La cité de l’oubli de Sharon Cameron

temp-1

 

Auteur : Sharon Cameron

Edition : Nathan

Nombre de pages : 468

Prix : 17,95€

Genre : Dystopie, Jeunesse

Pour vous le procurer c’est par ici.

Résumé : 

Tous les douze ans, ils oublient. Pas moi.

Tous les douze ans, les habitants de Canaan subissent un phénomène mystérieux : ils perdent la mémoire et oublient qui ils sont. Ceux qui n’ont pas consigné leurs souvenirs dans leur journal perdent leur identité et deviennent des parias. Les autres se reconstruisent grâce aux informations qu’ils redécouvrent dans leur journal.
Nadia, 16 ans, cache un lourd secret : il y a douze ans, elle n’a pas oublié. Elle se souvient du chaos qui a saisi la cité, tout comme elle se rappelle que son père a falsifié les journaux de sa mère et de ses sœurs pour les abandonner… À l’approche du nouvel Oubli, elle redoute que sa famille soit de nouveau éclatée. Pour éviter cela, elle doit percer le secret de ce phénomène, avant que tout le monde ait oublié.

 

Mon avis : 

Je tiens à remercier du fond du cœur les éditions Nathan pour ce nouveau partenariat (qui commence très bien grâce à une super lecture !), avec une mention spéciale à Léna que je remercie pour son accueil, sa gentillesse et sa bonne humeur !

 

Ce que j’aime avec les romans, c’est la surprise ! Je n’attendais pas grand-chose de ce livre, le résumé m’avait beaucoup plus et je m’étais simplement dis pourquoi pas. J’ai ouvert ce livre sans avoir beaucoup d’attente à son sujet … et je me suis pris une claque ! Littéralement ! Ce livre m’a réellement surprise et je me suis retrouvée prise au piège, coincée dans ma lecture incapable d’arrêter de lire !

Lire la suite de « La cité de l’oubli de Sharon Cameron »

Publicités

Nos âmes jumelles -Tome 1 de Samantha Bailly

IMG_1201

 

Auteur : Samatha Bailly

Edition : Rageot

Nombre de pages : 320

Prix : 12,90€

Genre : Jeunesse

Pour vous le procurer c’est par ici !

Résumé :

L’une est blonde, l’autre brune. L’une solaire et populaire, l’autre timide et solitaire. Sonia dite Yuna écrit pour une association, Trames, qui publie un fanzine. Elle y rencontre Lou-Tiamat, qui s’affirme dans l’art du dessin suite au divorce brutal de ses parents. Leur amitié virtuelle se double d’échanges sur leurs créations et leur vie affective. Jusqu’au jour où les deux jeunes filles se rencontrent un week-end autour d’un projet…

 

Mon avis :

J’avais énormément entendu parlé de cette saga sur toute la blogosphère depuis des mois et à l’occasion de la sortie du troisième tome qui m’a été envoyé par les éditions Rageot, je me suis dis que c’était le bon moment pour moi de me lancer dans l’aventure avec Lou et Sonia !

Lire la suite de « Nos âmes jumelles -Tome 1 de Samantha Bailly »

Révoltées de Carole Trébor

IMG_1103

 

Auteur : Carole Trébor

Edition : Rageot

Nombre de pages : 256

Prix : 13,90€

Genre : Jeunesse, Drame

Pour vous le procurer, c’est pas ici.

 

Résumé : 

Octobre 1917, Moscou.
La révolte gronde. Dans un monde en guerre, les Russes réclament la paix et contestent le pouvoir en place.
Tandis que Tatiana rejoint un groupe de jeunes artistes qui rêvent de balayer l’ordre établi, sa sœur Lena prend les armes avec les révolutionnaires.
Bientôt Piotr, leur ami d’enfance, s’engage à son tour.
Se battront-ils du même côté des barricades  ?

 

Mon avis : 

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Rageot pour l’envoi de ce roman !

Ce livre a été une grande découverte, moi qui ne connaissais pas grand-chose à la Révolution russe, j’ai pu en savoir un peu plus ! C’est vrai que, que ce soit au collège ou au lycée, on nous présente la guerre de notre point de vue à nous, les français. Mais jamais on ne nous a présenté la guerre du côté allemand ou du côté russe, ou de n’importe quel autre pays qui a aussi connu les horreurs de la guerre. Donc en me plongeant, pendant ces quelques pages, au cœur même de la Révolution, j’ai vraiment cru y être ! Et croyez-moi, ça n’avait vraiment pas l’air très drôle !

