bien est-ce le début de la fin ?! En attendant, elles sont prêtes à vivre, à croquer leur vie à pleines dents et à en savourer chaque instant, ensemble, parce que rien ne pourra les séparer, parce qu’elles ont ce lien indéfectible que rien ni personne ne pourra jamais briser !

En entrant dans l’histoire, la première chose que l’on remarque, c’est sa forme ! Le livre est entièrement écrit en vers libres. J’ai lu beaucoup de poésies, mais je n’ai jamais lu de « roman-poésie » et j’ai adoré cette première expérience ! C’est doux et léger mais c’est aussi terriblement vivant !

Pour tous les adeptes de la grande poésie française, ce livre envoie balader toutes les figures de style et les styles déjà bien définis ! Sarah Crossan a crée son propre style bien à elle, de quoi nous en mettre plein la vue ! Mais le grand plus des vers libres, c’est la fluidité de la lecture. Les mots se lisent à une vitesse incroyable et plus on lit, plus on est plongé dans leur univers. On absorbe les mots, on les engloutit et on se retrouve incapable de fermer le livre. L’univers nous tient et on se dit « juste une page de plus »… Et sans crier gare, on tourne la dernière page du roman, les larmes au yeux, nageant entre tristesse et mélancolie et incapable de dormir ! Je pense avoir attendu toute ma vie pour lire un livre d’une telle intensité, d’une telle beauté, d’un tel tout !!

J’ai beaucoup de mal à écrire cette chronique et à mettre par écrit tous mes sentiments, parce que même après plusieurs jours, je suis encore chamboulée par cette lecture. Elle m’a touchée au cœur, m’a rendue tellement heureuse mais également tellement triste. Ce livre a révolutionné mon monde …

J’ai appris à connaître Grace et Tippi et elles sont devenues mes sœurs, une partie de moi, ma partie gauche et ma partie droite. J’ai traversé avec elles un million d’émotions, j’ai vécu des moments drôles et d’autres beaucoup moins … j’ai mélangé mes larmes aux leurs, j’ai lié ma vie à la leur !

Comme toutes les sœurs, elles sont différentes, tout en étant des copies conformes. Grace est romantique et sensible alors que Tippi est vive et un peu rebelle ! Ensemble, elles forment une équipe de choc, le caractère de l’une, relevé par celui de l’autre et vice versa ! C’est Grace qui nous raconte leur histoire et son point de vue est touchant et émouvant … Certaines personnes vivent leur vie mais finissent par baisser les bras alors que Grace « souffre » sa vie et la prend à bras le corps ! Toutes ses blessures et ses fêlures, la rendent plus forte et toutes les entraves sur son chemin ne font que renforcer son amour pour sa sœur ! Mais durant tout son parcours semé d’embuches, on souffre tout autant qu’elle …

Grace et Tippi se sont promis que rien ne pourrait les empêcher de vivre, qu’elles pourraient toujours tout faire, tout, sauf tomber amoureuse ! Elles ont fait un pacte, mais il est parfois beaucoup plus difficile de ne pas écouter son cœur, quand celui-ci commence à battre pour quelqu’un d’autre …

Alors qu’elles ont toujours passé leur vie seules avec leur famille et leur petite sœur … au lycée elles vont se faire des amis. Yasmeen et Jon. Yasmeen n’est pas ce que l’on pourrait attendre d’une fille bien comme il faut. C’est une rebelle aux cheveux roses, qui fume, qui boit, mais qui va se battre bec et ongles pour défendre ses deux nouvelles amies. Jon est la complication des deux sœurs. L’élément imprévu, l’élément perturbateur. L’élément qui va mettre en route le cœur de Grace et qui va le faire battre plus fort. Alors qu’elles se sont promis de ne jamais au grand jamais, tomber amoureuse, Grace malgré toutes les mises en garde, va laisser entrer Jon dans son cœur ! Grace aime Jon tout en douceur et délicatesse, même Tippi ne peut rien faire contre cet amour qui la rend encore plus vivante ! Jon est gentil, intelligent et prévenant, de quoi en faire fondre plus d’une !

Pourtant on ne peut pas vraiment parler de romance, Grace découvrait de nouveaux sentiments qu’elle n’avait encore jamais éprouvé pour d’autres personnes que sa propre famille. C’était une ébauche de sentiments, de découvertes. L’histoire n’est pas basée sur l’amour mais sur tout ce qu’il y a à côté : la vie !

