Le livre de toutes les réponses sauf une de Manon Fargetton

le-livre-de-toutes-les-reponses-sauf-une-969923-264-432

 

En librairie le 11 octobre !

Auteur : Manon Fargetton

Edition : Rageot

Nombre de pages : 192

Prix : 13,50 €

 

 

 

Résumé : 

Cette année, Bérénice fait sa rentrée dans un nouveau collège et son nom de famille, Lamort, provoque immanquablement des moqueries cruelles.
Mais une autre nouvelle élève, Pandora Hurlevent, l’aide à supporter les ricanements et à y faire face. Bientôt Lazare se joint à leur duo.
Tous trois apprennent à se connaître en échangeant confidences et rêveries.
Jusqu’au jour où Pandora invite Bérénice chez elle et où la vérité se fait jour grâce à une livre.

 

Mon avis : 

Je tiens tout d’abord à remercier les Éditions Rageot pour ce petit bijou !

Quand j’ai entendu parlé de cette reedition et quand j’ai vu sa couverture j’étais aux anges ! J’ai tellement adoré et dévoré son dernier opus (vous avez surement entendu parlé de son roman « Le suivant sur la liste », vous pourrez retrouver ma chronique également postée sur mon blog) et j’attendais avec impatience celui-ci ! Et autant dire que je n’ai pas été déçue. Je me suis vraiment accrochée à l’histoire et surtout aux personnages vraiment très touchants.

 

Bérénice fait tout pour se fondre dans le paysage. Le jour de la rentrée, elle est cataloguée comme la petite nouvelle fraichement débarquée et tout ce qu’elle veut, c’est disparaître. Parce qu’au moment où les professeurs vont faire l’appel, plus rien de pourra la sauver. Son nom de famille se charge lui-même de lui faire une réputation et plus personne ne voudra être son amie. Donc en attendant elle fait profil bas. Mais le moment tant redouté arrive enfin et les moqueries fusent … Mais alors qu’elle se croyait être la seule victime du sens de l’humour de parents plutôt sadiques, elle rencontre Pandora Hurlevent et entre elles deux l’amitié est immédiate. Par la suite elles vont faire la rencontre de Lazare, un élève aussi silencieux qu’énigmatique mais qui lui aussi cache un lourd secret.

Jusqu’à cette année Pandora était scolarisée chez elle. Ses parents tous deux très riches et historiens lui donnaient cours à la maison avec l’aide de sa tante. Donc autant dire que les deux petites nouvelles se sont vite liées d’amitié. Ensemble ils forment les trois mousquetaires, le trio de choc, ils sont inséparables mais chacun cache un terrible secret qui pourrait mettre en péril leur amitié.

Lors d’une après-midi, les langues de chacun se délient et Bérénice parle enfin de sa plus grande souffrance, sa plus grande perte, le manque de la moitié d’elle même (je sais que c’est plutôt énigmatique comme phrase mais si je vous en disais plus, je risqueriez de me hurler dessus, alors je préfère éviter et rester vague). Pour la soulager, Pandora décide de lui relever elle-aussi son plus grand secret, un livre présent dans sa famille depuis des générations. Ce livre est capable de répondre à toutes les questions, il sait tout à la seule condition de ne pas poser de questions commençant par « Pourquoi ». Mais parfois connaître la vérité est plus compliquée encore que de l’ignorer, parfois il est préférable de ne pas savoir, parfois les réponses sont plus difficiles à entendre que les questions que l’on pose.

Croyant l’aider Pandora ne fait qu’empirer la situation et leur amitié est réellement mise à rude épreuve parce que Bérénice n’était pas réellement prête à entendre certaines réponses. Mais il faut bien avouer que les vérités qu’elle a entendu de la bouched’un livre l’ont libéré d’un poids et elle enfin pu faire le deuil de ce qu’elle a perdu.

 

Beaucoup de sujets sont évoqués dans ce roman, des sujets parfois difficiles comme la mort, la vérité, le manque mais aussi des sujets qui nous mettent du baume au cœur comme la musique, l’amour ou l’amitié. J’ai littéralement adoré ce roman parce qu’il m’a permis de mettre le doigt sur certaines questions et il m’a également permis d’y répondre.

Chacun prend dans un livre ce dont il a besoin. Quand on est malheureux, triste ou juste heureux, on ne va pas voir les livres de la même façon. Certains nous aident à sourire à nouveau et d’autres au contraire nous plongent dans un bel état de dépression. Et puis parfois, il y a des livres qui nous aident à avancer, à comprendre certaines choses ou à dire au revoir. Ce livre-ci m’a beaucoup aidé, et il y a certaines phrases que je ne risque pas d’oublier.
C’est pour cette raison que je voudrais partager avec vous un poème présent dans le livre et qui m’a beaucoup touché.

« Chaque fois tes contours échappent à mes traits.

Je te cherche en secret, un faible contre-jour

Éclairant ton portrait aux milliers de détours.

Tu me manques à jamais. Tu me manques à toujours.

Car ce jour justement que tu n’as pas connu,

Obscur comme une nuit sans l’éclat de ta voix,

Je l’affronte aujourd’hui, amputée, dépourvue,

L’esprit plein du néant déplié derrière toi.