Lire la suite de « Révoltées de Carole Trébor »

Demain il sera trop tard de Jean-Christophe Tixier

IMG_0956-1

 

Auteur : Jean-Christophe Tixier

Edition : Rageot

Nombre de pages : 448

Prix : 15,90 €

Genre : Jeunesse, Dystopie, Thriller

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

Résumé : 

Dans une société où règnent en maîtres prévisionnistes et laboratoires scientifiques, chacun connaît sa durée de vie précise. Depuis leur naissance, Virgil et Enna ont des destins opposés. Long Terme, Virgil a toujours eu droit au meilleur. Enna, elle, vit dans un bidonville car elle est Court Terme. Mais un jour une Brigade tente d’arrêter Virgil. Il s’enfuit. Il apprend que son Terme est erroné et qu’il va mourir à 21 ans… Qui a commis cette erreur ? Quelles conséquences terribles va-t-elle avoir, pour lui et pour d’autres ? Enna, elle, graffe sa révolte sur les murs des beaux quartiers. Quand son amie est tuée par un groupuscule, elle jure de la venger… Traqué, Virgil rencontre une jeune geek, Lou, analyste de données qui s’oppose clandestinement au système. Elle l’entraîne dans le Réseau afin d’organiser la lutte…

Mon avis : 

Je n’ai pas pour habitude de lire ce genre de livre mais parfois j’éprouve un certain plaisir à mettre de côté mes principes et à ouvrir un thriller en me laissant porter. En fait de thriller, je dirai qu’il s’agit plutôt d’une dystopie, mais ce n’est que mon avis, je vous explique avec le résumé.

Dans un monde où la science a pris le pas sur l’éthique et ou un « Ils » que personne ne peut nommer, contrôle le pouvoir, la vie est divisée en trois. Un test effectué à la naissance permet avec précision de connaître la date de sa mort. En 3, pour trois catégories : les longs, les moyens et les courts termes. En dessous de 25 ans vous êtes un court terme, jusqu’à 50 ans vous êtes un moyen terme et si vous avez un terme supérieur à ce chiffre déjà faramineux, vous faites parti des très chanceux à être un long terme.

Les habitants vivent séparément les uns des autres. Les longs termes sont éduqués et occupent des postes hauts placés dans des conditions de vie de rêve, les moyens termes sont placés à des postes intermédiaires dans des conditions de vie relativement convenables. Mais si par malheur vous êtes un court terme, vous êtes parqués dans des bidonvilles aux conditions de vie misérables et insalubres à effectuer des taches ingrates que personne d’autre ne voudrait réaliser.

Ce « Ils », ce gouvernement, a la main mise sur tout, l’opinion publique, l’information, la protection et la surveillance de la population mais surtout sur le respect de l’ordre. Chacun est équipé d’une puce qui lui permet de passer les différents points de contrôle disséminés partout en ville mais également de pouvoir être en permanence identifié par les patrouilleurs. Aucune vie privée, dans la puce est intégré un mouchard qui transmet en temps réel votre position mais aussi vos données vitales.

Tout se passe dans un calme relatif, jusqu’à ce qu’un jour plusieurs individus disparaissent subitement et sans aucune explication. Virgil un long terme a la vie devant lui. Il mène une vie bien tranquille quand les brigades des forces spéciales veulent l’arrêter. S’en suit alors une course contre la montre pour essayer de leur échapper mais surtout pour rester vivant. Il va alors trouver refuge auprès de personne formant le Réseau, un organisme de rébellion qui essaie de démanteler le gouvernement. Les questions que Virgil se pose sur son arrestation vont le conduire à une remise en question totale du système qui régit sa vie depuis sa naissance. Alors qu’il est la personne la plus recherchée de toute la ville, d’autres vont venir lui porter secours et avec lui éveiller les consciences face à l’oppression du gouvernement ! Il veut connaitre les réponses à ses questions et il fera tout pour les obtenir : qui est-il ? D’où vient-il ? A qui peut-il faire confiance ? La révolte est en marche !