Quitte à parler de ce que ce roman n’est pas, il n’est pas non plus une apologie à la médecine. Certes il est expliqué ce que sont les sœurs siamoises et leurs traitements, mais le roman ne creuse pas plus en profondeur. Il n’est pas larmoyant de pitié et de tristesse pour la condition de G+T. C’est une ode à la vie ; on partage leur quotidien, leurs cours, leurs nuits, leurs rendez-vous chez le psy et leurs check up, mais aussi leur éclats de rire et tous leurs moments de pur bonheur ! Mais les choses vont se compliquer, parce que le taux de survie jusqu’à l’âge adulte des siamois est vraiment très bas, G+T vont passer par des moments difficiles qui bouleverseront leur vie à jamais, et la mienne soit dit en passant !

 

Ce livre m’a fait passé par tout un tas d’émotions, l’amour, la tristesse, la joie, la peur, l’amour ! C’était beau, c’était puissant, chaque ligne de ce livre était une bouffée d’oxygène. Mais c’était également dur et difficile, parce que vivre n’est pas facile, surtout dans leur condition.

C’était époustouflant. Sincèrement je ne trouve pas mes mots pour tout décrire, c’était puissant autant que c’était douloureux ! G+T font partie intégrante de moi et les laisser partir, reprendre ma vie après ces 400 pages est insurmontable parce que chaque mot venait se loger directement dans mon cœur, le livre parlait directement à mon âme. J’ai du mal à les laisser derrière, à refermer ce livre et à passer à autre chose ! Parce que ce livre était beaucoup plus qu’un livre … c’était l’histoire de deux vies qui n’en était qu’une, c’était l’histoire de l’amour de deux sœurs. C’était Inséparable !!

Si je peux être sûre d’une chose, plus jamais je ne lirai un livre pareil ! Il est unique .

Ce livre a chamboulé ma vie à tout jamais, je n’en suis pas sortie indemne alors pour tous ceux qui veulent vivre une aventure unique, ce livre est fait pour vous ! Après ça personne ne sera jamais plus le même !

 

 

 

 

 

Piégés dans le train de l’enfer de Hubert Ben Kemoun

 

IMG_8733

 

 

Auteur : Hubert Ben Kemoun

Edition : Flammarion Jeunesse

Nombre de pages : 167

Prix : 13e

Genre : Thriller, Jeunesse

 

 

Résumé : 

Teddy est chargé d’une mission simple en apparence : il s’agit de transporter un sac en train, de Paris à Bordeaux. Mais rien ne se passe comme prévu. Il s’aperçoit qu’il est surveillé par deux voyous aussi méchants que bêtes et se retrouve enfermé dans son compartiment.

Mon avis :

Je tiens à remercier Flammarion jeunesse pour l’envoi de ce livre qui est de très bon augure pour la suite de ca partenariat !

Je ne suis très fan des thrillers mais je dois avouer que j’ai trouvé celui-ci particulièrement engageant ! J’aime beaucoup le concept : une histoire qui relit Toulouse à Bordeaux en trois heures de train, pour trois heures le lecture ! Et même si je ne suis pas une adepte des thrillers, j’en ai lu quelque uns, mais aucun qui portait sur ce genre d’histoire ! Alors je me suis dis « pourquoi pas ?! ». Après tout je n’avais pas grand chose à perdre (à part peut être 3 heures de ma vie) mais je pouvais aussi tomber sur la perle rare !

L’histoire est plutôt bien faite car à chaque nouveau chapitre, le point de vue change. L’histoire est donc beaucoup plus rythmée et nous permet d’appréhender l’histoire sous des angles différents !

On rentre dans l’histoire avec Teddy qui a accepté (et un peu malgré lui) de devenir une mule. Pour ceux qui ne sont pas très familier avec ce petit boulot totalement illégal, une mule transporte d’un point A à un point B, de la marchandise (elle aussi pas très légale), pour le compte d’un mafieux, qui lui paye une petite fortune pour voir son petit business voyager et passer incognito ! Teddy est donc une mule. Un mercredi après midi, il doit transporter la marchandise trouvée à la consigne 187 de la gare de Toulouse, à Bordeaux. Jusque là rien de bien compliqué, il a déjà fait ce voyage plusieurs fois. Mais c’est sans compter les deux gros bras, engagés par le big boss (à qui appartient la marchandise) qui vont faire échouer ses plans !