Nos deux cœurs en échos s’écoutaient autrefois,

Pas plus gros que des pois, deux poings ombilicaux,

Serrés comme les mien. Lorsque je pense à toi,

Une seule question me vient : pourquoi toi et pas moi ? »

 

Mais c’est surtout la plume de Manon Fargetton qu’il faut mettre à l’honneur ici (encore plus que son imagination débordante). Son style est tout en finesse et délicatesse. Les mots glissent sur les pages et on se retrouve emporté. Ce livre ne fait qu’une centaine de pages et j’aurais tellement aimé, égoïstement, qu’il en fasse 500 de plus … Son histoire est réellement originale et ce titre des plus énigmatique est largement à la hauteur de cette histoire hors du commun !

Je vous conseille à tous, cette lecture jeunesse qui m’a fait passer un très bon moment et que je relirai par plaisir de temps en temps juste pour me rappeler qu’il contient certaines réponses à mes questions les plus enfouies.

 

 

Publicités

Comment je suis devenue célèbre en restant chez moi de Caitlin Moran

IMG_0375

 

Auteur : Caitlin Moran

Edition : Flammarion Jeunesse

Nombre de pages : 189

Prix : 13e

Genre : Jeunesse

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

« On ne peut pas écrire un livre en un jour ! »

Résumé :

Je me suis assise à dix heures du matin avec une tasse de chocolat et un sandwich à la confiture, pour commencer à écrire la première page. Quand j’ai relevé la tête, il était 11h04. Je n’avais rempli que deux pages. Imaginant que pour produire des mots, il fallait me fournir en énergie, je me suis fait trois autres sandwichs. Quand j’ai relevé la tête, éblouie comme une chouette, épuisée par l’effort, les doigts collants de confiture, il était 11h47.J’avais écrit 101 mots. J’ai commencé à comprendre que mon plan, qui était d’écrire entre quinze et trente livres par an, avait besoin de quelques ajustements. J’ai fini d’écrire mon livre deux ans plus tard.

 

Mon avis : 

Un grand merci aux éditions Flammarion pour l’envoi de ce roman !

Je préfère vite rentrer dans le vif du sujet et ne pas tourner 150 ans autour du pot … Je n’ai malheureusement pas aimé ce livre, enfin autant dire que n’en pas franchement compris le sens ou alors je suis passée à côté …

Le résumé était pourtant très prometteur et à la lecture du premier chapitre, j’étais super emballée !! Et puis je suis passée au chapitre deux et là : déconfiture..

Dans le premier chapitre, l’auteur nous raconte l’histoire de son livre, non pas son résumé, mais la naissance de son idée jusqu’à sa publication, ses réussites, ses échecs, ses déboires et ses doutes. Mais le chapitre suivant est consacré à l’histoire elle même, celle que l’auteur a écrite et qui maintenant grâce à ce livre, est publiée.

Alors je ne vois pas franchement où est le rapport avec le titre : « Comment je suis devenue célèbre en restant chez moi » … Je suis sincèrement navrée d’être aussi catégorique, mais c’est vrai que sur ce coup là, je suis perdue.

Au chapitre deux, on entre de la famille un peu loufoque et totalement fauchée des Narmo, où Morag l’ainée de la fratrie composée de 5 enfants, décide un beau jour d’être scolarisée à la maison. Toute la famille se retrouve un peu chamboulée et surtout se retrouve à devoir se supporter tous les jours, tout le temps, sans interruption. Les parents tentent tant bien que mal d’organisent une sortie « éducative » au zoo qui malheureusement tourne en eau de boudin, une chasse au eaux pour Pacques qui se retrouve tuée dans l’œuf et une fête de Noël pas tellement plus reluisante non plus !

L’histoire en elle même est plutôt drôle et bien écrite mais je suis tellement restée focaliser sur ce premier chapitre que je n’ai pas réellement pu rentrer dans l’histoire … c’est de ma faute, mais je voulais tellement avoir une explication à ce titre pour moi très énigmatique, que je suis restée en surface. D’ailleurs je n’ai toujours pas trouvé d’explications logiques à ce titre.

Je suis la première déçue, j’attendais tellement de ce livre, le résumé était vraiment très alléchant.

J’espère que l’histoire sera une réussite pour vous et que vous ne ferai pas comme moi. Passez au delà du premier chapitre, ne restez pas focalisez sur le titre, ne cherchez pas à trouvez d’explications logiques et profitez juste de l’histoire pleinement et simplement !

Ce livre est vraiment prometteur parce que certaines réflexions sont vraiment drôles, mais j’en attendais un peu plus. Si tout le livre avait été à l’image du premier chapitre, je pense que ce livre aurait pu être un coup de cœur. Mais comme on dit, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

J’espère que vous aimerez ce roman qui reste avant tout drôle et bien écrit. C’est un livre plutôt court, qui se lit assez vite et qui nous permet quand même de passer un bon moment !

Les vigilantes – Le foyer Tome 1 de Fabien Clavel

Processed with VSCO with hb1 preset

 

Auteur : Fabien Clavel

Edition : Rageot

Nombre de pages : 384

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Dystopie

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

 

Résumé : 

À la sortie du Foyer, l’institution paramilitaire où elle a grandi, Anna devient une Vigilante. Elle découvre à la fois le monde extérieur, un pays étouffé par la dictature du Parti, et sa mission : espionner une famille d’opposants supposés. Au fil des jours, elle s’attache à cette famille aimante dans laquelle elle n’a pas eu la chance de grandir.
Quand elle comprend qu’ils fomentent un complot, elle doit choisir son camp…

Mon avis : 

Merci beaucoup aux Editions Rageot pour l’envoi de ce roman !