 

Avec le point de vue de Virgil, on a accès a d’autres points de vue, celui de la pro de l’informatique Lou, celui de la cours terme Enna, Jolson un long terme qui fait parti de la brigade spéciale. D’autres personnages tout aussi importants viennent compléter le tableau pour aider Virgil dans sa fuite, pour le garder en vie mais surtout pour faire avancer la révolution qui se prépare !

Donc pour moi, ce livre tient plus de la dystopie dans un monde entièrement dirigé par la nouvelle technologie qui régit la vie de tous, plutôt que du thriller. Mais pourquoi pas, avec une telle course poursuite, on pourrait se poser la question ! Alors je dirais, qu’il est un peu les deux 😉

Ce livre est vraiment addictif, les évènements s’enchainent à une vitesse folle et on se retrouve plongé dans un univers totalement différent du notre. Moi qui ai lu pas mal de dystopie, je n’avais jamais croisé une histoire qui ressemble à celle-ci. Elle est complètement différente et nous pousse à nous poser nos propres questions sur notre gouvernement et sur son rôle.

Le style de Jean Christophe Tixier est clair, net et précis, il va droit au but sans passer par quatre chemins tout en restant fluide et très agréable à lire. J’ai passé un très bon moment en compagnie de tous ces personnages, même si cette lecture n’est pas un coup de cœur, elle n’est pas passée loin ! Sortir du cadre de la romance et de la Young Adult m’a fait beaucoup de bien et je pense même reprendre certaines de mes dystopies lâchement abandonnées quand j’ai découvert la romance.

Je vous recommande ce livre si vous êtes avide de sensations fortes, de révélations chocs et surtout si vous voulez vivre un moment plein de suspens et de rebondissements ! Ce livre est fait pour vous j’en suis sure, moi j’ai adoré !!

Le livre de toutes les réponses sauf une de Manon Fargetton

Processed with VSCO with hb1 preset

 

En librairie le 11 octobre !

Auteur : Manon Fargetton

Edition : Rageot

Nombre de pages : 192

Prix : 13,50 €

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

 

Résumé : 

Cette année, Bérénice fait sa rentrée dans un nouveau collège et son nom de famille, Lamort, provoque immanquablement des moqueries cruelles.
Mais une autre nouvelle élève, Pandora Hurlevent, l’aide à supporter les ricanements et à y faire face. Bientôt Lazare se joint à leur duo.
Tous trois apprennent à se connaître en échangeant confidences et rêveries.
Jusqu’au jour où Pandora invite Bérénice chez elle et où la vérité se fait jour grâce à une livre.

 

Mon avis : 

Je tiens tout d’abord à remercier les Éditions Rageot pour ce petit bijou !

Quand j’ai entendu parlé de cette reedition et quand j’ai vu sa couverture j’étais aux anges ! J’ai tellement adoré et dévoré son dernier opus (vous avez surement entendu parlé de son roman « Le suivant sur la liste », vous pourrez retrouver ma chronique également postée sur mon blog) et j’attendais avec impatience celui-ci ! Et autant dire que je n’ai pas été déçue. Je me suis vraiment accrochée à l’histoire et surtout aux personnages vraiment très touchants.

 

Bérénice fait tout pour se fondre dans le paysage. Le jour de la rentrée, elle est cataloguée comme la petite nouvelle fraichement débarquée et tout ce qu’elle veut, c’est disparaître. Parce qu’au moment où les professeurs vont faire l’appel, plus rien de pourra la sauver. Son nom de famille se charge lui-même de lui faire une réputation et plus personne ne voudra être son amie. Donc en attendant elle fait profil bas. Mais le moment tant redouté arrive enfin et les moqueries fusent … Mais alors qu’elle se croyait être la seule victime du sens de l’humour de parents plutôt sadiques, elle rencontre Pandora Hurlevent et entre elles deux l’amitié est immédiate. Par la suite elles vont faire la rencontre de Lazare, un élève aussi silencieux qu’énigmatique mais qui lui aussi cache un lourd secret.

Jusqu’à cette année Pandora était scolarisée chez elle. Ses parents tous deux très riches et historiens lui donnaient cours à la maison avec l’aide de sa tante. Donc autant dire que les deux petites nouvelles se sont vite liées d’amitié. Ensemble ils forment les trois mousquetaires, le trio de choc, ils sont inséparables mais chacun cache un terrible secret qui pourrait mettre en péril leur amitié.