Quand il rentre dans train, le point de vue change, on passe à celui de Dimitri, petit receleur de pacotille qui est monté dans le train in extremis pour échapper aux vigiles de la Fnac dans laquelle il a volé une tablette. Mais également le point de vue de deux femmes que le sort (décidément joueur) à décider de réunir.

Et ensuite, rien ne se passe pas comme prévu. Le train a du faire un arrêt d’urgence en pleine voie, un sac a été volé, les pompiers ont du débarquer par hélicoptère au milieu de nul part, des coups de feu ont été tirés, des larmes ont été versées, des suppliques ont été dites et malheureusement pour certains, les choses se sont mal terminées ! Voilà un résumé vraiment très grossier de toutes les péripéties qui sont arrivées en 3 heures de temps ! Il est certain que le sort s’acharne sur certaines personnes (plutôt malchanceuses).

Bien que ce livre soit un thriller, j’ai beaucoup aimé cette lecture très entrainante avec un suspens vraiment bien emmené ! Le style de l’auteur est simple tout en étant assez recherché donc la lecture s’en retrouve vraiment fluide ! Et puis le côté suspens rend le livre vraiment addictif ! La lecture dure 3 petites heures mais il est impossible de poser ce livre avant d’en avoir lu la dernière page ! J’ai passé un très bon moment et ce livre m’a presque rabiboché avec ce genre littéraire ! Et vous savez quoi, je suis même prête à en lire d’autres ! Alors à voir 😉

Ce thriller jeunesse est parfait pour passer un bon moment, pleins de suspens et de rebondissements, je vous le conseille pour ceux qui aiment ce genre de livre !

 

 

 

La princesse de la serpillère de Susie Mongenstern

IMG_8523

 

Auteur : Susie Morgenstern

Edition : L’Ecole des loisirs

Nombre de pages : 50

Prix : 7,50e

Genre : Jeunesse

 

 

 

Résumé :

Pivoine est une princesse, une vraie. Comme en plus elle travaille bien en classe, on l’imagine entrer dans une de ces écoles d’élite pour devenir quelqu’un de très important, qui parle d’« évaluation » et de « croissance ».

Mais les mots qui font rêver Pivoine sont très différents : il s’agit d’« aspirateur » ou de « fer à repasser ». Ce qu’elle adore, c’est ranger la chambre de ses amies, faire son lit ou vider le lave-vaisselle… Une princesse qui fait le ménage ! Inutile de dire que ses royaux parents ne sont pas du tout d’accord…

Mon avis : 

Je tiens tout d’abord à remercier l’Ecole des loisirs pour l’envoi de ce petit roman !

J’adore les livres de Susie Morgenstern alors j’avais hâte de lire celui-ci. Il est un peu plus jeune que ce que j’ai l’habitude de lire mais c’était vraiment très rafraichissant !

J’ai adoré le monde dans lequel nous a plongé l’auteur : une princesse qui adore faire le ménage, astiquer, laver et nettoyer ! Une très belle passion pour une princesse des temps modernes qui dispose d’un aspirateur ! Son seul problème : ses parents refusent catégoriquement qu’elle effectue les bases besognes réservées aux domestiques ! Mais Pivoine a pris l’habitude de négocier avec sa femme de chambre, pour en cachette, faire son lit, ranger sa chambre et quelques autres petites choses dans le dos de ses parents ! Son seul souhait rentrer dans l’École nationale des arts ménagers alors que ses parents rêves de la voir rentrer à l’ENA … Au début elle faisait le ménage dans leur dos mais face à leur arrachement, Pivoine décide un beau jour de tout arrêter et devient, par la force des choses, un as de l’informatique pour faire passer les 8 années qui la retiennent encore chez ses parents, avant de pouvoir prendre son envol vers un monde plus propre ! Le rôle de princesse n’est clairement pas fait pour elle !

Jusqu’au jour où son père fait appel à elle parce qu’il a perdu quelque de très important ! Pivoine retourne tout le château de fond en comble à la recherche de ce trésor perdu … Mais malheureusement au moment où elle retrouve le butin, celui-ci est inutilisable, ronger par les souris … C’est alors que la situation économique de ses parents vire au cauchemar et que son père doit licencier certains membres de leur personnel domestique. Pivoine se retrouve obligée de faire le ménage, pour son plus grand bonheur ! Elle peut enfin laisser livre court à sa passion et intègre même l’école de ses rêves !