Au premier abord je suis tombée amoureuse du résumé qui m’avait l’air ultra prometteur. Je me suis donc jetée à corps perdu dans ma lecture et malheureusement j’en suis ressorti vraiment déçue … Je pense que j’ai dû passé à côté de quelque chose, d’un point important de l’histoire ou de son caractère dramatique, mais je n’ai pas apprécié cette lecture …

Je m’explique, d’abord le cadre de l’histoire me paraît un quelque peu inachevé. On se trouve dans un pays en dictature quelque part dans une Europe lointaine, où un chef a eu accès au pouvoir on ne sait pas trop commun soit disant pour le bien du peuple et de la nation, un dictateur quoi ! Et comme tout bon dictateur, il installe un culte de la personnalité, de la propagande, un milliard de restrictions, le tout sous couvert d’instaurer la peur et l’oppression au sein de son pays. Et il ne faut pas oublier la milice, les caméras, une surveillance permanente, de quoi instaurer un peu plus de crainte chez tout le monde envers leur dirigeant !

Et au milieu de tout ca on retrouve Emma, orpheline, élevée au sein du Foyer, qui, a ce que j’ai compris, serait une espèce d’orphelinat militaire sous la coupe du dictateur ! Pendant toute son enfance, Emma est éduquée, façonnée, travaillée pour devenir un bon petit soldat. Elle est la meilleure, intelligente, robuste et combative, elle est adulée autant que crainte.

Le jour de leurs 15 ans, un énorme test physique et intellectuel est organisé pour déterminer la future carrière de tous les orphelins. Emma est reléguée au rang de vigilante, pas tellement bien placée au sein de la société. Son job : surveiller une famille de dissidents, potentiellement ennemis de la nation et rapporter toute discussion ou attaque directe contre le pouvoir.

Bon jusque là passe encore, même si pour moi la violence gratuite qui accompagne chaque page de cette lecture m’a énormément dérangée. Je ne suis pas quelqu’un de pacifique, mais trop c’est trop !

C’est la suite de livre qui m’a vraiment perturbé. Donc Emma se retrouve au beau milieu d’un château, absolument seule à devoir surveiller nuit et jour une famille qu’elle ne connaît pas. Mais ensuite, elle va en apprendre plus sur le dirigeant, ses intentions réelles, sur les rebelles de la société qui essaient de sortir le pays du bourbier dans lequel il est plongé etc etc. Et Emma va prendre des décisions qui ne vont pas forcément être les bonnes. Son supérieur hiérarchique va lui tomber dessus, la traiter comme une moins que rien, la torturer, en faire son esclave et engager une véritable chasse à l’homme pour l’anéantir et la réduire au silence, elle et sa famille !

Je suis pourtant une grande fan de dystopie, de destruction mondiale, d’une héroïne de 15 ans capable à elle seule de sauver la terre entière et pourtant là je n’adhère pas … On m’a peut être trop répété à l’école à quel point la dictature est un frein à la liberté et un fléau pour l’humanité mais en attendant cette histoire m’a laissé de glace. Emma est pourtant une fille forte et intelligente qui n’a jamais connu d’amour maternel et qui ne cherche qu’à se trouver une place au sein de cette société qu’elle ne connaît pas vraiment (parce qu’enfermer au Foyer toute sa vie), mais je l’a trouve too much ! Justement elle ne devrait pas être morte de trouille ?!

Et puis pour moi le plus choquant, c’est la violence qui s’insinue dans toutes les pages. Frapper encore et encore, pour faire mal, pour montrer sa domination, ce n’est pas pour moi … Alors je me dis que je suis peut-être passée totalement à côté de cette histoire .. Donc malheureusement je n’ai pas été conquise !

 

Je suis vraiment frustrée avec ce livre parce que jusqu’à présent je n’avais jamais été déçue par un livre Rageot mais celui ci représente vraiment tout ce que je déteste en ce monde, la peur constante, la violence gratuite, l’oppression et l’ascension d’un seul !

Mais pour ceux qui apprécient ou qui sont juste curieux, ce livre est par contre très bien écrit. L’écriture est fluide et sans fioriture, les mots sont très bien choisis, de quoi instaurer la peur et provoquer l’envie de continuer la lecture chez le lecteur ! Ce livre aurait vraiment pu me plaire, seulement je reste hermétique à l’histoire, mais j’espère pouvoir lire autre chose de cet auteur !

Un tome 2 devra sortir début 2018, je verrai par la suite si je lui donne une deuxième chance !

Mais n’hésitez pas à vous faire votre propre opinion parce que mon avis est des plus subjectif !

Mais n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé ce roman ou si vous compter le livre. J’aime beaucoup discuter des livres que j’ai le moins apprécié avec ceux qui l’ont beaucoup aimé.

 

D’autres livres viendront à la rentrée me rabibocher avec Rageot qui est une de mes maisons d’éditions favorites !!

 

 

 

Harper in summer d’Hannah Bennett

 

IMG_9844

 

Auteur : Hannah Bennett

Edition : Rageot

Nombre de pages : 336

Prix : 15,50e

Genre : Romance, Jeunesse

Pour vous le procurer c’est par ici.