Lors d’une après-midi, les langues de chacun se délient et Bérénice parle enfin de sa plus grande souffrance, sa plus grande perte, le manque de la moitié d’elle même (je sais que c’est plutôt énigmatique comme phrase mais si je vous en disais plus, je risqueriez de me hurler dessus, alors je préfère éviter et rester vague). Pour la soulager, Pandora décide de lui relever elle-aussi son plus grand secret, un livre présent dans sa famille depuis des générations. Ce livre est capable de répondre à toutes les questions, il sait tout à la seule condition de ne pas poser de questions commençant par « Pourquoi ». Mais parfois connaître la vérité est plus compliquée encore que de l’ignorer, parfois il est préférable de ne pas savoir, parfois les réponses sont plus difficiles à entendre que les questions que l’on pose.

Croyant l’aider Pandora ne fait qu’empirer la situation et leur amitié est réellement mise à rude épreuve parce que Bérénice n’était pas réellement prête à entendre certaines réponses. Mais il faut bien avouer que les vérités qu’elle a entendu de la bouched’un livre l’ont libéré d’un poids et elle enfin pu faire le deuil de ce qu’elle a perdu.

 

Beaucoup de sujets sont évoqués dans ce roman, des sujets parfois difficiles comme la mort, la vérité, le manque mais aussi des sujets qui nous mettent du baume au cœur comme la musique, l’amour ou l’amitié. J’ai littéralement adoré ce roman parce qu’il m’a permis de mettre le doigt sur certaines questions et il m’a également permis d’y répondre.

Chacun prend dans un livre ce dont il a besoin. Quand on est malheureux, triste ou juste heureux, on ne va pas voir les livres de la même façon. Certains nous aident à sourire à nouveau et d’autres au contraire nous plongent dans un bel état de dépression. Et puis parfois, il y a des livres qui nous aident à avancer, à comprendre certaines choses ou à dire au revoir. Ce livre-ci m’a beaucoup aidé, et il y a certaines phrases que je ne risque pas d’oublier.
C’est pour cette raison que je voudrais partager avec vous un poème présent dans le livre et qui m’a beaucoup touché.

« Chaque fois tes contours échappent à mes traits.

Je te cherche en secret, un faible contre-jour

Éclairant ton portrait aux milliers de détours.

Tu me manques à jamais. Tu me manques à toujours.

Car ce jour justement que tu n’as pas connu,

Obscur comme une nuit sans l’éclat de ta voix,

Je l’affronte aujourd’hui, amputée, dépourvue,

L’esprit plein du néant déplié derrière toi.

Nos deux cœurs en échos s’écoutaient autrefois,

Pas plus gros que des pois, deux poings ombilicaux,

Serrés comme les mien. Lorsque je pense à toi,

Une seule question me vient : pourquoi toi et pas moi ? »

 

Mais c’est surtout la plume de Manon Fargetton qu’il faut mettre à l’honneur ici (encore plus que son imagination débordante). Son style est tout en finesse et délicatesse. Les mots glissent sur les pages et on se retrouve emporté. Ce livre ne fait qu’une centaine de pages et j’aurais tellement aimé, égoïstement, qu’il en fasse 500 de plus … Son histoire est réellement originale et ce titre des plus énigmatique est largement à la hauteur de cette histoire hors du commun !

Je vous conseille à tous, cette lecture jeunesse qui m’a fait passer un très bon moment et que je relirai par plaisir de temps en temps juste pour me rappeler qu’il contient certaines réponses à mes questions les plus enfouies.

 

 

Comment je suis devenue célèbre en restant chez moi de Caitlin Moran

IMG_0375

 

Auteur : Caitlin Moran

Edition : Flammarion Jeunesse

Nombre de pages : 189

Prix : 13e

Genre : Jeunesse

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

« On ne peut pas écrire un livre en un jour ! »

Résumé :

Je me suis assise à dix heures du matin avec une tasse de chocolat et un sandwich à la confiture, pour commencer à écrire la première page. Quand j’ai relevé la tête, il était 11h04. Je n’avais rempli que deux pages. Imaginant que pour produire des mots, il fallait me fournir en énergie, je me suis fait trois autres sandwichs. Quand j’ai relevé la tête, éblouie comme une chouette, épuisée par l’effort, les doigts collants de confiture, il était 11h47.J’avais écrit 101 mots. J’ai commencé à comprendre que mon plan, qui était d’écrire entre quinze et trente livres par an, avait besoin de quelques ajustements. J’ai fini d’écrire mon livre deux ans plus tard.