J’adore l’histoire complètement décalée et drôle de Susie Morgenstern ! Elle fait passer un beau message à travers ce livre : aucune tache n’est trop bien ou trop avilissante peu importe notre statut ! Une princesse peut bien vouloir passer sa vie à faire le ménage ! Aucune tache n’est dégradante à partir du moment où on le fait avec le cœur ! Mais aussi qu’avec un peu de patience et de détermination, on arrive toujours à faire ce que l’on veut, peut importe ceux qui se mettent en travers du chemin ! Grâce a son obstination, Pivoine a réussi à faire le ménage mais également à rentrer dans l’école de ses rêves !

J’aime également beaucoup les illustrations de Sébastien Mourrain, simples mais tellement efficaces et qui donnent de l’innocence et du naturel à l’histoire !

J’ai passé un très bon moment, très court à peine 20 minutes de lecture, mais pour les plus jeunes, cette histoire est parfaite avec un très beau message !

Plus près de nos rêves de Carole Prieur

IMG_8515.PNG

 

 

Auteur : Carole Prieur

Edition : Rageot 

Nombre de pages : 256

Prix : 12,90e

Genre : Jeunesse

 

Résumé :

Céliane a toujours préféré l’ombre à la lumière. Elle écrit des poèmes qu’elle ne fait lire à personne, son seul ami est son frère aîné Gabriel, handicapé. Quand, au collège, Martin, le beau guitariste, lui demande d’écrire les paroles d’une chanson pour participer à une nouvelle émission de téléréalité qui choisira les artistes de demain, elle accepte. Bientôt, Gabriel se joint à leur duo. Car la voix de Gabriel fait vibrer. Ensemble, ils espèrent gagner. Franchiront-ils les étapes de la sélection?

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Rageot pour l’envoi de ce très beau roman qui m’a beaucoup émue !

Plus près de nos rêves est un livre vraiment merveilleux qui traite de beaucoup de sujets, parfois compliqués, mais avec beaucoup de légèreté, tout en finesse et humour ! Ce livre aborde avec brio des thématiques telles que la réussite combinée à l’échec, l’handicap, l’amitié mais aussi bien l’amour et toutes les possibilités qu’une vie entière a à offrir !

On entre dans l’histoire par le point de vue de Celiane, une ado de 15 ans qui trouve son refuge dans l’écriture de poème, une passion qu’elle partage uniquement avec elle-même. Celiane a toujours été un peu transparente aux yeux de toute sa famille pour la simple est bonne raison, que son frère Gabriel, tétraplégique, demande lui, beaucoup plus d’attention. Gabriel aussi a son propre jardin secret, il chante divinement mais en silence, pour lui-même.

On ne peut pas vraiment dire que Celiane a beaucoup d’amis, d’ailleurs à part son frère, elle n’en a aucun. Elle passe tout son temps avec Gabriel, soit à travailler, rire ou discuter ou alors à chercher un travail qui correspondrait parfaitement aux attentes de son frère ! Aux travers des pages, on sent l’amour de Celiane a pour son frère. Il est son frère mais également son meilleur ami, elle lui confie ses rêves et lui vit par procuration à travers elle ! Ils forment un beau duo et leur amour fraternel est incommensurable ! Tout se passe plutôt bien dans la vie de Celiane, elle s’est instaurée une sorte de routine et tout roule !

Jusqu’au jour où elle arrive au collège et qu’elle apprend que Martin, le brun beau gosse à tomber par terre, va participer à Star Song, une émission à la The voice pour devenir chanteur ! Maintenant voilà, pour participer à cette émission il faut être 2 : un musicien et un compositeur-interprète ! Celiane va alors composer le plus magnifiques des poèmes que Martin va tourner en chanson ! Le hic : Martin ne sait absolument pas chanter, son sex appeal en prend un coup ! Mais Gabriel est là pour rattraper le coup, il a une voix d’ange qui vous transporte vers un autre monde ! Pour tenter leur chance à Star song, le trio va devoir redoubler d’effort ! Tout d’abord mentir à leurs parents ultra protecteurs qui ne sont pas encore prêts à laisser leur fils handicapé tout seul mais aussi à la production de l’émission, ils sont censé être deux et non trois, mais aucun des deux garçons n’est capable d’écrire comme Celiane ! L’histoire commencer réellement à se compliqué le jour de la première épreuve … Je ne vous en dis pas plus, je ne vais pas vous raconter toute l’histoire non plus !

J’ai réellement beaucoup aimé ce livre d’une finesse incroyable et qui nous prouve une fois de plus qu’avec un peu d’effort et de patience, peut importe qui nous sommes, tout peut réussir ! Ce roman est un très beau message d’espoir !