 

Résumé : 

À cause d’une erreur de réservation, Harper,   bientôt 15 ans, passe l’été avec sa famille bobo, ses détestables cousines et son meilleur ami Josh dans une maison pourrie au bord d’un lac glacé du Montana. Face à eux, les somptueuses demeures des millionnaires dont les enfants, d’une beauté rare, sillonnent le lac en hors-bord. Invités à une fête, Harper et Josh font face à Quinn et à Tristan. Face à tant de nouveauté et de liberté, va-t-elle succomber au charme de cet été d’exception  ?

Mon avis :

Merci aux éditions Rageot pour l’envoi de ce roman, cette romance est pile ce dont j’avais besoin !

Qui dit vacances d’été, dit forcément romance de vacances ! J’étais donc à la recherche de la parfaite romance, quand je suis tombée sur Harper in summer, cette lecture a parfaitement rempli son rôle, j’ai adoré !

C’était frais, c’était divertissant et surtout c’était plein d’humour et de bons sentiments, les ingrédients parfaits pour faire un bon cocktail à l’eau de rose 😉

 

Harper à tout pour être heureuse, un meilleur ami parfait, Josh, qui est également son voisin, une mère bobo absolument adorable et un père photographe connu dans le monde entier et qui vit avec une top modèle au fin fond de la Suède ! Chaque année Harper, son petit frère surdoué et leur mère un peu excentrique, partent avec la famille de Josh en vacances ensemble. Il faut dire que le père de Josh et la mère d’Harper, son les meilleurs amis du monde et partagent tout ensemble. Alors pourquoi pas également partager les vacances d’été ?!

Mais tout tombe à l’eau quand leurs superbes vacances sont annulées … résultat, ils se retrouvent tous au fin fond du Montana, dans la maison face au lac, que leurs grands parents (eux-mêmes meilleurs amis) ont acheté à l’époque.

Et c’est partit pour un été en famille … Quoi de mieux ?! Pour Harper la réponse est TOUT, absolument TOUT ! Qu’elle se retrouve avec Josh et sa petite sœur à qui il manque une case passe encore, mais qu’elle se retrouve à devoir passer un été entier avec ses cousines absolument immondes et imbuvables et qu’en plus de ça, elle doive partager sa chambre avec l’une d’elle, là rien ne va plus !!! Surtout que cerise sur le gâteau, leur maison du lac, fait face à de superbes maisons de vacance ultra moderne, habitées par des gens riches à million et imbus de leur personne.

Les vacances commencent plutôt mal pour Harper … Et rien ne va s’améliorer. Surtout quand elle va tomber nez à nez avec ses voisins, absolument magnifiques mais terriblement prout-prout ! Les choses tournent vraiment très mal …

Mais quand Harper est avec Josh, elle peut tout supporter, tout endurer, son meilleur ami est toujours là quoi qu’il arrive. Alors même si ce sont les vacances de l’horreur, Josh atténue un peu son angoisse. Elle arrive à passer les premiers jours sans trop d’encombre, ils sont même invités chez leur voisin pour quelques soirées. Tout se passe plutôt bien. Et c’est là que, je vous le donne en mille, elle rencontre qui ?! Son amour de vacances : Tristan, beau à couper le souffle ! Et la pagaille s’installe …

Sa relation avec Josh part en cacahouète, sa relation avec Tristan est sabotée par Quinn (l’ex de Tristan plutôt revancharde), sa famille vole en éclats. Les ingrédients parfaits pour arriver au bonheur, moi je vous le dis ! Harper passe plusieurs jours seule à se morfondre, jusqu’à ce que son grand père, homme sage et avisé, vienne lui donner un peu de sa sagesse autour d’un arbre (l’arbre du grand homme et de la femme encore plus grande) d’une grande valeur sentimentale ! Harper décide alors de reprendre sa vie en main, il n’est pas question que son été soit gâché !

 

Voilà dans les très très grandes lignes, le début des vacances peu ordinaires d’Harper. J’ai adoré cette histoire pleine de soleil et d’humour ! Harper a un sens de la répartie qui en ferait pleurer plus d’un et un humour à couper au couteau ! On va surtout voir son personnage évolué, se poser pas mal de questions, réfléchir à qui elle est et ce à quoi elle veut ressembler. Toutes ses réflexions nous touchent, parce qui n’a jamais eu à se poser des questions ?! J’attendais avec grande impatience de savoir ce qu’elle allait faire de toutes ses réponses et sincèrement je n’ai pas été déçue. J’ai adoré la voir la voir interagir avec les autres mais également avec elle même !

Son petit frère est un puits de science a à peine 10 ans et Josh est le meilleur qu’on rêve toutes d’avoir ! Tristan est le beau gosse qu’on rêve toute de rencontrer en vacances et Quinn est cette garce qu’on cherche par tout moyen à éviter ! Ce livre à tous les ingrédients nécessaires pour nous faire passer un bon moment !

L’écriture est fluide et magnifiquement bien tournée. Les pages se tournent toutes seules les unes après les autres, on ne voit pas le temps passer. Après avoir tourné la dernière page, j’en aurais bien lu 100 de plus ! On arrive sans mal à s’imaginer au bord de ce lac, entouré de la famille peu conventionnelle d’Harper, les mots de l’auteur nous emportent tout de suite et on est directement plongé dans sa vie plutôt rock and roll ! Et puis cette fin à de quoi nous faire rêver, on ressort de ce roman avec le sourire aux lèvres et des songes pleins la tête !