 

Mon avis : 

Un grand merci aux éditions Flammarion pour l’envoi de ce roman !

Je préfère vite rentrer dans le vif du sujet et ne pas tourner 150 ans autour du pot … Je n’ai malheureusement pas aimé ce livre, enfin autant dire que n’en pas franchement compris le sens ou alors je suis passée à côté …

Le résumé était pourtant très prometteur et à la lecture du premier chapitre, j’étais super emballée !! Et puis je suis passée au chapitre deux et là : déconfiture..

Dans le premier chapitre, l’auteur nous raconte l’histoire de son livre, non pas son résumé, mais la naissance de son idée jusqu’à sa publication, ses réussites, ses échecs, ses déboires et ses doutes. Mais le chapitre suivant est consacré à l’histoire elle même, celle que l’auteur a écrite et qui maintenant grâce à ce livre, est publiée.

Alors je ne vois pas franchement où est le rapport avec le titre : « Comment je suis devenue célèbre en restant chez moi » … Je suis sincèrement navrée d’être aussi catégorique, mais c’est vrai que sur ce coup là, je suis perdue.

Au chapitre deux, on entre de la famille un peu loufoque et totalement fauchée des Narmo, où Morag l’ainée de la fratrie composée de 5 enfants, décide un beau jour d’être scolarisée à la maison. Toute la famille se retrouve un peu chamboulée et surtout se retrouve à devoir se supporter tous les jours, tout le temps, sans interruption. Les parents tentent tant bien que mal d’organisent une sortie « éducative » au zoo qui malheureusement tourne en eau de boudin, une chasse au eaux pour Pacques qui se retrouve tuée dans l’œuf et une fête de Noël pas tellement plus reluisante non plus !

L’histoire en elle même est plutôt drôle et bien écrite mais je suis tellement restée focaliser sur ce premier chapitre que je n’ai pas réellement pu rentrer dans l’histoire … c’est de ma faute, mais je voulais tellement avoir une explication à ce titre pour moi très énigmatique, que je suis restée en surface. D’ailleurs je n’ai toujours pas trouvé d’explications logiques à ce titre.

Je suis la première déçue, j’attendais tellement de ce livre, le résumé était vraiment très alléchant.

J’espère que l’histoire sera une réussite pour vous et que vous ne ferai pas comme moi. Passez au delà du premier chapitre, ne restez pas focalisez sur le titre, ne cherchez pas à trouvez d’explications logiques et profitez juste de l’histoire pleinement et simplement !

Ce livre est vraiment prometteur parce que certaines réflexions sont vraiment drôles, mais j’en attendais un peu plus. Si tout le livre avait été à l’image du premier chapitre, je pense que ce livre aurait pu être un coup de cœur. Mais comme on dit, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

J’espère que vous aimerez ce roman qui reste avant tout drôle et bien écrit. C’est un livre plutôt court, qui se lit assez vite et qui nous permet quand même de passer un bon moment !

Les vigilantes – Le foyer Tome 1 de Fabien Clavel

Processed with VSCO with hb1 preset

 

Auteur : Fabien Clavel

Edition : Rageot

Nombre de pages : 384

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Dystopie

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

 

Résumé : 

À la sortie du Foyer, l’institution paramilitaire où elle a grandi, Anna devient une Vigilante. Elle découvre à la fois le monde extérieur, un pays étouffé par la dictature du Parti, et sa mission : espionner une famille d’opposants supposés. Au fil des jours, elle s’attache à cette famille aimante dans laquelle elle n’a pas eu la chance de grandir.
Quand elle comprend qu’ils fomentent un complot, elle doit choisir son camp…

Mon avis : 

Merci beaucoup aux Editions Rageot pour l’envoi de ce roman !

Au premier abord je suis tombée amoureuse du résumé qui m’avait l’air ultra prometteur. Je me suis donc jetée à corps perdu dans ma lecture et malheureusement j’en suis ressorti vraiment déçue … Je pense que j’ai dû passé à côté de quelque chose, d’un point important de l’histoire ou de son caractère dramatique, mais je n’ai pas apprécié cette lecture …

Je m’explique, d’abord le cadre de l’histoire me paraît un quelque peu inachevé. On se trouve dans un pays en dictature quelque part dans une Europe lointaine, où un chef a eu accès au pouvoir on ne sait pas trop comment, soit disant pour le bien du peuple et de la nation, un dictateur quoi ! Et comme tout bon dictateur, il installe un culte de la personnalité, de la propagande, un milliard de restrictions, le tout sous couvert d’instaurer la peur et l’oppression au sein de son pays. Et il ne faut pas oublier la milice, les caméras, une surveillance permanente, de quoi instaurer un peu plus de crainte chez tout le monde envers leur dirigeant !