Plusieurs des chansons chantées par le duo Martin (à la guitare) et Gabriel (au chant) sont retranscrites, mais ma préférée reste la toute première, surement parce qu’elle me touche d’un peu trop près.

Tu fuyais les nuages que la pluie nous envoie

Tu faisais des pliages quand l’ennui était là

Tu marquais les pages pour les relire parfois

Tu aimais les voyages mais tu ne partais pas

 

Tu avais tes orages et tu avais tes lois

Tu avais du courage mais tu manquais de foi,

J’écoute les témoignages, ce que l’on dit de toi

Je pars dans ton sillage mais je ne te trouve pas

 

Il y a pire que ta mort, maman

L’oubli assassin, mes souvenirs flous

Et dans ma mémoire ces coups de grisou

Qui te tuent toujours plus et me rendent fou

 

Tu étais de passage et je ne le savais pas

J’aurais du par présage te fixer en moi

Tatouer ton visage, enregistrer ta voix

Même les photos enragent de ne rien dire de toi

 

La mémoire est volage, elle ne te retient pas

Et tous les témoignages sont des tortures pour moi

Tout à coup j’ai la rage de ne plus entendre ta voix

Et de laisser ton visage se perdre au-delà

 

Certains passages m’ont fait sourire, d’autres m’ont fait monter les larmes ou bien m’ont fait hurler de rage mais au final même si tout ne se passe pas comme prévu, même si la vie n’envoie pas toujours les meilleures choses sur notre passage, avec du courage on peut tout surmonter !

La plume des deux auteurs est simple mais très efficace, l’histoire est vraiment bien travaillée et les personnages tous différents apportent chacun leur touche pour faire de ce livre un petit chef d’œuvre d’originalité et d’humour ! Et même si Gabriel est tétraplégique, à aucun moment l’histoire tourne au pathos ! Ne vous formalisez pas, ce livre est porteur d’espoir pas de tristesse et de pitié ! Ne prenez pas peur, vous allez forcément passer un bon moment ! Moi j’ai adoré !

 

 

 

Maresi de Maria Turtschaninoff

Livre à paraitre le 1er mars 2017

img_7999-png

 

Auteur : Maria Turtschaninoff

Edition : Rageot

Nombre de pages : 256

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Dystopie

 

Résumé : 

Maresi vit à l’Abbaye Ecarlate, sur une île quasi invisible depuis la mer et qui sert de refuge aux femmes depuis des décennies. Là, elles peuvent s’instruire, grandir et s’épanouir loin de la brutalité du monde et, parfois, de la fureur des hommes. Cette terre d’asile, cette terre de femmes, est placée sous la protection de la Déesse, la Mère Originelle, et les hommes ont interdiction d’y poser le pied. Jusqu’au jour où.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Rageot édition pour l’envoi de ce roman qui sortira en librairie à partir du 28 février 2017.

Je vais essayer de vous parler de ce livre le mieux possible, sans trop vous en dire, mais en essayant de faire passer à travers mes mots, tous les sentiments qui se sont bousculés en moi pendant ma lecture ! Comme avec beaucoup de livres, j’ai ri, j’ai souris, j’ai eu des moments de doutes et de désespoir mais, et là c’est une grande première pour moi, j’ai eu peur. Pas peur pour les personnages, pas pour moi même (parce que tranquillement assise sur mon lit, aucun grand méchant loup ne pourrait sauter du livre pour venir me manger, je le sais, je ne suis pas folle :P) mais j’ai eu peur de la Vieille ! Et bien si vous voulez mon avis, vous aussi vous aurez aussi peur que moi !

J’ai commis une grosse erreur, j’ai sous estimé la puissance de ce livre ! Dès le premier chapitre, une adolescente, Maresi, commence à nous raconter sa vie sur son ile, entourée de toutes ces femmes et j’ai cru que l’histoire se déroulerait tranquillement pendant les 250 pages qui composent ce livre. J’ai pris ce livre pour une banale histoire d’adolescente ! Mais si vous saviez à quel point il est tellement plus que cela et à quel point je me suis trompée !