Cette romance est parfaite pour l’été, à lire sur la plage ou au fond d’un hamac avec un bon thé glacer pour nous accompagner ! Ca faisait un bon moment que je n’avais pas lu de summer love et je ne suis vraiment pas déçue qu’Harper in summer soit le premier depuis des mois ! La recette parfaite du bonheur !

Un truc truc comme un biscuit craquant de E. Lockhart

 

IMG_9508.PNG

 

 

Auteur : E. Lockhart

Édition : Casterman Jeunesse

Nombre de pages : 512

Prix : 17.90e

Genre : Jeunesse

 

 

 

Résumé :

J’ai 15 ans, 11 rendez-vous avec ma psy et 4 grenouilles en céramique.
Tel est le désespérant constat que Ruby fait de sa vie.
Sans compter qu’en 10 jours, elle a rompu avec son petit copain, s’est gravement disputée avec sa meilleure amie, a bu sa première bière (beurk), a été prise sur le fait par sa mère (aïe!) et a subi une attaque de panique colossale.
Mais Ruby a des réserves d’intelligence (et de mauvaise foi). Elle est surtout persuadée que l’existence est une aventure à haut risque totalement réjouissante, un vêtement tout doux mais qui gratte un peu…
Oui, mille fois oui, la vie selon Ruby, c’est finalement un truc truc comme un biscuit craquant !

Mon avis :

Je tiens à remercier les éditions Casterman Jeunesse pour l’envoi de ce roman !

Je n’ai pas lu « Nous les menteurs » du même auteur mais j’avais entendu tellement de bien sur ce livre, que quand il m’a été proposé de lire « Un truc truc comme un biscuit craquant » je n’ai pas pu refusé ! Et ça en valait le détour 😍

D’abord quelques petites infos sur le roman de l’épaisseur d’une brique (plus de 500 pages). Il est en réalité composé de deux livres tirés du « Journal de Ruby Oliver ». Le premier s’appelle « L’amour avec un grand Z » et le deuxième « L’art de perdre les pédales ».
Pour tout vous dire, j’ai plus apprécié la première partie que la deuxième ! Mais avant de vous expliquer le pourquoi du comment, je vais vous présenter Ruby.

Ruby Oliver à 15 ans, 5 crises d’angoisse en 10 jours, 11 rendez-vous chez le psy et 4 grenouilles en céramique à son actif. Sa vie a basculée le jour où le son petit copain l’a plaqué pour Kim, sa meilleure amie. Vous vous doutez bien que par la même occasion, elle a aussi perdue sa meilleure amie de toujours ..
Elle se confie alors au Docteur Z, son psy et prend conscience de sa réelle obsession pour les garçons (levez la main toutes celles qui n’étaient pas pareilles à son âge 😏). Malheureusement pour Ruby toutes ses expériences se soldent par un échec (plutôt cuisant).
Tout commence quand, dans le cadre de sa thérapie, elle doit dresser une liste de tous les garçons qui ont un tant soit peu compter dans sa vie. Après quelques migraines et beaucoup réflexion, le chiffre tombe, ils sont au nombre de 15, allant de l’ami imaginaire, en passant par son premier baiser …
Une fois la liste terminée, elle tombe entre de mauvaises mains, elle est reproduite en un nombre incalculable d’exemplaires et affichés sur tous les casiers du lycée. Il faut aussi dire que Ruby est une élève de Tate, un lycée privé vraiment tout petit, à la suite de cette débâcle, elle devient une lépreuse (une sans amie) doublée d’une allumeuse. Une réputation déjà toute faite et à laquelle elle ne peut déroger … elle se retrouve absolument seule …

Mes à coups de séances chez sa psy, Ruby arrive à remonter la pente, elle parvient même à se réconcilier avec ses anciennes amies, pas avec Kim, faut pas rêver non plus !
Ruby derrière ses problèmes existentiels avec les garçons, est une fille drôle et pleine de sensibilité. Ses crises d’angoisse cachent de réels problèmes émotionnels, Ruby perd peu à peu confiance en elle et se retrouve en manque d’affection. Mais de tout ça elle se relève avec brio grâce à sa force de caractère et son courage à toute épreuve ! (Et une bonne repartie aussi qui l’aide à se sauver de plusieurs situations plutôt embarrassantes 😉).

J’ai beaucoup aimé cette lecture toute en simplicité mais avec un humour ravageur ! Je me suis délectée des petits détails croustillants de sa vie (en vraie fille, j’adore les ragots, une vraie gossip girl). Et ses remarques peines d’humour ajoutent un réel charme à ce roman déjà bien entraînant ! Mais sa mauvaise foi à toute épreuve, m’a réellement fais mourir de rire !
Ce livre illustre bien les situations parfois compliquées d’une ado au lycée, prise entre ses amis et ses coups de cœur. Combien de filles sont en réalité des Ruby ? (je plaide coupable 😒).
Mais Ruby a réussi à se relever, à prendre son courage à deux mains pour régler ses problèmes et à la fin le travail paye, elle reprend confiance en elle et retrouve ses amies, pour finalement être vraiment heureuse.
J’admire la ténacité de Ruby bien décidée à ne pas se faire marcher sur les pieds, ni rabaissée.