Et au milieu de tout ca on retrouve Emma, orpheline, élevée au sein du Foyer, qui, a ce que j’ai compris, serait une espèce d’orphelinat militaire sous la coupe du dictateur ! Pendant toute son enfance, Emma est éduquée, façonnée, travaillée pour devenir un bon petit soldat. Elle est la meilleure, intelligente, robuste et combative, elle est adulée autant que crainte.

Le jour de leurs 15 ans, un énorme test physique et intellectuel est organisé pour déterminer la future carrière de tous les orphelins. Emma est reléguée au rang de Vigilante, pas tellement bien placée au sein de la société. Son job : surveiller une famille de dissidents, potentiellement ennemis de la nation et rapporter toute discussion ou attaque directe contre le pouvoir.

Bon jusque là passe encore, même si pour moi la violence gratuite qui accompagne chaque page de cette lecture m’a énormément dérangée. Je ne suis pas quelqu’un de pacifique, mais trop c’est trop !

C’est la suite de livre qui m’a vraiment perturbé. Donc Emma se retrouve au beau milieu d’un château, absolument seule à devoir surveiller nuit et jour une famille qu’elle ne connaît pas. Mais ensuite, elle va en apprendre plus sur le dirigeant, ses intentions réelles, sur les rebelles de la société qui essaient de sortir le pays du bourbier dans lequel il est plongé, etc etc. Et Emma va prendre des décisions qui ne vont pas forcément être les bonnes. Son supérieur hiérarchique va lui tomber dessus, la traiter comme une moins que rien, la torturer, en faire son esclave et engager une véritable chasse à l’homme pour l’anéantir et la réduire au silence, elle et sa famille !

Je suis pourtant une grande fan de dystopie, de destruction mondiale, d’une héroïne de 15 ans capable à elle seule de sauver la terre entière et pourtant là je n’adhère pas … On m’a peut être trop répété à l’école à quel point la dictature est un frein à la liberté et un fléau pour l’humanité mais en attendant cette histoire m’a laissé de glace. Emma est pourtant une fille forte et intelligente, qui n’a jamais connu d’amour maternel et qui ne cherche qu’à se trouver une place au sein de cette société qu’elle ne connaît pas vraiment (parce qu’enfermer au Foyer toute sa vie), mais je l’a trouve too much ! Justement elle ne devrait pas être morte de trouille ?!

Et puis pour moi le plus choquant, c’est la violence qui s’insinue dans toutes les pages. Frapper encore et encore, pour faire mal, pour montrer sa domination, ce n’est pas pour moi … Alors je me dis que je suis peut-être passée totalement à côté de cette histoire .. Donc malheureusement je n’ai pas été conquise !

 

Je suis vraiment frustrée avec ce livre parce que jusqu’à présent je n’avais jamais été déçue par un livre Rageot mais celui-ci représente vraiment tout ce que je déteste en ce monde, la peur constante, la violence gratuite, l’oppression et l’ascension d’un seul !

Mais pour ceux qui apprécient ou qui sont juste curieux, ce livre est par contre très bien écrit. L’écriture est fluide et sans fioriture, les mots sont très bien choisis, de quoi instaurer la peur et provoquer l’envie de continuer la lecture chez le lecteur ! Ce livre aurait vraiment pu me plaire, seulement je reste hermétique à l’histoire, mais j’espère pouvoir lire autre chose de cet auteur !

Un tome 2 devra sortir début 2018, je verrai par la suite si je lui donne une deuxième chance !

Mais n’hésitez pas à vous faire votre propre opinion parce que mon avis est des plus subjectif !

Mais n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé ce roman ou si vous compter le livre. J’aime beaucoup discuter des livres que j’ai le moins apprécié avec ceux qui l’ont beaucoup aimé.

 

D’autres livres viendront à la rentrée me rabibocher avec Rageot qui est une de mes maisons d’éditions favorites !!