Pour vous situer un peu le contexte, on retrouve Maresi, au début du livre, en l’an 19 de la 32e Mère (au lecteur ensuite de situer ça dans l’espace temps à sa guise), qui nous explique les derniers évènements. Et là, on rentre vraiment dans le vif du sujet. Maresi vit depuis quelques années avec une communauté de femmes, au sein de l’Abbaye Écarlate sur une Ile (située un peu au milieu de nulle part). Elle n’est encore qu’une novice, entourée d’autres novices et de sœurs expérimentées. Une seule règle est la clef de leur survie : aucun homme ne doit poser un pied sur leur ile. Mais comme vous pouvez vous en douter, tout ça va tourner en eau de boudin !

Mais ce n’est pas tant cette histoire d’invasion qu’on retient en premier de ce livre, mais plutôt tout l’à-côté. L’auteur a crée un univers que je n’avais jamais croisé auparavant : une déesse ainsi que plusieurs de ses formes, mais aussi des danses, des rites, des chants, des offrandes, des appels, des cérémonies, des transes, un milliard de petits détails si saisissants qui paraissent si réels. Elle a aussi imaginé toute une histoire derrière cette déesse, cette ile réservée aux femmes, leur histoire en somme.

L’auteur décrit avec des mots merveilleusement bien choisis les sons, les couleurs et les odeurs, qu’on se croirait projeter au milieu de toutes ces femmes au moment de leur salutation au soleil le matin ou au moment du coucher de soleil de soir ! Je n’avais encore jamais croisé un monde littéraire imaginaire aussi riche et élaboré, sans fausse note. Chaque partie de l’ile porte un nom bien précis (et heureusement qu’il y a une carte pour se repérer au début du livre, mais au bout d’un moment, moi aussi j’ai su me repérer et je n’ai plus eu besoin de carte !). Chaque bâtiment à son histoire, chaque sœur a un rôle bien précis. Et quand on commence la lecture, on pénètre dans une histoire déjà bien rodée puisque l’ile et ses sœurs y vivent depuis des générations sans que rien n’y personne (à deux rares exceptions) ne viennent troubler leur tranquillité ! C’est ce monde merveilleux que je retiens surtout, ces descriptions d’endroits somptueux, cette déesse aux multiples pouvoirs et aux bienfaits hors normes !

Au fil de l’histoire Maresi nous relate sa vie sur l’ile, on a même droit à quelques passages sur sa vie d’avant mais aussi la raison de son arrivée. Les nouvelles arrivantes sont d’abord novices, certaines doivent apprendre la langue parlée par toutes les femmes et ensuite s’instruire avant d’être appelées par une sœur plus âgée enfin de suivre une formation. Maresi est l’une des rares qui à 13 ans n’a toujours pas été appelée. Mais au fil du livre quelqu’un l’appelle et ce quelqu’un personne ne voudrait qu’il nous appelle : je vous parle de la Vieille (et c’est là que j’ai flippé comme une fillette). Au fil du livre on apprend que la déesse que toutes ces femmes prient, a en réalité « 3 formes » qui se traduiraient par la jeunesse, la femme et la mort : c’est cette dernière qui prend la forme de la Vieille (et qui fait un peu flipper !) et qui appelle Maresi (je ne vous en dit pas plus !). C’est l’arrivée d’une nouvelle novice Yaï qui va accélérer l’histoire, troubler leur paisible tranquillité et provoquer des catastrophes, mais bon si toute l’histoire devait être paisible du début à la fin, le livre n’aurais pas été très palpitant ! Mais c’est à ce moment là que j’ai sous estimé la puissance du livre, je ne m’attendais pas à être à ce point surprise et troublée par les évènements qui ont suivis ! L’auteur, même avec les crises qui s’enchainent, reste fidèle à l’histoire qu’elle a écrit, personne ne sort de fusil à pompe pour « dégommer les étrangers », ni de sorts vaudou qui sortent de je ne sais ou ! Rien ne vient en décalage de tout ce qui est écrit, tout est juste est parfaitement bien écrit, rien ne sort de la trame installée, il n’y a pas de fautes, de faux démarrages, tout est écrit avec style et originalité ! C’est ce qui me plait dans le plus dans ce livre, sa rigueur du début à la fin !

Je n’aurais jamais pensé qu’un si petit livre de 250 pages puissent être aussi puissant et palpitant (surtout avec une histoire de femmes, de déesse et d’ile mystérieuse)mais ce livre est une véritable bombe de détails saisissants avec une histoire en décallage tout à fait poignante ! Je ne regrette pas une seconde ce livre que j’ai lu en seulement 2 jours ! Je me souviendrais longtemps de Maresi, de son courage, de sa folie mais aussi de sa soif d’apprendre !