Ce livre a presque frôlé le coup de cœur pour moi ! Le style de l’auteur que je ne connaissais pas est en fait une très bonne découverte ! Je lirai avec plaisir d’autres romans de cette auteur pour retrouver son style simple, addictif et plein d’humour !
J’ai également adoré les personnages qu’elle a créé, chacun différent avec leur propre personnalité et vraiment très attachants !

Je recommande vraiment cette lecture à tous ceux qui veulent passer un bon moment, une lecture rafraîchissante parfaite pour cet été !

Le dernier ours de Charlotte Bousquet

IMG_9503.PNG

 

 

Auteur : Charlotte Bousquet

Edition : Rageot

Nombre de pages : 272

Prix : 12,90e

Genre : Thriller, Science Fiction

 

 

Résumé : 

Groenland, 2037. Avec le dérèglement climatique et la fonte des glaces, l’île n’est plus qu’une terre désolée. Anuri, le dernier ours blanc né libre, représente la principale attraction du NC Zoo. Il est aimé de sa jeune soigneuse attitrée, Karen, qui voit en lui un frère d’humanité. L’ours polaire suscite en revanche la convoitise et la haine de Svendsen, un scientifique dévoyé expert en manipulations génétiques.

Mon avis : 

Il est toujours difficile d’ouvrir un nouveau livre après avoir eu un énorme coup de cœur pour le précédent … Il faut avoir l’esprit vraiment ouvert et s’obliger à considérer la nouvelle lecture d’un œil neuf, sans arrière pensée, remettre les compteurs à zéro quoi ! Après « Inséparables » (ma chronique est également disponible un peu plus bas), j’appréhendais d’ouvrir un nouveau livre en ayant toujours en tête mon coup de cœur précédent … mais « Le dernier ours » c’est révélé à la hauteur du challenge ! Je remercie donc les éditions Rageot pour l’envoi de ce roman absolument merveilleux !!!

Depuis que j’ai ouvert mon blog, je n’ai plus tellement eu l’occasion de lire des dystopies ou de la science-fiction, à mon grand désespoir parce que j’adore ça !
Donc quand j’ai vu « Le dernier ours » au programme de parution des Éditions Rageot, j’ai sauté sur l’occasion et plutôt deux fois qu’une !!
En plus je n’ai jamais lu d’histoire se déroulant au Groenland et pourtant je voue un culte extreme à tous ces pays du grand nord au froid polaire (je rêve d’aller au Groenland et en Alaska ! Vous l’aurez compris je déteste la chaleur, je suis littéralement en train de mourir avec un jour comme aujourd’hui où il fait 30 degrés). C’était un réel plaisir de me plonger dans l’univers inuit !!

Après avoir terminé ma lecture, je me suis rendu compte que ce livre n’est pas tellement ce que l’on pourrait appeler une dystopie (parce qu’il ne se passe pas après une catastrophe majeure ou dans un monde post-apocalyptique) mais plutôt un thriller mêlé avec un peu de science fiction ! Mais ça n’enlève rien à son charme, parce que j’ai complètement craqué pour ce roman !!

L’histoire se déroule donc au Groenland à New Copenhague en 2038.
Quand elle était petite, Karen à remarqué dans la rue fouillant les poubelles, une famille d’ours, une mère ainsi que ces deux oursons. Intriguée elle a fait part de sa trouvaille à sa famille. Son père s’est empressé de tuer la mère et de vendre les deux petits au zoo de la ville. L’un des deux oursons est décédé, il ne reste plus qu’Anuri, le dernier ours blanc ayant vécu en liberté et vivant à présent au zoo. Depuis cette rencontre Karen et Anuri ne se quittent plus, ils sont inséparables. Leur lien fusionnel en étonne plus d’un ! Après toutes ces années, Karen devenue soigneuse de l’ours est la seule à pouvoir l’approcher ! L’histoire déraille le jour où deux biologistes envoyés par un éminent bio-généticien, rentrent dans l’enclos d’Anuri pour prélever une quantité non réglementaire de sang ! Armés de fusil, ils ratent leur premier tir. Anuri encore traumatisé par le meurtre de sa mère, prend peur et attaque les deux intrus entrés sans prévenir dans son entre. L’un d’eux est tué et l’autre grièvement blessé, laissé entre la vie et la mort.

Au matin Karen apprend qu’Anuri doit être euthanasié car jugé trop dangereux. S’enchaîne ensuite les plans les plus farfelus possibles et imaginables pour sortir Anuri de se pétrin et l’emmener dans un endroit où personne ne voudra sa mort et où il pourra continuer à vivre sa vie en toute sérénité !
Un plan plutôt dingue voit le jour : rallier Rassumen Cove un parc naturel où Anuri pourra trouver asile ! Mais encore faut il arriver à se rendre tout au nord du Groenland en traversant tout le pays avec un ours et la police aux trousses, le tout dans un froid polaire … même si Karen et Anuri vont être rejoint par deux adolescents (un fugitif et une orpheline), le périple n’est vraiment pas aisé …

Au fil des pages, on va de surprises et surprises, mais la fin m’a carrément laissé assommée … je ne m’attendais à une telle fin. Je ne veux pas vous en dire trop non plus parce que mon ressenti complet vous donnerai une idée du final, mais sachez juste que les humains n’ont pas beaucoup appris. Entre maintenant et 2038 (un laps de temps de 20 ans), les humains n’ont pas appris de leurs erreurs et commettent encore les pires infamies … ce monde m’étonnera toujours !

J’ai adoré le courage et la force de Karen, prête à tout pour sauver celui qu’elle considère comme son frère. Elle s’est battue jusqu’au bout pour lui procurer tout ce dont il avait besoin et pour qu’il ait enfin la vie qu’Anuri méritait d’avoir ! Son caractère et sa persévérance devrait être un exemple pour tous !!

Lone, la jeune fille qui va se joindre à Karen pendant son périple, une outsider, ne se sent pas à sa place dans la société. Pendant ce voyage son malaise va devenir encore plus grand. Plus on apprend à la connaître plus on a l’impression qu’elle aussi à quelque chose à fuir (sa vie peut être). Au final cette expédition lui aura permis d’en apprendre plus sur elle même et ainsi lui permettre de s’accepter et de finalement trouver sa place !

Sial , le voyou, le fugitif, le repris de justice, essaie d’échapper tant bien que mal à cette société qui ne cesse de le pousser vers la sortie. Mais sa gentillesse et son grand cœur lui auront permis de se trouver une amie fidèle et pourquoi pas même l’amour de sa vie ?!

Mais je ne me remets toujours pas de cette fin beaucoup plus qu’inattendue … mais c’est sûrement ce qui fait le charme de ce livre !! En plus la plume de l’auteur fait monter le suspens doucement, au fur et à mesure mais à la fin, on meurt littéralement d’impatience de connaître le dénouement ! On m’avait vivement recommander Charlotte Bousquet pour sa plume et je ne suis vraiment pas déçue !

Je conseille ce roman à tout le fan de thriller et de science fiction parce que cette lecture en vaut vraiment le détour !

Inséparables de Sarah Crossan

IMG_9351.PNG

 

Auteur : Sarah Crossan

Editeur : Rageot Edition

Nombre de pages : 416

Prix : 14,90e

Genre : Jeunesse, Drame, Romance

 

 

 

Résumé :

Grace et Tippi. Tippi et Grace. Deux sœurs siamoises, deux ados inséparables, entrent au lycée pour la première fois. Comme toujours, elles se soutiennent face à l’intolérance, la peur, la pitié. Et, envers et contre tout, elles vivent ! Mais lorsque Grace tombe amoureuse, son monde vacille. Pourra-t-elle jamais avoir une vie qui n’appartienne qu’à elle ?

Mon avis : 

Je tiens tout d’abord à remercier les Éditions Rageot pour l’envoi de ce livre ! Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps, « Inséparables » est un énorme coup de cœur pour moi !

J’ai attendu longtemps, longtemps, longtemps … avant que ce livre ne franchisse la porte de ma boite aux lettres ! Je regardais tous les jours comme une petite fille qui attend le Père Noël, dans l’espoir qu’il soit arrivé ! Je courrais après le facteur, j’ai même fais des prières pour qu’il arrive plus vite ! Et un jour enfin, j’ai eu ce livre entre les mains ! Et pas n’importe quel livre, LE livre, ma nouvelle découverte, mon nouveau coup de cœur, mon nouveau chouchou !!! Je suis devenue littéralement hystérique, j’ai sauté partout, j’ai crié partout … mais j’ai dû attendre (trop longtemps) avant de pouvoir le commencer, parce que j’avais une autre lecture en cours (je n’aime pas du tout lire deux livres en même temps), sur ce coup là, j’ai pleuré aussi 😉

Et puis il y a quelques jours, j’ai enfin pu ouvrir ce livre et me plonger dans le monde de Grace et Tippi. Grace et Tippi sont des sœurs siamoises. Comme des sœurs elles partagent tout, leur vie, leurs secrets, mais également deux jambes et un système digestif ! Elles sont littéralement inséparables mais accro l’une à l’autre !

Alors que leur famille croule sous les dettes à cause des frais médicaux (qui coutent une véritable fortune aux États-Unis), Grace et Tippi, qui faisaient jusqu’alors leurs études à la maison, sont envoyées dans un lycée privé. Est ce qu’on pourrait dire que leur vie commence véritablement le jour où elles posent un pied au lycée ?! Ou bien est-ce le début de la fin ?! En attendant, elles sont prêtes à vivre, à croquer leur vie à pleines dents et à en savourer chaque instant, ensemble, parce que rien ne pourra les séparer, parce qu’elles ont ce lien indéfectible que rien ni personne ne pourra jamais briser !

En entrant dans l’histoire, la première chose que l’on remarque, c’est sa forme ! Le livre est entièrement écrit en vers libres. J’ai lu beaucoup de poésies, mais je n’ai jamais lu de « roman-poésie » et j’ai adoré cette première expérience ! C’est doux et léger mais c’est aussi terriblement vivant !

Pour tous les adeptes de la grande poésie française, ce livre envoie balader toutes les figures de style et les styles déjà bien définis ! Sarah Crossan a crée son propre style bien à elle, de quoi nous en mettre plein la vue ! Mais le grand plus des vers libres, c’est la fluidité de la lecture. Les mots se lisent à une vitesse incroyable et plus on lit, plus on est plongé dans leur univers. On absorbe les mots, on les engloutit et on se retrouve incapable de fermer le livre. L’univers nous tient et on se dit « juste une page de plus »… Et sans crier gare, on tourne la dernière page du roman, les larmes au yeux, nageant entre tristesse et mélancolie et incapable de dormir ! Je pense avoir attendu toute ma vie pour lire un livre d’une telle intensité, d’une telle beauté, d’un tel tout !!

J’ai beaucoup de mal à écrire cette chronique et à mettre par écrit tous mes sentiments, parce que même après plusieurs jours, je suis encore chamboulée par cette lecture. Elle m’a touchée au cœur, m’a rendue tellement heureuse mais également tellement triste. Ce livre a révolutionné mon monde …

J’ai appris à connaître Grace et Tippi et elles sont devenues mes sœurs, une partie de moi, ma partie gauche et ma partie droite. J’ai traversé avec elles un million d’émotions, j’ai vécu des moments drôles et d’autres beaucoup moins … j’ai mélangé mes larmes aux leurs, j’ai lié ma vie à la leur !

Comme toutes les sœurs, elles sont différentes, tout en étant des copies conformes. Grace est romantique et sensible alors que Tippi est vive et un peu rebelle ! Ensemble, elles forment une équipe de choc, le caractère de l’une, relevé par celui de l’autre et vice versa ! C’est Grace qui nous raconte leur histoire et son point de vue est touchant et émouvant … Certaines personnes vivent leur vie mais finissent par baisser les bras alors que Grace « souffre » sa vie et la prend à bras le corps ! Toutes ses blessures et ses fêlures, la rendent plus forte et toutes les entraves sur son chemin ne font que renforcer son amour pour sa sœur ! Mais durant tout son parcours semé d’embuches, on souffre tout autant qu’elle …

Grace et Tippi se sont promis que rien ne pourrait les empêcher de vivre, qu’elles pourraient toujours tout faire, tout, sauf tomber amoureuse ! Elles ont fait un pacte, mais il est parfois beaucoup plus difficile de ne pas écouter son cœur, quand celui-ci commence à battre pour quelqu’un d’autre …

Alors qu’elles ont toujours passé leur vie seules avec leur famille et leur petite sœur … au lycée elles vont se faire des amis. Yasmeen et Jon. Yasmeen n’est pas ce que l’on pourrait attendre d’une fille bien comme il faut. C’est une rebelle aux cheveux roses, qui fume, qui boit, mais qui va se battre bec et ongles pour défendre ses deux nouvelles amies. Jon est la complication des deux sœurs. L’élément imprévu, l’élément perturbateur. L’élément qui va mettre en route le cœur de Grace et qui va le faire battre plus fort. Alors qu’elles se sont promis de ne jamais au grand jamais, tomber amoureuse, Grace malgré toutes les mises en garde, va laisser entrer Jon dans son cœur ! Grace aime Jon tout en douceur et délicatesse, même Tippi ne peut rien faire contre cet amour qui la rend encore plus vivante ! Jon est gentil, intelligent et prévenant, de quoi en faire fondre plus d’une !

Pourtant on ne peut pas vraiment parler de romance, Grace découvrait de nouveaux sentiments qu’elle n’avait encore jamais éprouvé pour d’autres personnes que sa propre famille. C’était une ébauche de sentiments, de découvertes. L’histoire n’est pas basée sur l’amour mais sur tout ce qu’il y a à côté : la vie !

Quitte à parler de ce que ce roman n’est pas, il n’est pas non plus une apologie à la médecine. Certes il est expliqué ce que sont les sœurs siamoises et leurs traitements, mais le roman ne creuse pas plus en profondeur. Il n’est pas larmoyant de pitié et de tristesse pour la condition de G+T. C’est une ode à la vie ; on partage leur quotidien, leurs cours, leurs nuits, leurs rendez-vous chez le psy et leurs check up, mais aussi leur éclats de rire et tous leurs moments de pur bonheur ! Mais les choses vont se compliquer, parce que le taux de survie jusqu’à l’âge adulte des siamois est vraiment très bas, G+T vont passer par des moments difficiles qui bouleverseront leur vie à jamais, et la mienne soit dit en passant !

 

Ce livre m’a fait passé par tout un tas d’émotions, l’amour, la tristesse, la joie, la peur, l’amour ! C’était beau, c’était puissant, chaque ligne de ce livre était une bouffée d’oxygène. Mais c’était également dur et difficile, parce que vivre n’est pas facile, surtout dans leur condition.

C’était époustouflant. Sincèrement je ne trouve pas mes mots pour tout décrire, c’était puissant autant que c’était douloureux ! G+T font partie intégrante de moi et les laisser partir, reprendre ma vie après ces 400 pages est insurmontable parce que chaque mot venait se loger directement dans mon cœur, le livre parlait directement à mon âme. J’ai du mal à les laisser derrière, à refermer ce livre et à passer à autre chose ! Parce que ce livre était beaucoup plus qu’un livre … c’était l’histoire de deux vies qui n’en était qu’une, c’était l’histoire de l’amour de deux sœurs. C’était Inséparable !!

Si je peux être sûre d’une chose, plus jamais je ne lirai un livre pareil ! Il est unique .

Ce livre a chamboulé ma vie à tout jamais, je n’en suis pas sortie indemne alors pour tous ceux qui veulent vivre une aventure unique, ce livre est fait pour vous ! Après ça personne ne sera jamais plus le même !